English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

La reproduction du Vautour fauve

 

Ce grand vautour est une silhouette familière dans nos montagnes. Cependant, cette espèce très protégée est encore la cible de rumeurs et de polémiques dans certaines parties de sa distribution, notamment en France.
Mais où qu’il soit, il ne passe jamais inaperçu !

Mais ce magnifique vautour est tout à fait capable de vivre dans des conditions difficiles et de survivre si on ne le persécute pas comme c’est encore le cas par endroits.
J’avoue franchement que voir un poussin tout blanc et duveteux dans chaque nid lors de mon dernier séjour en Estrémadure représente une promesse encourageante pour cette espèce !  

Texte de Nicole Bouglouan

D’après mes observations personnelles en Espagne (Navarre, Aragon et Estrémadure) depuis le printemps de l’année 2005.   

Photos disponibles dans la galerie suivante : Birding in Spain

Pour plus d’informations sur ce rapace, voici un article rédigé en espagnol par Javier Pastor Gonzalez:
EL BUITRE LEONADO

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

La reproduction du Vautour fauve s’étend sur plusieurs mois, presque un an à vrai dire, depuis la fin de l’automne, période des parades nuptiales aériennes, jusqu’à l’automne suivant, date à laquelle les jeunes deviennent indépendants et se dispersent.

Le Vautour fauve commence la saison nuptiale vers la fin de l’automne, en effectuant de majestueux vols nuptiaux au sommet des falaises où il vit toute l’année.

Les liens du couple durent toute leur vie, mais les deux partenaires planent ensemble haut dans le ciel, l’un au-dessus de l’autre en parfaite harmonie. Ces parades portent le nom de « vol en tandem », et peuvent être régulièrement observées. Très souvent, d’autres vautours de joignent à eux, et l’on peut alors assister à un beau spectacle mettant en scène deux, quatre ou six rapaces glissant ensemble avec les ailes tendues et largement ouvertes.

Le nid est situé sur les parois des falaises, sur les corniches rocheuses, aux alentours des perchoirs habituels de l’espèce. Il est fait de rameaux de bois sec et de petites branches, et des matériaux doux, mousse, herbes ou laine de mouton tapissent la coupe interne.  

Le Vautour fauve nidifie en colonies dans les zones montagneuses, et les nids sont souvent très proches les uns des autres.

La femelle dépose un seul œuf blanchâtre en janvier, parfois plus tard, jusqu’en avril dans les nouvelles colonies. Le poussin naît au bout de deux mois d’incubation assurée par les deux adultes. Il est alors faible et fragile, à peine couvert d’un fin duvet blanc, minuscule dans le grand nid.

Les parents le couvent en permanence pendant les premières semaines, et le nourrissent par régurgitation. Quand le temps est à la pluie, l’un des deux adultes le protège avec ses ailes bien déployées au-dessus du nid.

Le poussin croît régulièrement, et après le premier duvet fin et court, son corps se couvre d’un autre, plus long, de couleur blanc-crème ou gris pâle.

Les plumes poussent petit à petit, et le juvénile est emplumé environ 110 à 130 jours après la naissance.

Il commence à battre des ailes sur la corniche à deux mois, mais il restera au nid jusqu’à l’âge de trois ou quatre mois, toujours nourri par ses parents. Il effectue son premier vol à l’été, entre juillet et septembre. Les adultes le nourrissent encore jusqu’à la fin de l’automne.

Une fois indépendant, le jeune vautour erre pendant quelques années, jusqu’à l’obtention de la maturité sexuelle, vers 4 ou 5 ans, parfois plus tard. A ce moment-là, il établit son propre territoire et se reproduit.

Le succès de la reproduction dépend souvent de l’âge des rapaces, mais aussi de la colonie. Dans les colonies récentes, les échecs avec la perte de l’œuf ou du poussin se produisent davantage que dans d’autres plus anciennes. Ceci est dû au manque d’expérience des jeunes parents. Les conditions climatiques avec des hivers très durs jouent aussi un rôle important dans ces échecs. Une ponte de remplacement peut avoir lieu jusqu’en mai si la première est perdue. 

Préparation

du nid