English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Magellanic Snipe
Esp: Aguatero Sureño - Becacina

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia, la enciclopedia libre

Birds of Falkland Islands 

Birds & Seals of the Falkland Islands

 

Accueil

Page Scolopacidés

Sommaire fiches

 

Bécassine de Magellan
Gallinago magellanica

Ordre des Charadriiformes – Famille des Scolopacidés

INTRODUCTION :
La Bécassine de Magellan est parfois considérée comme une espèce à part entière, bien qu’elle soit encore souvent regardée comme une sous-espèce de Gallinago paraguaiae.
Cet oiseau de la famille des Scolopacidés a été décrit en 1828 par Phillip Parker King, officier à la Royal Navy. L’espèce fut alors nommée Scolopax magellanicus. Le premier exemplaire fut capturé dans le Détroit de Magellan au sud du Chili.

DESCRIPTION DE L’ESPECE :
Quelques mesures :
Longueur : 29-31 cm
Poids : 110 gr

L’adulte a les parties supérieures noirâtres tachetées de blanc jaunâtre. On peut voir un V blanchâtre ou ocre pâle sur le dos. Les ailes sont brunes, avec des fines vermiculures et des petites taches jaunâtres et blanchâtres, ainsi que des taches noires plus importantes. La queue blanche présente des barres couleur cannelle.

Sur les parties inférieures blanchâtres, le menton et la gorge sont blancs, alors que la poitrine est chamois pâle strié de brun clair. Les flancs sont barrés de brun. L’abdomen est blanc. Le bas-ventre et les couvertures sous-caudales sont blancs et striés de brun.
La couleur générale est plus chaude que celle de la race nominale.

Sur la tête chamois clair, on peut voir des rayures alternées noirâtres et blanc-crème très nettes qui partent de la face et s’étendent vers l’arrière de la calotte et la nuque. Les lores sont noirs. Les joues sont striées de brun.
Le long bec (environ 70 mm) est flexible et droit. Il est jaune verdâtre avec l’extrémité noirâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont vert jaunâtre.    

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Bécassine de Magellan se nourrit de divers invertébrés, insectes, larves et vers qu’elle capture à l’aide de son long bec. Quelques matières végétales viennent compléter son régime.
Elle sonde la boue et la vase en mouvements verticaux et rythmés, parfois sans même relever complètement le bec du sol. Les proies sont détectées au toucher grâce au bec flexible.

Pendant la saison de reproduction, le mâle établit le territoire et avertit de sa présence par des cris rapides émis depuis un promontoire à l’intérieur de la zone.
Afin d’attirer les femelles, il effectue des parades aériennes. Il vole haut dans les airs en décrivant des cercles. La descente rapide est accompagnée de bruits causés par les vibrations des rectrices et des ailes.

Le plumage cryptique permet à l’oiseau d’échapper aux prédateurs en restant immobile sur le sol.

La Bécassine de Magellan est migratrice, mais surtout les oiseaux de la Terre de Feu. Elle migre vers le nord en automne, car ses habitats gèlent. Elle hiverne dans les zones humides des pampas d’Argentine, en Uruguay et dans le sud du Brésil. C’est un visiteur d’été aux Iles Malouines où elle fréquente les landes de bruyère et les zones herbeuses.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu en août, et des œufs ont été trouvés aussi en novembre.
Le nid est une dépression peu profonde sur le sol, bien cachée dans la végétation. Elle est tapissée d’herbes.

La femelle dépose 2-3 œufs, et les deux adultes incubent pendant 19 jours. Les poussins sont nidifuges et quittent le nid très vite après la naissance. Ils sont accompagnés et assistés par leurs parents dans leurs premières recherches de nourriture.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Bécassine de Magellan est commune dans les basses vallées du sud des Andes et autour de Valdivia dans le centre-sud du Chili. Pendant la migration, elle est visible sur les hauts plateaux des steppes de Patagonie où elle n’est pas rare.
La population est estimée à environ 8000 couples aux Iles Malouines.  
L’espèce n’est pas menacée actuellement.

Les deux sexes sont identiques, mais la femelle est en général légèrement plus grande que le mâle.
Le juvénile ressemble aux adultes mais il a les pattes plutôt bleutées.      

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Bécassine de Magellan se trouve dans le centre et le sud du Chili et dans le sud de l’Argentine, vers le sud jusqu’à la Terre de feu. On la trouve aussi aux Malouines.
Elle hiverne plus au nord, jusqu’en Argentine, Uruguay et sud du Brésil.

HABITAT :
La Bécassine de Magellan se reproduit dans les tourbières, les pampas et les steppes herbeuses. Elle fréquente aussi parfois les bois ouverts marécageux. Dans le sud de la Patagonie, elle fréquente en général les zones où poussent des touffes d’herbes.
Elle fréquente le même genre d’habitat sur ses aires d’hivernage. 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Bécassine de Magellan émet des « chuk » rapides et répétés lorsqu’elle est au sol. Mais lorsqu’elle s’envole brusquement, elle produit des « chik chik, chik chik, chik chik » courts, discordants et plus haut perchés.
Les parades aériennes sont accompagnées de sortes de bêlements, hennissements, et autres vrombissements. Ces sons sont très certainement produits par les vibrations des rectrices et des ailes pendant le vol nuptial. Cependant, certains d’entre eux sont probablement d’origine vocale.