English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Albatros à nez jaune
Ang: Atlantic Yellow-nosed Albatross
All: Gelbnasenalbatros
Esp: Albatros Pico Amarillo y Negro
Ita: Albatro beccogiallo
Nd: Atlantische Geelneusalbatros
Sd: Gulnäbbad albatross
Port: Albatroz-de-nariz-amarelo

Photographe:

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A Complete Guide to Antarctic Wildlife by Hadoram Shirihai and Illustrated by Brett Jarrett - Edited by Guy M. Kirwan - ALUL.A Press Oy, Finland - ISBN 9519894705

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand Birds Online

ARKive (Christopher Parsons)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

PLANETOFBIRDS.COM

Ocean Wanderers "Ride the Wave"

THE AVIANWEB (Sibylle Faye)

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

HBW Alive

 

Accueil

Page famille des Diomédéidés

Sommaire fiches

 

Albatros à nez jaune
Thalassarche chlororhynchos

Ordre des Procellariiformes – Famille des Diomédéidés

INTRODUCTION :
L’Albatros à nez jaune est aujourd’hui une espèce monotypique, après avoir été la race nominale de deux sous-espèces avec l’Albatros de l’Océan Indien. Du fait de la séparation de leurs aires de reproduction respectives et de quelques caractères morphologiques différents, les deux races ont été séparées et sont à présent deux espèces à part entière.    
Cette espèce est relativement petite. Elle est très affectée par la pêche à la palangre dans certaines zones, et de nombreux oiseaux sont tués à cause de cette méthode tandis qu’ils voyagent à travers les eaux océaniques, en particulier au large des côtes du Brésil et de l’Afrique du Sud.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 71-82 cm
Envergure : 180-215 cm
Poids : 1800-2900 gr

L’adulte est plutôt mince pour un albatros. Le dessus des ailes, le manteau et la queue sont noir grisâtre, tandis que le croupion et les parties supérieures sont blancs. Le dessous blanc de l’aile contraste avec le bord d’attaque et le bord de fuite noirs ainsi que l’extrémité de l’aile.

La tête est gris pâle avec le front blanc et une tache triangulaire noire nette en avant de l’œil. La teinte gris pâle des joues et de la nuque créent une sorte de capuchon. On note aussi la présence d’un croissant blanc en arrière de l’œil.

Le long bec mince est noir, et présente une bande jaune étroite sur le culmen mais qui n’atteint pas la base du bec, elle-même étant entourée de peau nue et noire. A l’extrémité du bec, l’onglet est rouge rosâtre. Une étroite ligne jaune ou rose orangé se trouve le long de la base de la mandibule inférieure et au niveau de la commissure où elle est souvent cachée.
Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont rosâtre pâle ou couleur chair terne.

Les deux adultes sont semblables, mais la femelle est légèrement plus petite dans l’ensemble.
Le juvénile a la tête plutôt blanche avec une tache grise (et non noire) devant l’œil. Le collier gris sur les côtés du cou et la nuque est indistinct.
Le bec est blanc grisâtre avec l’extrémité noire. Le culmen jaune n’apparaitra que vers l’âge d’un ou deux ans.

Juvénile

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
L’Albatros à nez jaune est en général plus abondant dans les eaux subtropicales et les eaux subantarctiques les plus tempérées de l’Atlantique Sud et au large de l’Afrique du Sud.
Il se reproduit dans l’archipel de Tristan da Cunha et sur l’Ile de Gough. L’espèce est peu commune dans l’Océan Indien, mais elle a quand même atteint la Nouvelle-Zélande et l’est de l’Australie à quelques occasions.

HABITAT :
L’Albatros à nez jaune est un oiseau marin et pélagique. Il se reproduit dans la végétation dense comme les hautes herbes et les fougères arboricoles, sur les pentes ou les falaises, parfois dans les zones rocheuses et nues, mais habituellement sur des iles isolées, depuis les plateaux côtiers jusqu’à 500 mètres d’altitude.
En dehors de la saison de reproduction, il se trouve dans les eaux océaniques plus chaudes que les autres Diomédéidés.   

CRIS ET CHANTS :
L’Albatros à nez jaune est silencieux en mer et loin des colonies, mais lorsqu’ils sont en train de se nourrir en groupes, ils produisent une sorte de ricanement, tandis qu’ils se disputent pour la nourriture.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Albatros à nez jaune se nourrit principalement de céphalopodes et de poissons (entre autres sardines et anchois), de crustacés et de débris.
La plupart des proies sont capturées en les saisissant avec le bec à la surface de l’eau. Il lui arrive aussi de plonger à faible profondeur (environ un mètre), et de poursuivre sa proie sous l’eau en se propulsant avec les ailes. Il récupère des déchets jetés par les bateaux et pêche souvent en s’associant aux grands mammifères marins qui font remonter les poissons vers la surface.

L’Albatros à nez jaune se reproduit en groupes ou colonies lâches ou en couples isolés. Les deux partenaires sont monogames et les liens du couple durent longtemps.
Des parades nuptiales ritualisées et typiques des Diomédéidés sont effectuées. Les deux oiseaux sont face à face et font onduler leurs têtes tout en touchant leurs becs mutuellement, tandis que la queue est déployée en éventail. D’autres postures les montrent avec le cou tendu et le bec levé vers le ciel alors que les ailes sont grand ouvertes. Ces parades sont répétées plusieurs fois et accompagnées de sons.

L’Albatros à nez jaune se disperse au-dessus de l’Atlantique Sud après la reproduction. Des oiseaux ont été vus au large de l’Afrique du Sud et de l’Argentine jusqu’au Brésil. L’espèce a été récemment observée au large du Suriname et de la Guyane française, respectivement en 2010 et 2012. Cependant, cet albatros est peu fréquent au large de l’est de l’Amérique du Sud et du nord-est du Brésil.

Quelques-uns d’entre eux ont atteint la Nouvelle-Zélande et l’Australie au niveau de la Nouvelle Galle du Sud dans l’Océan Indien. Quelques rapports mentionnent également sa présence dans les Caraïbes au large du Venezuela, dans le nord-est de l’Atlantique, en Norvège, en Suède et aux Iles Féroé.  

L’Albatros à nez jaune plane et glisse pendant des heures en utilisant peu d’énergie. Il tourne contre le vent pour prendre de la hauteur et ensuite, il glisse tout en perdant progressivement de la hauteur. Il répète ce processus plusieurs fois.
Les Diomédéidés ne sont pas vraiment faits pour maintenir un vol battu soutenu, et ils restent tranquillement sur l’eau lorsqu’il n’y a pas du tout de vent. Le décollage nécessite une course sur l’eau avant que l’oiseau finisse par s’élever.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu de mi-septembre à début octobre. L’Albatros à nez jaune se reproduit en couple isolé ou en groupes lâches.
Ils construisent un nid assez grand en forme de cône tronqué, avec de la boue, de l’herbe et de la mousse. Cette structure peut mesurer jusqu’à 40-41 centimètres de diamètre. Il est situé sur un sol nu et rocheux, mais il peut également être construit dans la végétation épaisse.
Avant la ponte, les deux partenaires partent en mer pour se nourrir et faire des réserves, la femelle pour fabriquer l’œuf et le mâle pour démarrer l’incubation.

Juvénile au nid

La femelle dépose un seul œuf blanc. L’incubation dure 65 jours, partagée par les deux adultes qui incubent en prenant des tours. A la naissance, le poussin est couvert de duvet grisâtre pâle ou blanc. Les deux parents le nourrissent par régurgitation. Il quitte le nid au bout d’environ 130 jours après l’éclosion, généralement en avril-mai. Il pourra se reproduire à son tour vers l’âge de 10 ans.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Albatros à nez jaune est encore menacé par la pêche à la palangre. Les oiseaux plongent pour prendre l’appât et restent pris par l’hameçon et ils finissent par se noyer. Environ 900 oiseaux par an meurent au large des côtes du sud-est du Brésil.
Les iles où ils se reproduisent ont encore des mammifères prédateurs comme Mus musculus et Rattus rattus.
Cependant, des mesures de conservation sont actuellement en cours. Les Iles Gough et Inaccessible sont devenues des réserves naturelles. D’autres mesures gèrent les techniques de pêche afin de les rendre moins dangereuses pour les oiseaux.   
La population globale est estimée à 14 000 couples nicheurs, et 21 000/32 000 individus matures.
L’Albatros à nez jaune est actuellement classé comme espèce en Danger.  

Juvénile