English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Artamie à tête blanche
Ang: White-headed Vanga
All: Weißkopfvanga
Esp: Vanga Cabeciblanco
Ita: Vanga testabianca
Nd: Witkopvanga
Sd: vithuvad vanga
Mal: kiborano, Tretreky, Tsakeky, Vanga, vivy, Voromasiaka

Photographe:

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

Birds of the Indian Ocean Islands Par Ian Sinclair, Olivier Langrand - ISBN: 1868729567, 9781868729562- Editeur: Struik, 2003

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998 

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Cooperative Breeding of the White-headed Vanga Leptopterus viridis, an Endemic Species in Madagascar

Creagus – Bird Families of the World – Vangas - Vanginae

THE VANGAS OF MADAGASCAR by Nick Garbutt

 

Accueil  

Page Passériformes

Famille des Vangidés

Sommaire fiches

 

Artamie à tête blanche
Artamella viridis

Ordre des Passériformes – Famille des Vangidés

INTRODUCTION :
L’Artamie à tête blanche est endémique de Madagascar où elle fréquente tous les types de forêts natives, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500 mètres d’altitude.
Bien que leurs becs soient tout à fait différents, l’Artamie à tête blanche et la Falculie mantelée ont une ressemblance plutôt marquée au niveau de la couleur du plumage. Chez l’Artamie à tête blanche, mâle et femelle présentent un léger dimorphisme.
Cette espèce peut occasionnellement se reproduire de manière communautaire, mais avec un seul aide, généralement un mâle immature dont le plumage ressemble à celui de la femelle. Il ne prend part qu’à la défense du territoire et au harcèlement des prédateurs.
L’Artamie à tête blanche n’est pas menacée actuellement et l’espèce est commune dans sa distribution.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :   
Longueur : 20 cm
Poids : 44-57 gr

L’Artamie à tête blanche a la tête et les parties inférieures blanches, ainsi qu’une petite zone sur le croupion. En dessous des ailes, les couvertures alaires sont blanches, mais les rémiges sont noirâtres.
Les parties supérieures sont noires avec des reflets verts, y compris sur le dessus des ailes et de la queue, mais les rémiges primaires sont uniformément noires.
Le bec fort et conique est bleu-gris avec l’extrémité plus claire. La commissure et l’intérieur de la bouche sont noirs. Les yeux sont brun foncé entourés d’un cercle oculaire étroit et noirâtre. Les pattes et les doigts sont bleu-gris.

La femelle ressemble au mâle mais elle a la tête gris pâle avec la gorge plus claire. On remarque quelquefois une teinte noire sur les lores et une courte ligne post oculaire sombre.
Sur les parties supérieures, la petite zone sur le croupion est grise et non blanche. En dessous, la poitrine est gris pâle tandis que l’abdomen, les flancs et les couvertures sous-caudales blancs ont une teinte ocrée.

Le juvénile ressemble au mâle mais il a la calotte sombre, et les parties supérieures noires ont des plumes bordées de larges liserés bruns.
L’immature ressemble à la femelle mais il a les parties supérieures plus ternes et beaucoup plus brunes.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
L’Artamie à tête blanche a deux sous-espèces.
A.v. annae se trouve dans l’ouest et le sud de Madagascar, vers le sud à partir de la rivière Sambirano. Cette race a le bec légèrement plus long que la race nominale.
A.v. viridis (décrite plus haut) se trouve dans le nord et l’est de Madagascar.

HABITAT :  
L’Artamie à tête blanche est commune à travers l’île, et plus particulièrement dans toutes sortes de forêts natives. Cependant, elle fréquente aussi les pousses secondaires et quelquefois les savanes et les zones boisées éloignées de la forêt indigène.
La race nominale A.v. viridis fréquente plutôt la forêt tropical humide dans l’est de l’île. L’espèce est présente depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500 mètres d’altitude, parfois plus haut.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Artamie à tête blanche émet un sifflement caractéristique et répété « yippee-hoo yippee-hoo yippee-hoo » ainsi qu’une variété de cris sonores comprenant un « whert » court.
Le mâle chante généralement depuis des perchoirs habituels dispersés dans le territoire.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Artamie à tête blanche se nourrit principalement d’invertébrés tels que chenilles, sauterelles et criquets, et araignées. Il lui arrive quelquefois de capturer des petits vertébrés comme les caméléons, mais rarement. En revanche, elle consomme aussi quelques fruits et des graines.

Elle cherche sa nourriture sur des branches de différentes tailles, y compris sur des branches presque verticales, en haut de la forêt et au niveau moyen. Elle est rarement vue sur le sol.
Elle se suspend souvent la tête en bas lorsqu’elle cherche des proies. Elle cherche surtout en glanant et en capturant rapidement ses victimes, mais elle sonde, enlève des morceaux d’écorce, casse des brindilles mortes avec son bec robuste afin de déranger et de capturer les insectes cachés en dessous. Les proies les plus grandes sont maintenues avec une patte et démembrées avec le bec avant d’être consommées.
L’Artamie à tête blanche se joint souvent à des groupes mixtes comprenant d’autres espèces de vangas.  

Pendant la saison de reproduction, l’Artamie à tête blanche peut quelquefois se reproduire de façon communautaire, avec un aide, un immature mâle en train de muer, qui aide à la défense du territoire et à chasser les prédateurs. Mais il ne s’occupe pas des jeunes. Cependant, il partage le lissage des plumes avec le couple reproducteur qui est monogame.

Les accouplements ont lieu pendant la période de la construction du nid et sont sollicités par la femelle. Elle s’accroupit sur une branche, gonfle son plumage et secoue les ailes et la queue, comme un jeune oiseau qui réclame sa pitance.
Le mâle ne parade pas mais regarde la femelle, puis, il s’approche d’elle et s’accouple.
Mâle et femelle partagent les tâches liées à la nidification et nourrissent leurs jeunes.  

L’Artamie à tête blanche est sédentaire.
En vol, elle ressemble beaucoup à la Falculie mantelée mais elle est bien plus petite, et son vol est plus rapide et plus direct.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
L’Artamie à tête blanche se reproduit à la fin de la saison sèche, à partir de fin septembre/mi-octobre jusqu’en janvier dans le nord-ouest de Madagascar.
Cette espèce se reproduit parfois de manière communautaire avec un mâle immature qui aide le couple reproducteur. Les deux partenaires construisent le nid en forme de coupe, avec des brindilles, des fibres végétales et de la toile d’araignée. Il se trouve à une hauteur allant de 6 à 19 mètres au-dessus du sol, dans la fourche d’un arbre.

La femelle dépose 3 œufs blancs avec des marques plus sombres. Les deux adultes incubent pendant 19 jours. Les poussins sont nourris par les parents et quittent le nid au bout de 22-24 jours après l’éclosion.
Tandis que le couple reproducteur s’occupe des poussins, l’aide participe à la défense du territoire et à la poursuite des prédateurs (lémurs, serpents et couas). Le mâle et l’aide sont très agressifs envers les prédateurs, tandis que la femelle lance des cris d’alarme mais ne s’approche pas.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Artamie à tête blanche est généralement commune dans la majeure partie de sa distribution, sauf sans la partie sud où elle est moins souvent observée. Elle est présente dans plusieurs zones protégées et n’est pas globalement menacée pour le moment.