English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Long-tailed Ground-roller
All : Langschwanz-Erdracke
Esp: Carraca-terrestre Colilarga
Ital : Ghiandaia marina terricola codalunga
Nd: Langstaartgrondscharrelaar
Sd: Långstjärtad markblåkråka
Malgache: Bokitsy, Tolohoranto

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by  Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

ARKive (Christopher Parsons)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Brachyptérolle à longue queue
Uratelornis chimaera

Ordre des Coraciiformes – Famille des Brachyptéraciidés

QUELQUES MESURES :
L : 34-47 cm avec la queue d’environ 30 cm

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Les brachyptérolles ne se trouvent qu’à Madagascar. Le Brachyptérolle à longue queue a une distribution très restreinte contrairement aux quatre autres espèces de cette famille. Celui-ci a son propre genre Uratelornis, à cause de plusieurs différences tant en apparence qu’au niveau des comportements.

Le mâle adulte a la calotte et les parties supérieures beige chamoisé sombre, strié de brun foncé et de noir. La longue queue présente 15 à 20  barres brun foncé et des rectrices externes bleu clair. Sur le dessus des ailes, les couvertures, y compris les plus grandes couvertures primaires, sont bleu clair. Deux bandes blanches et noires se trouvent le long des primaires et des secondaires, et sont davantage visibles en vol.
Les parties inférieures sont blanc grisâtre pâle avec la poitrine plus blanche. Les sous-caudales sont blanchâtres.

Sur la tête, le sourcil est chamois clair alors que les couvertures auriculaires sont brunes. On peut voir une moustache blanche nette, bordée par une rayure malaire noire elle-même bordée par une autre brune. Le menton et la gorge sont blancs, bordés sur les côtés par ces rayures sombres, et en dessous par une bande pectorale noire.
Le bec est noir. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont clairs, brun rosâtre.

La femelle a le même plumage mais elle est plus petite avec une queue plus courte et une bande pectorale plus étroite.
Le juvénile ressemble à la femelle en plus terne.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Brachyptérolle à longue queue lance des séries de notes douces « boobooboo… » ou « too-tuc too-tuc too-tuc… ». Ces sons sont utilisés en guise de cris territoriaux et sont émis souvent avant le lever du jour. Mais on peut aussi les entendre tôt le matin et parfois en fin d’après-midi, et même la nuit. Ces cris se terminent parfois par des claquements sonores produits avec les ailes.
Les cris territoriaux sont habituellement émis depuis un perchoir, et les voisins territoriaux interviennent souvent en se répondant les uns les autres.
Le cri de contact entre les membres du couple est un « gu » bas ou « guguuguu », émis tout en cherchant la nourriture sur le sol, ou près du nid. Lorsque les oiseaux sont excités, ils produisent une variété de notes éraillées.
Cette espèce est en général silencieuse en dehors de la saison de reproduction.

HABITAT :  
Le Brachyptérolle à longue queue vit dans les zones arides où poussent des arbustes épineux et dans les bois de feuillus, alors que les quatre autres espèces de cette famille préfèrent les forêts plus humides.
Son habitat comprend des plantes qui ressemblent aux cactus, et des sols sableux recouverts d’une épaisse couche de feuilles mortes. Cette espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 100 mètres d’altitude.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Brachyptérolle à longue queue a une distribution très restreinte, une étroite zone côtière dans le sud-ouest de Madagascar, un habitat unique situé entre les fleuves Fiherenana et Mangoky. Cette zone est une forêt d’arbustes épineux de 70 kilomètres de large sur 200 kilomètres de long en bordure de la côte.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Brachyptérolle à longue queue se nourrit surtout d’invertébrés tels qu’insectes, chenilles et vers, mais aussi de petits reptiles et de grenouilles. Cette espèce se nourrit presqu’exclusivement sur le sol. L’oiseau reste immobile pendant un moment, pour ensuite se mettre activement à chercher des proies. Tandis qu’il se nourrit, il relève et abaisse régulièrement sa queue. Il court avec puissance mais il ne vole pas beaucoup. Cependant, il lui arrive de happer des papillons en vol. 
Cette espèce est active à l’aube et au crépuscule, mais aussi pendant la nuit.

Bien que le Brachyptérolle à longue queue soit essentiellement terrestre, il dort dans les arbres ou les buissons et chante depuis des perchoirs en hauteur.
Il défend un petit territoire autour du site du nid, un terrier creusé dans le sol, pendant la saison de reproduction. Ils forment des couples monogames pendant cette période, mais sont habituellement solitaires le reste de l’année pendant la saison sèche.

Pendant qu’il lance ses cris territoriaux, l’oiseau secoue la tête vers le bas et relève sa queue. Lorsqu’il est excité, la queue est dressée verticalement. S’il est menacé, elle est tenue bien fermée.

Les parades nuptiales sont peu connues, mais on peut imaginer que cette longue queue joue un rôle en étant régulièrement relevée et déployée en éventail. De la même façon, les dessins de la tête, de la poitrine et des ailes sont probablement mis en valeur par des postures et des mouvements adaptés, souvent accompagnés de cris. Une grande variété de sons est associée aux parades. Le mâle semble nourrir la femelle pendant cette période.

Le Brachyptérolle à longue queue est habituellement sédentaire dans sa distribution, effectuant juste quelques déplacements courts entre mai et août.

VOL :
Le Brachyptérolle à longue queue est essentiellement terrestre et rechigne souvent à s’envoler. Ces oiseaux préfèrent courir pour se mettre à l’abri sous le couvert végétal plutôt que de prendre leur envol.
Il est cependant capable de voler sur de courtes distances avec un vol rapide, direct et bruyant pour capturer une proie, happer des insectes en vol ou échapper à un prédateur.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre octobre et janvier quand la saison des pluies commence.
Le Brachyptérolle à longue queue nidifie dans une cavité dans le sol. Les deux adultes creusent le trou avec le bec et les pattes. Ils creusent un terrier en pente douce dans le sable durci où aucune herbe ne pousse, à la lisière d’une petite clairière ou au bord d’un chemin. Ce terrier mesure environ 0,80 – 1, 20 mètre de long sur 8 centimètres de diamètre. La chambre d’incubation se trouve tout au fond et mesure 20 centimètres de diamètre. Elle est tapissée de végétation sèche.

La femelle dépose 2-4 œufs blancs. Il n’y a pas d’informations disponibles concernant l’incubation et la période au nid. Cependant, un juvénile complètement emplumé a été observé fin novembre, et trois autres fin décembre. Après la reproduction, ils restent en groupes familiaux de 4-5 oiseaux.
Le couple construit plusieurs nids au cours d’une même saison, entre un et six. Ils sont toujours situés à moins de 50 mètres des autres nids de ce couple. 

ALIMENTATION :
Le Brachyptérolle à longue queue se nourrit surtout d’invertébrés tels que fourmis, scarabées, papillons, chenilles, blattes, sauterelles, cloportes, vers, et aussi de petits reptiles et de grenouilles.
Il se nourrit sur le sol mais il lui arrive parfois de capturer des insectes en vol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Brachyptérolle à longue queue a une distribution très restreinte et la déforestation pour l’agriculture et la production de charbon de bois est en augmentation.
Cette espèce s’est adaptée aux habitats dégradés, mais de telles zones sans arbres ne sont pas complétement occupées par le Brachyptérolle à longue queue. De plus, cet oiseau discret est la proie des chiens et des rats introduit sur l’ile. La collecte des œufs et la chasse par les humains ajoutées aux menaces précédentes rend cette espèce Vulnérable.