English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Bruant des roseaux
Ang: Common Reed Bunting
All: Rohrammer
Esp: Escribano Palustre
Ita: Migliarino di palude
Nd: Rietgors
Sd: Sävsparv

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

José Luis Beamonte
Pájaros de España

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Otto Plantema
Trips around the world

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
Bird Photography

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  
 
THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

ARKive (Christopher Parsons)

British Garden Birds

HBW Alive

Muséum national d’Histoire naturelle - Inventaire National du Patrimoine Naturel

Cahiers d’Habitat « Oiseaux » - MEEDDAT- MNHN – Fiche projet

 

Accueil

Page famille Embérizidés

Page ordre des Passériformes

Sommaire fiches    

 

Bruant des roseaux
Emberiza schoeniclus

Ordre des Passériformes – Famille des Embérizidés

INTRODUCTION :
Le Bruant des roseaux est souvent perché de manière typique en haut d’un roseau, mais il se nourrit plutôt sur le sol ou dans la végétation basse dans les habitats humides.
Les bruants, et en particulier les oiseaux du genre Emberiza de l’Ancien Monde, ont des mandibules courbes, presqu’en forme de S au niveau des bordures. Le petit bec robuste est classique des mangeurs de graines. Les deux mandibules sont fortement inclinées vers le bas à la base et la mandibule inférieure est beaucoup plus profonde que l’autre.
Mais la forme du bec varie en fonction de la distribution géographique, de l’habitat et du régime. La race « schoeniclus » ici décrite et représentée, fait partie de celles qui ont un petit bec.

Le Bruant des roseaux est en déclin dans une grande partie de la distribution, à cause du drainage des zones humides. Cependant, l’espèce s’est montrée capable de s’adapter à d’autres types d’habitats, et depuis quelques dizaines d’années, elle a colonisé des habitats plus secs comme, entre autres, les haies et les buissons.

Autres

images

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 14-16,5 cm
Poids : 19 gr

Le mâle adulte en plumage nuptial a la tête et la gorge noirâtres et une moustache blanche très nette. Un collier blanc se dessine sur la partie postérieure du cou et s’étend vers le bas jusqu’aux côtés du cou.
Sur les parties supérieures, le manteau est gris-brun/fauve strié de noirâtre. Les scapulaires sont noirâtres avec des plumes aux liserés roux. Le dos et le croupion sont grisâtres avec des stries sombres, alors que les couvertures sus-caudales sont brunes. La queue profondément fourchue est brun noirâtre avec du blanc sur les rectrices externes. Sur le dessus des ailes, les couvertures brun-roux ou brun noirâtre ont des extrémités légèrement plus claires, et les rémiges sont brun noirâtre.
Les parties inférieures sont blanchâtres avec des stries variables sur les côtés de la poitrine et les flancs.
Le bec est assez petit et noirâtre. Les yeux sont brun-roux sombre. Les pattes et les doigts sont brun rosâtre.

Le mâle adulte non nuptial a les dessins de la tête obscurcis par les liserés gris-brun des plumes fraîches. On note la présence d’un sourcil blanc chamoisé. La moustache est blanchâtre et la rayure malaire est noire. Le menton est chamoisé tandis que la gorge est blanchâtre.
Les parties supérieures sont assez semblables au plumage nuptial sur les ailes et la queue, alors que le reste est légèrement plus pâle.
Les parties inférieures sont blanchâtres avec la poitrine et les flancs jaune chamoisé clair strié de brunâtre.
La mandibule inférieure est bleu-gris.

La femelle adulte en plumage nuptial ressemble au mâle non nuptial. La rayure malaire est très évidente. La poitrine et les flancs sont striés de sombre. Le bec est noirâtre.
En non nuptial, la femelle est très semblable au mâle dans le même plumage, avec juste quelques différences au niveau des dessins de la calotte.

Le juvénile ressemble à la femelle mais il a la calotte plutôt châtain avec de nombreuses stries sombres. La rayure malaire noirâtre est plus large. Les parties supérieures sont chamois jaunâtre avec des taches et des stries sombres. La poitrine est très striée alors que l’abdomen et les flancs sont tachetés. Les yeux sont gris-brun foncé.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Bruant des roseaux se reproduit à travers l’Europe et dans la majorité des zones tempérées et du nord de l’Asie. Les oiseaux des zones plus clémentes du sud et de l’ouest de la distribution sont en général résidents. En revanche, les autres populations migrent vers le sud en hiver. Les oiseaux du nord et de l’est de la distribution hivernent en Afrique du Nord, en Iran et au Japon.
Actuellement, 20 sous-espèces sont reconnues. Elles diffèrent par la taille générale et la taille du bec, ainsi que par quelques détails du plumage.

Femelle non nuptiale

La race E.s. schoeniclus est ici décrite et représentée. Elle se reproduit en Europe, depuis la Scandinavie, vers l’est jusqu’au Pechora Basin et l’Oural, vers le sud jusqu’aux Iles Britanniques, en France, dans l’ouest de l’Autriche, dans le nord de l’Italie et dans le sud-ouest de la Russie.  
Elle hiverne vers le sud jusqu’en Afrique du Nord et dans le sud-ouest de l’Asie.

HABITAT :
Le Bruant des roseaux fréquente des habitats humides variés comme les roselières, les parcelles de joncs, les bosquets de saules et les prairies humides plantées de hautes herbes, la toundra humide et les marais salants dans les estuaires.
Cependant, à cause du drainage intense des marais dans certaines parties de la distribution, cette espèce s’est adaptée à d’autres types d’habitats comprenant les zones cultivées, les haies, les buissons et les plantations de jeunes conifères bien loin de l’eau.
En dehors de la saison de reproduction, il fréquente les jachères, les cultures et les herbages côtiers.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Bruant des roseaux a pour cri habituels un « tseeu » aigu et un « see » haut-perché. On peut également entendre un « chew » ou un « chup » profond, généralement émis en vol en dehors de la reproduction.
Le chant est monotone. C’est une série de 4-5 notes montant et descendant ainsi décrite « seep-surp-seep-surp-sisssii ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :        
Le Bruant des roseaux est habituellement perché en haut d’un roseau, bien qu’il se nourrisse souvent sur le sol où il cherche sa nourriture dans la végétation près de l’eau. En hiver, il se nourrit plutôt dans les zones cultivées. Il forme souvent des groupes mixtes avec des pinsons, d’autres bruants, des alouettes et des pipits.

Pendant la saison de reproduction, il se nourrit principalement d’invertébrés tels qu’insectes et larves, araignées, escargots, mollusques bivalves et crustacés. Mais il consomme aussi des graines et des plantes de nombreuses espèces végétales.
Il se nourrit seul ou en couples pendant la saison de reproduction, et en petits groupes ou en bandes lâches en dehors de cette période.

Le Bruant des roseaux mâle chante dès la mi-mars pour établir le territoire, et la femelle construit le nid début avril. Il chante depuis un perchoir exposé avec les ailes vibrantes et la queue agitée de soubresauts. Pendant ces parades, les dessins noir et blanc de la tête sont mis en valeur par des postures adaptées. L’espèce est habituellement monogame.
Après la reproduction, ils deviennent plus grégaires et forment des groupes de taille variable aux dortoirs souvent situés dans des parcelles de roseaux, mais dans tous les cas près de l’eau.

Le Bruant des roseaux des parties nord de la distribution migre vers le sud et de nuit pour hiverner dans des zones plus tempérées.

Le vol est puissant et ondulant. Il est plutôt saccadé sur des distances courtes, mais il devient un peu vrombissant et hésitant lorsque l’oiseau est bien lancé.
Lorsqu’il est dérangé, l’oiseau s’envole brusquement et monte assez haut dans les airs avant de plonger rapidement dans le couvert végétal.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu d’avril à août, mais elle varie quelque peu selon la distribution. Le Bruant des roseaux peut produire trois couvées par saison dans le sud de la distribution.
La femelle construit le nid habituellement sur le sol, dans une touffe d’herbes ou à la base d’un arbuste ou d’une haie de buissons. La structure en forme de coupe est faite avec des herbes, des brindilles, de la mousse, des laîches, des tiges de roseaux et des feuilles. L’intérieur est tapissé de matériaux végétaux plus doux.

La femelle dépose 4-5 œufs gris olive ou violet pâle avec des marques sombres. Les deux adultes incubent pendant 12-15 jours, mais la femelle est beaucoup plus présente que le mâle. Les poussins sont nourris par les parents pendant 10-12 jours. Ils quittent souvent le nid avant même de savoir voler.

PROTECTION / MENACES / STATUTS : 
Le Bruant des roseaux est en général commun ou localement commun en dépit de quelques déclins en Norvège et en Suède en 1990-2000. Dans la majeure partie de l’Europe, les populations semblent stables. Cependant, des déclins modérés sont rapportés à cause du drainage des zones humides et de l’usage des pesticides dans les cultures où ils se nourrissent en automne et en hiver.
La population était estimée en 2004 à 29 400 000/106 000 000 individus au total.
Le Bruant des roseaux est actuellement considéré comme non menacé.