English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Bec-croisé d’Ecosse
Loxia scotica

Ordre des Passériformes – Famille des Fringillidés

INTRODUCTION :
Le Bec-croisé d’Ecosse était auparavant une sous-espèce du Bec-croisé des sapins, mais il diffère par son bec plus massif et épais, avec la base du culmen moins courbée.
Il est présent dans le nord et le nord-est de l’Ecosse où il vit dans les forêts de conifères dont il est endémique, et il est le seul vertébré terrestre unique en Grande Bretagne, comme cela a été confirmé en août 2006.
Il se nourrit principalement des graines du Pin sylvestre (Pinus sylvestris), mais il consomme également les graines, les bourgeons et les jeunes pousses d’autres espèces d’arbres et probablement quelques larves d’insectes.
Il nidifie dans une coupe volumineuse située à 6-8 mètres au-dessus du sol, en haut d’un vieux pin sylvestre.   

Le Bec-croisé d’Ecosse est affecté par la dégradation de l’habitat causée par les plantations de conifères exotiques et par les nombreux Cervidés qui empêchent la régénération de la forêt.
La population est actuellement stable et l’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :   
Longueur : 16-17 cm
Envergure : 29-31 cm
Poids : 36-49 gr

Le Bec-croisé d’Ecosse ressemble beaucoup au Bec-croisé des sapins au niveau du plumage, mais son bec est plus massif.
Le mâle adulte a les parties supérieures rouge brique vif. Les plumes des scapulaires sont plus brunes avec une teinte orangée. Le dessus des ailes est brun noirâtre avec des liserés brun roussâtre sur les couvertures et les rémiges. Le croupion est rouge rosâtre vif mais les couvertures sus-caudales sont brunes avec des liserés brun roussâtre. La queue est noirâtre avec des rectrices aux liserés brun roussâtre.
En plumage usé, les plumes des parties supérieures ont des centres bruns.
Les parties inférieures sont rouge ou rouge orangé avec les flancs teintés de grisâtre. Les couvertures sous-caudales sont blanchâtres avec des extrémités brunes et une teinte rosâtre.

Sur la tête, la zone qui va du front à la calotte et la nuque est rouge brique vif. Les lores sont sombres. La ligne oculaire et l’arrière des parotiques sont brun grisâtre. Le reste de la face est comme la calotte.
Le bec est gris ou corne grisâtre, avec les bords jaunâtre pâle et les mandibules croisées. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bruns ou brun foncé.       

La femelle adulte a les parties supérieures vert-olive. Le manteau et le dos ont des plumes aux bases sombres. Les scapulaires sont légèrement plus sombres. Le croupion est olive pâle ou vert jaunâtre comme les couvertures sus-caudales, mais ces dernières ont des centres vert-olive sombre. La queue et les ailes sont comme chez le mâle, avec de fins liserés vert-olive terne.
Les parties inférieures sont jaune-olive mais les côtés de la poitrine et les flancs ont souvent des plumes dont la base est grise ou verte. La zone qui va de l’abdomen aux couvertures sous-caudales est blanchâtre avec des plumes aux tubes sombres. Les parties nues sont identiques à celles du mâle.  

Le juvénile a la tête et les parties supérieures vert pâle ou vert-olive avec des tubes sombres. Le manteau et les scapulaires sont légèrement plus foncés, en général vert-olive chez le mâle et brun chez la femelle. Le croupion est jaunâtre ou vert jaunâtre avec des stries sombres. Les couvertures sus-caudales sont brun foncé avec des bordures olive. Les ailes et la queue sont comme chez la femelle adulte mais avec des extrémités chamoisées sur les couvertures alaires, et chamois ou chamois jaunâtre sur les tertiaires.
Les parties inférieures sont jaune chamoisé terne avec des stries sombres, sauf sur le bas des flancs et l’abdomen.    
Le jeune mâle obtient le plumage adulte vers la fin du deuxième hiver ou dès le deuxième été.  

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :     
Le Bec-croisé d’Ecosse se trouve dans le nord et le nord-est de l’Ecosse.

HABITAT :
Le Bec-croisé d’Ecosse est confiné dans les Highlands, une région historique de l’Ecosse. Cette écorégion est la seule zone qui possède des forêts de Pins sylvestres. Le Bec-croisé d’Ecosse est endémique de la Caledonian Forest of Scotland, nom qui était donné à l’ancienne forêt pluviale tempérée d’Ecosse. 
Le Bec-croisé d’Ecosse se reproduit dans les forêts de plaine et les parcelles de Pins sylvestres (Pinus sylvestris), mais aussi dans les plantations matures ouvertes ou les restes des anciens arbres de la forêt.
Mais pendant l’hiver, il se trouve davantage dans les plantations de mélèzes (Larix) et celles de Pin tordu (Pinus contorta) ou encore d’épicéas (Picea sistchensis), ou dans les bois de pins avec des sous-bois couverts de bruyère.
Ces oiseaux sont devenus si spécialisés pour se nourrir qu’ils ne peuvent vivre que dans les forêts de conifères.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Il existe de légères variations entre les sons émis par le Bec-croisé d’Ecosse et le Bec-croisé des sapins.
Le cri « chip » du Bec-croisé d’Ecosse est relativement plus fort, en particulier lorsque l’oiseau est excité ou inquiet, ou juste avant de s’envoler. Les cris en vol sont plus profonds et plus rudes « tyoop-tyoop-tyoop » tandis que le Bec-croisé des sapins émet un « jip-jip-jip » retentissant. Mais ces sons peuvent aussi varier en fonction de la densité des forêts.

Le chant du mâle est émis depuis un perchoir et en vol. Il est décrit comme une série de phrases courtes « tiup rrreee priooo » et comprend souvent plusieurs « chip » groupés en phrases répétées, parfois précédées d’un cliquetis bref « schweerr schweerr ».
Mêle et femelle émettent un chant doux ainsi décrit « tip-tip-tip-toohee-toohee-tip-tip-too-hee-quik-quik ». Quelques « toop » plus forts sont parfois inclus dans ces séquences.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Bec-croisé d’Ecosse se nourrit des graines du Pin sylvestre, et lorsqu’elles ne sont plus disponibles, il consomme aussi les graines, les bourgeons et les jeunes pousses des épicéas, des sapins, du sapin de Douglas et des hêtres. Quelques invertébrés font sans doute aussi partie de son régime.

Ces oiseaux sont très spécialisés grâce à leurs mandibules croisées qui leur permettent d’extraire les graines des cônes. De la même manière, les muscles asymétriques de la mâchoire aident au mouvement de torsion utilisé pour extraire la graine.

Le Bec-croisé d’Ecosse se nourrit de deux façons.
L’oiseau détache le cône de l’arbre, ce qui nécessite un effort considérable pendant lequel chaque muscle semble être en action. Ensuite, le cône est emporté sur une branche où l’oiseau le tient fermement avec les griffes tandis qu’il extrait chaque graine avec son bec croisé.
Mais il lui arrive aussi de se nourrir en se déplaçant autour du cône. Il obtient la graine en insérant les extrémités des mandibules entre les écailles du cône avant d’effectuer une rotation du bec. Il utilise la mandibule supérieure ou la langue pour récupérer les graines.

Il glane aussi des invertébrés sur les branches, l’écorce et les lichens. Il boit fréquemment de l’eau.  
Il se nourrit en couples ou en groupes d’une vingtaine d’individus, et parfois à proximité des groupes de Bec-croisé des sapins.

Le Bec-croisé d’Ecosse est habituellement monogame. Le couple nidifie de façon isolée ou quelquefois en colonies lâches.
Les parades commencent à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Des groupes de mâles chantent fortement en chœur. Ils deviennent très agressifs les uns envers les autres.    
Le couple se forme pendant l’hiver. Les parades nuptiales montrent les deux partenaires posés face à face avec les ailes éloignées du corps. Les oiseaux touchent leurs becs et les accrochent tout en bougeant la tête d’un côté à l’autre ou d’avant en arrière.
Une autre parade est effectuée dans les airs. Le mâle poursuit la femelle au milieu des cimes des arbres, s’approchant d’elle avec un vol circulaire soutenu par des battements rapides. La femelle s’accroupit tout en émettant des petits cris. Sa queue est relevée et ses ailes légèrement abaissées et tremblantes, juste avant l’accouplement.
Des offrandes de nourriture du mâle à la femelle ont été observées, et le mâle « garde » sa partenaire. Les deux adultes partagent les tâches liées à la nidification.  

Le Bec-croisé d’Ecosse est résident et n’effectue que des dispersions locales liées à l’abondance de nourriture.
Il vole en effectuant plusieurs battements rapides alternés de courts glissés.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :     
La saison de reproduction a lieu de fin janvier/février à juin, avec la ponte généralement en mars-avril.
Cette espèce produit une ou deux couvées selon les ressources alimentaires.
Le nid est construit par la femelle, parfois avec l’aide du mâle. La structure volumineuse en forme de coupe est faite avec des brindilles de conifères, de la bruyère, des herbes, des fibres végétales, des éclats d’écorce, de la mousse et des lichens, des poils, des feuilles et des plumes. Il est situé dans un vieux Pin sylvestre, à 6-8 mètres du sol en haut d’un arbre ou au bout d’une branche, et rarement près du tronc.

La femelle dépose 2-5 œufs bleu pâle avec des marques violacées. Elle incube seule pendant 13-15 jours, souvent nourrie par le mâle pendant cette période.
Les poussin sont nourris par les deux parents et quittent le nid au bout de 17-25 jours après l’éclosion. Ils sont encore nourris par les adultes pendant 8 semaines. Durant les premiers dix jours après avoir quitté le nid, les jeunes n’ont pas encore les mandibules croisées, et ils ne peuvent donc pas consommer de graines de Pin sylvestre.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :        
Le Bec-croisé d’Ecosse a une distribution restreinte dans laquelle il est affecté par la dégradation de l’habitat à cause des plantations de conifères exotiques et aussi par les dommages causés par les trop nombreux Cervidés qui empêchent la régénération de la forêt.
La population est estimée à 8200/22 800 individus matures et elle paraît stable.  
Le Bec-croisé d’Ecosse n’est pas globalement menacé pour le moment.

Fr: Bec-croisé d’Ecosse
Ang: Scottish Crossbill
All: Schottlandkreuzschnabel
Esp: Piquituerto Escocés
Ita: Crociere di Scozia
Nd: Schotse Kruisbek
Sd: skotsk korsnäbb  

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112 

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

FINCHES AND SPARROWS by Peter Clement, Alan Harris and John Davis – Helm Identification Guides – ISBN: 0713652039

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

Bird ID Nord University

A first survey of the global population size and distribution of the Scottish Crossbill Loxia scotica

The Scottish Crossbill: Loxia scotica

Species Action Plan for the Scottish Crossbill Loxia scotica In Europe

Forestry and Land Scotland

Animal Corner

Loxia scotica Britainís Only Endemic Bird?

Scotland's Wildlife: Scottish Crossbill

The state of Scotlandís rainforest

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Page Fringillidés

Sommaire fiches