English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
L’Attagis de Magellan est protégé par son plumage cryptique, mais aussi par le fait qu’il vit dans des habitats inhospitaliers.
L’espèce est protégée dans la majeure partie de la distribution, et elle est également présente dans certains parcs nationaux.
La taille de la population est inconnue, mais cette population semble stable.
L’Attagis de Magellan n’est pas globalement menacé pour le moment.      

Fr: Attagis de Magellan
Ang: White-bellied Seedsnipe
All: Weißbauch-Höhenläufer
Esp: Agachona Patagona
Ita: Tinocoro panciabianca
Nd: Witbuikkwartelsnip
Sd: vitbukig frösnäppa

Photographe:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334202

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Aves de Chile

Birding Chile

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

 

Accueil

Page famille Thinocoridés

Sommaire fiches

 

Attagis de Magellan
Attagis malouinus

Ordre des Charadriiformes – Famille des Thinocoridés

INTRODUCTION :
L’Attagis de Magellan se trouve dans le sud du Chili et de l’Argentine où il fréquente les montagnes arides et les landes découvertes. Il se nourrit principalement de matières végétales, en particulier des myrtilles et les bourgeons des cactus. Le nid se trouve sur le sol dans la végétation basse.
Des groupes se forment en hiver et se déplacent vers les plaines adjacentes lorsque l’hiver devient trop rude.
L’Attagis de Magellan vit habituellement dans des zones inaccessibles qui lui assurent une protection contre les dérangements divers. L’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :    
Longueur : 26-29 cm
Poids : 312-398 gr

L’Attagis de Magellan a les parties supérieures, la tête, le cou et la poitrine tachetés et festonnés de noir, chamois et cannelle, tandis que le menton, l’abdomen, le bas-ventre, les axillaires et le dessous des ailes sont blancs. Les flancs et les sous-caudales présentent des festons bruns irréguliers.
La tête et le cou peuvent paraître légèrement plus pâles avec des motifs plus fins que sur les parties supérieures.
Le bec est brun foncé avec la base de la mandibule inférieure grisâtre. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont gris jaunâtre ou brunâtres.

La femelle ressemble au mâle, mais une démarcation plus ou moins nette peut être présente entre la poitrine et l’abdomen.
Le juvénile ressemble à l’adulte, mais le dessus présente davantage de croissants blanchâtres, ce qui le fait paraître plus clair avec un plumage plus écaillé que celui des adultes.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
L’Attagis de Magellan est endémique de la Patagonie, depuis la région de Magallanes et de l'Antarctique chilien dans le sud du Chili, et le sud-ouest du Río Negro en Argentine, y compris le Cap Horn  et les Iles Wollaston dans la partie sud de la Terre de feu.
L’espèce a été mentionnée trois fois aux Iles Malouines.

HABITAT :      
L’Attagis de Magellan fréquente les éboulis où pousse de la végétation basse, entre 650 et 2000 mètres d’altitude. Il se trouve généralement dans les montagnes arides et les landes découvertes où poussent des buissons de Camarine rouge (Empetrum rubrum) et des plantes en coussin (Azorella patagonica), mais également sur les pentes rocheuses qui croisent une petite zone humide.
Après la reproduction, il fréquente plutôt les steppes de Patagonie, et surtout les parties pierreuses, le long des larges rives des lacs partiellement asséchés.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Attagis de Magellan émet un « too-ee » mélancolique en vol, mais lorsqu’il s’envole brusquement, il produit des « tu-whit » plus aigus et répétés tout en volant en faisant des zigzags.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
L’Attagis de Magellan se nourrit de matières végétales comprenant des graines, des bourgeons de cactus, des feuilles vertes, des petites baies, des myrtilles et des plantes en coussin.
Il se nourrit dans la végétation clairsemée qui pousse dans son habitat montagneux et inhospitalier.

L’Attagis de Magellan est en couple en été. Le nid est sur le sol et les deux parents prennent part à la nidification.
Pendant l’hiver, les oiseaux se rassemblent en groupes de 20-50 individus mais parfois jusqu’à 200. Ils sont grégaires en dehors de la saison de reproduction.

Cette espèce peut effectuer des déplacements altitudinaux pendant les hivers trop rudes pour atteindre les plaines adjacentes à des altitudes moindres, en particulier pendant les chutes de neige importantes.

L’Attagis de Magellan a des ailes longues et pointues et son vol est agile. Lorsqu’il s’envole brusquement, il se précipite en effectuant un vol en zigzag qui alterne avec des glissés. Puis il descend pour aller se poser sur un point élevé pour surveiller les alentours.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu en été, avec des œufs trouvés à partir du mois de janvier. La densité des nids est basse car chaque couple utilise une zone assez étendue couverte de végétation basse.
L’Attagis de Magellan nidifie dans une simple dépression sur le sol, tapissée de tiges courtes, de mousse et de lichens.

La femelle dépose quatre œufs jaune-olive avec des marques noires. Elle incube seule, tandis que le mâle posé à proximité du nid surveille les alentours.
Les poussins duveteux ressemblent aux adultes, avec le dessus festonné et le dessous blanc. Les deux parents les emmènent hors du nid à peine quelques heures après l’éclosion. Les jeunes sont capables de se nourrir seuls.
Lorsqu’une menace se précise, les parents effectuent des parades de distraction pour éloigner les intrus. De plus, le plumage cryptique de ces oiseaux les rend presque invisibles lorsqu’ils s’accroupissent sur le sol pour ne pas éveiller l’attention d’un prédateur.