English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
En dépit de l’augmentation de la distribution, la destruction de l’habitat et les divers polluants environnementaux  menacent les populations de Bécassins à long bec.
Mais actuellement, celles-ci semblent augmenter selon les régions et ne sont donc  pas menacées.

Ang : Long-billed Dowitcher
All : Großer Schlammläufer
Esp: Agujeta Escolopácea
Ital: Limnodromo beccolungo
Nd: Grote Grijze Snip
Sd: Långnäbbad beckasinsnäppa

Photographes :

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Bob Moul
Nature Photography

Peter Moulton
Pete Moulton Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

GUIDE DES LIMICOLES de D. Taylor - Delachaux et Niestlé - ISBN : 2603014080

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

The Birds of North America online

Bird Web (Seattle Audubon Society)

 

Accueil

Page Scolopacidés

Sommaire fiches

 

Bécassin à long bec
Limnodromus scolopaceus

Ordre des Charadriiformes – Famille des Scolopacidés

QUELQUES MESURES
L: 27-30 cm
Env: 46-52 cm
Poids: 90-135 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Bécassin à long bec est un limicole nord Américain de taille moyenne qui atteint régulièrement les côtes de l’ouest de l’Europe au cours de ses migrations.   

En plumage nuptial, les parties inférieures sont rousses. Le devant du cou est tacheté de brun. La poitrine et les flancs sont tachetés et barrés de clair, et l’abdomen est légèrement plus clair et uni. Le dessous des ailes est plutôt gris pâle.
Les parties supérieures sont brunes, avec des liserés étroits de couleur fauve et des plumes aux extrémités blanchâtres. Une tache blanche allongée et pointue est visible au milieu du dos quand les ailes sont déployées.
Les ailes ont les extrémités brun foncé. Les rémiges secondaires sont bordées de blanc et on peut voir un bord de fuite étroit et blanc visible en vol.   
Sur la queue, des bandes noires alternent avec de fines bandes blanches.

Le Bécassin à long bec a le bec et les tarses assez longs. La tête est brune sur la calotte. On peut voir une bande blanchâtre depuis la base du bec jusqu’aux couvertures auriculaires. Les lores sont brun foncé. Le long bec est brun noirâtre. Les yeux sont brun foncé, entourés d’un fin cercle oculaire blanc. Les pattes et les doigts sont jaune verdâtres.

En plumage d’hiver, l’oiseau est plus gris et plus terne dans l’ensemble avec l’abdomen blanc uni. La poitrine est grise, les flancs sont barrés gris et blanc. Les parties supérieures sont brunes, moins marquées qu’au printemps.  

La femelle est légèrement plus grande que le mâle.
Le juvénile est d’un gris plus foncé avec des plumes aux liserés plus étroits sur le dessus. 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le cri du Bécassin à long bec est un pépiement aigu, habituellement unique, « kik », mais quelquefois répété en séries rapides. Le cri d’alarme reprend le même son, mais plus long « kiiik ».  
Le chant est une phrase rapide « pee-ter-wee-too » répétée entièrement ou en partie. Ce chant est émis par le mâle pendant le vol nuptial.

HABITAT :
Le Bécassin à long bec aime les marais herbeux ou couverts de joncs, les marécages dans la toundra arctique, les rives des lacs peu profonds, les plaines inondées et la toundra humide.
En migration et en hiver, on le trouve plutôt près des eaux douces, dans les marais et sur les rives des lacs asséchés, dans les mares et les zones boueuses, parfois sur les zones côtières.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Il se reproduit au nord et à l’ouest des côtes arctiques en Alaska, au Canada et au nord est de la Sibérie.
Il hiverne le long des côtes Atlantique et Pacifique, et au sud des USA, Amérique Centrale et Mexique.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUAVGE :
Le Bécassin à long bec se nourrit en sondant la vase de son long bec, tout en pataugeant. Parfois, il immerge complètement la tête. Son bec est très innervé au bout, et son sens tactile est très développé, lui permettant de trouver ses proies dans la boue ou la vase. Il marche lentement, faisant aller sa tête de haut en bas.
Il se nourrit de larves d’insectes, de petits escargots, de crustacés, ainsi que de graines et autres matières végétales.

Il vit habituellement en petits groupes. C’est une espèce grégaire.
Des vols nuptiaux sont observés. Le mâle pratique le vol stationnaire en chantant.  Des poursuites ont lieu avec deux ou trois mâles poursuivant une femelle.

C’est un migrateur qui part à la fin de l’automne. Les femelles partent en premier, les mâles suivent, et les juvéniles partent après les adultes.

VOL :
Le Bécassin à long bec effectue des vols rapides et acrobatiques pendant les parades. En vol, les pattes dépassent de la queue.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre fin mai et août.
Le bécassin à long bec est monogame. Construit par la femelle, le nid situé près de l’eau se trouve habituellement dans une touffe de laîches, ce qui le rend souvent humide au fond.

La femelle dépose 4 œufs bruns, tachetés de vert terne. L’incubation dure environ 21 à 22 jours, assurée par les deux parents. Les jeunes abandonnent le nid 24 heures après l’éclosion, et se nourrissent eux-mêmes. Ils sont élevés par les deux parents, mais la femelle abandonne le groupe très tôt après la naissance. Les jeunes volent au bout de 19/20 jours. Le mâle les surveille jusqu’à la pousse complète de leur plumage, au bout de 20 à 30 jours. Il n’y a qu’une seule couvée par an.

ALIMENTATION :
Le bécassin à long bec se nourrit de coléoptères, crustacés, petits escargots, graines et même des mousses et des fibres végétales. Sur les aires de reproduction, il se nourrit d’insectes et de leurs larves. Sur les zones boueuses, il trouve aussi des mollusques, des vers marins et autres invertébrés aquatiques.