English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Pale-winged Trumpeter  
All : Weißflügel-Trompetervogel
Esp: Trompetero Aliblanco
Ital: Agami alibianche
Nd: Witvleugeltrompetvogel
Sd: Vitvingad trumpetarfågel

Photographes:

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

 Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Neomorphus, a site devoted to research, conservation and exploration in the tropics

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Agami à ailes blanches
Psophia leucoptera

Ordre des Gruiformes – Famille des Psophiidés

QUELQUES MESURES :
L : 42-52 cm
Poids : M : 1280-1440 gr – F : 1180-1320 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU:
L’Agami à ailes blanches appartient à la famille des Psophiidés qui contient trois espèces. Ces oiseaux ont un système de reproduction assez, la polyandrie collective (explications dans « comportements »). Ce système n’est connu actuellement que pour 8 espèces d’oiseaux à travers le monde. Les agamis vivent en groupes, et sont soumis à une hiérarchie bien organisée.

L’adulte a le plumage uniformément noir, le rendant ainsi très semblable à l’Agami trompette (P. crepitans). Cependant, les larges taches ovales situées en arrière des ailes sont blanches ou chamoisées. Les couvertures alaires externes présentent des extrémités aux reflets violets, verts et vert-bronze. On peut également voir un reflet violet à la base du cou.
La tête est noire. Le bec est bleu pâle à blanc-crème avec la base jaune pâle. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bleu-gris clairs.
Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est légèrement plus petite que le mâle.
Le juvénile ressemble à l’adulte, mais le plumage du corps présente des liserés brun foncé aux extrémités des plumes. Il est sexuellement mature à deux ans.

Il existe deux sous-espèces :
P.l. leucoptera (ici décrite et représentée) se trouve dans l’Est du Pérou, le centre-ouest du Brésil et le nord-est de la Bolivie. 
P.l. ochroptera se trouve dans le nord-ouest du Brésil. Cette race a les taches alaires ovales de couleur ocre.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Agami à ailes blanches émet des cris sonores, une série de 3-5 notes rapides et descendantes, suivies d’un long « Oh-oh-oh-oh-oooooooh » plus bas. Ces cris sont habituellement utilisés pour proclamer l’occupation du territoire, et peuvent continuer pendant la nuit à intervalles de 2h/2h30. Plusieurs groupes « échangent » souvent leurs cris territoriaux au moment où ils quittent les dortoirs à l’aube.

Pendant les interactions sociales, d’autres sons peuvent être émis, plus durs, davantage de caquetages faits de notes ascendantes.
L’Agami à ailes blanches émet aussi des cris afin d’alerter les autres membres du groupes de la présence ou de l’approche d’un prédateur. Il produit alors des cris rauques sonores. D’autres sons plus mélangés, des bourdonnements et des grognements, ainsi qu’un « hm-hm-hm-hm-hm… » caractéristique sont émis en face d’un prédateur différent, d’un autre type d’animal ou d’un serpent.

HABITAT :  
L’Agami à ailes blanches est résident dans les forêts tropicales matures, humides et épaisses. Il est visible depuis les plaines jusqu’à 750 mètres d’altitude. Ces oiseaux restent en général éloignés des installations humaines.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Voir plus haut dans sous-espèces.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Agami à ailes blanches se nourrit principalement de la pulpe des fruits murs provenant de plusieurs espèces de plantes. Il consomme aussi des arthropodes, et occasionnellement des annélides et des petits vertébrés.
Il se nourrit sur le sol de la forêt en picorant les fruits tombés, ou en les prélevant sur la végétation basse. Les fruits représentent sa principale ressource alimentaire. Il reste souvent sous les arbres fruitiers où des singes sont en train de se nourrir, ce qui entraine la chute de nombreux fruits dont il profite.

Pendant la période de reproduction, l’Agami à ailes blanches forme des groupes qui se reproduisent de façon communautaire. Seuls quelques individus du groupe se reproduisent, mais en revanche, tous les membres de ce groupe partagent les tâches liées à la reproduction.
Seule la femelle dominante pond des œufs. Elle ne s’accouple qu’avec les trois mâles du groupe les mieux placés vers le sommet de la hiérarchie, donnant ainsi des mâles Alpha, Bêta et Gamma.
Ce système de reproduction est connu sous le nom de polyandrie collective dans lequel plusieurs mâles s’accouplent avec une seule femelle dominante.

Les activités liées à la reproduction commencent lorsque le mâle Alpha et la femelle dominante débutent la recherche d’une cavité de nidification, environ 2-3 mois avant la ponte. Ils utilisent habituellement des trous dans les troncs d’arbres, souvent creusés par d’autres animaux.
Au cours de cette sélection, le mâle ou la femelle, parfois les deux, entrent dans la cavité et restent à l’intérieur pendant plusieurs secondes ou minutes. Il arrive qu’ils éjectent des feuilles mortes ou des débris restés au fond, pour ensuite s’y poser comme s’ils incubaient.

Plusieurs sites potentiels (10-12) sont en général visités par le couple, mais ils ne sélectionnent définitivement une cavité qu’environ une semaine avant la ponte. Les deux partenaires la nettoient, ne laissant qu’une mince couche de bois pourri où seront déposés les œufs. Une telle cavité se trouve à 10 -12 mètres au-dessus du sol.

Les accouplements commencent six semaines avant la ponte, et les trois mâles s’accouplent avec la femelle dominante, mais en général, et après quelques disputes entre eux, c’est le mâle dominant Alpha qui obtient environ les 2/3 des accouplements pendant la période fertile de la femelle.
Avant l’accouplement, il y a une brève période de sollicitation pendant laquelle la femelle s’accroupit et présente son croupion au mâle qui, de son côté, marche en décrivant des cercles tandis que la femelle continue de tourner son croupion vers lui. Après quelques secondes, le mâle finalement monte sur la femelle et s’accouple.

D’autres interactions ont lieu entre les différents membres du groupe, mais ce sont souvent des jeux, et de meilleures informations seront nécessaires pour définir exactement en quoi consistent ces jeux, souvent confondus avec des parades nuptiales.

L’Agami à ailes blanches est sédentaire dans sa distribution, et le groupe maintient et défend un territoire stable toute l’année.

VOL :  
L’Agami à ailes blanches est une espèce essentiellement terrestre. Les agamis ne sont pas puissants en vol, mais ils ont capables de parcourir des distances courtes. Ils ne volent que pour gagner les dortoirs et pour atteindre la cavité de nidification, ainsi que pour échapper aux prédateurs.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre septembre et avril.
Dès que la cavité de nidification est nettoyée et prête, la femelle dépose 2-4 œufs blancs. L’incubation dure de 23 à 29 jours. La femelle incube depuis le crépuscule jusqu’en fin de matinée. Ensuite, l’un des trois mâles, souvent le mâle Alpha, incube pendant le reste de la journée.
Quelques parades rituelles accompagnent les changements. Le groupe entier va jusqu’à la cavité du nid et attends pendant l’échange. Ensuite, ils quittent le site du nid pour aller se nourrir sur leur territoire.

A la naissance, les poussins sont couverts de duvet roussâtre sur le dessus et blanc-crème dessous, avec une bavette noire. On peut également voir des rayures blanches et noires.
Ils quittent la cavité en sautant du rebord dans la matinée. Ils dépendent des adultes pour la nourriture pendant trois semaines, et restent partiellement dépendants jusqu’à l’âge de trois mois.

ALIMENTATION :  
L’Agami à ailes blanches se nourrit surtout de fruits murs trouvés sur le sol. Il consomme aussi des arthropodes, des vers et des petits vertébrés. Il se nourrit sur le sol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Agami à ailes blanches semble largement répandu dans des habitats non dérangés ou modifiés, dans les grandes réserves et les zones retirées. Les principales menaces qui pèsent sur l’espèce sont la perte de l’habitat et la chasse.
Cependant, en dépit de quelques déclins, l’espèce n’est pas menacée actuellement.