English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Buse rouilleuse
Buteo regalis

Ordre des Accipitriformes – Famille des Accipitridés

QUELQUES MESURES :
L : 56-69 cm
Env : 133-142 cm
Poids : 977-2074 gr

LONGEVITE : Jusqu’à 20 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
La buse rouilleuse est l’une des trois espèces de buses américaines à avoir les tarses emplumés jusqu’aux doigts. C’est la plus grande buse américaine, avec des ailes longues et larges, une grande tête et une large ouverture du bec. C’est une espèce des paysages ouverts, très semblable à l’aigle royal (Aquila chrysateos) par son régime, son vol, ses comportements et ses cris.

Ang : Ferruginous Hawk
All : Königsbussard
Esp : Busardo Herrumbroso
Ital : Poiana codarossa africana
Nd :  Rosse Ruigpootbuizerd
Russe : Королевский канюк
Sd : Kungsvråk

Photos de Tom Grey
Son site: Tom Grey's Bird Pictures

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

BIRDS OF THE GREAT BASIN – by Fred A. Ryser - Univ of Nevada Pr -ISBN: 0874170796

HAWKS, EAGLES AND FALCONS OF NORTH AMERICA by Paul A. Johnsgard - Smithsonian Institution Press - ISBN: 1560989467

Avibase (Lepage Denis)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Page rapaces

Sommaire fiches

 

On distingue deux phases de plumages.
En phase claire, l’adulte a les parties supérieures brun rouille, la tête et le cou clairs, et les parties inférieures presque blanches. Les pattes sont rouille, et quelques marques de couleur rouille apparaissent en dessous des ailes et sur l’abdomen. La queue est blanche ou grise. Vue du dessus, les ailes présentent une zone blanche sur les primaires quand elles sont déployées. Les yeux sont jaune pâle. Le bec est bleuâtre à gris perle avec une ouverture jaune. Les serres sont jaunes.

En phase sombre, l’adulte est brun foncé sur tout le corps, parties supérieures et inférieures. Les ailes présentent une zone claire sur les primaires, sur et sous l’aile. La queue est grisâtre avec du brun profond sur les rectrices. On peut voir quelques liserés cannelle sur les plumes de la gorge, de la poitrine, des côtés et du dos. Les yeux sont brun clair à brun.

Les deux phases présentent des variations. L’adulte en phase sombre a plus ou moins de brun sombre sur l’abdomen. L’adulte en phase claire présente une quantité variable de couleur rouille et un peu de gris sur l’abdomen et sur l’envers des ailes.  

Une phase fauve peut être observée, avec des tons roux variables sur le corps, surtout sur les parties inférieures.

Les deux sexes sont semblables, avec la femelle habituellement plus grande que le mâle, et présentant davantage de marques foncées sur les pattes et l’abdomen.

Le juvénile en phase claire a les parties inférieures d’un blanc immaculé, avec un velouté fauve pâle sur la poitrine des jeunes oiseaux quittant le nid. Les parties supérieures présentent des tons rouille à orange-cannelle. La queue est grise avec les bases blanches, et une bande subterminale indistincte sombre.

Le juvénile en phase sombre a le corps et les couvertures alaires entièrement brun foncé. La poitrine peut être teintée de couleur fauve. La queue présente des bandes foncées imprécises. Les yeux sont brun-jaune. Le bec est noir. Les tarses et les doigts sont d’un jaune terne.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La buse rouilleuse est bruyante en période de reproduction, et principalement pendant les vols de parade. Elle est très calme en hiver, même en petits groupes de 10 à 12 oiseaux.
Le cri d’alarme comprend de grinçants « kree-a » et « kaah kaah », presque semblables aux cris du goéland argenté. Ces cris d’alarme peuvent cependant sembler faibles et craintifs.
Les jeunes au nid émettent des piaulements, et les oiseaux qui quittent le nid émettent les mêmes sons que les adultes. 

HABITAT :
La buse rouilleuse se reproduit dans les zones herbeuses et les steppes broussailleuses. Elle évite les hautes altitudes, les forêts et les canyons étroits. Elle peut se trouver dans les forêts riveraines aux arbres épars, les zones de canyons avec des falaises et des arbres isolés, et les petits bosquets sur les terrains plats.
Elle hiverne dans les zones ouvertes, depuis les terrains herbeux jusqu’au désert où les chiens de prairie sont abondants.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La buse rouilleuse est une espèce reproductrice dans l’Ouest aride, depuis l’extrémité Sud des prairies des provinces canadiennes et à travers les Etats-Unis.
Elle hiverne depuis la Californie et le Sud du Nebraska, et vers le Sud jusqu’au centre du Mexique.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La buse rouilleuse chasse de plusieurs façons. Elle peut attendre et surveiller depuis un perchoir bas ou sur le sol. Quand la proie est détectée, elle s’élance avec quelques battements d’ailes, et ensuite, plane jusqu’à sa proie. Elle peut aussi attendre à l’entrée du terrier d’un rongeur ou tout près des travaux récents d’un « pocket gopher », (sorte de rongeur de la famille des Geomyidae ressemblant un peu à une taupe). Elle le capture quand l’animal pousse la terre vers la surface. La buse déploie ses ailes, s’élève à faible hauteur dans les airs et « tombe » pattes tendues dans la terre meuble où elle saisit sa proie et l’emporte.

La buse rouilleuse effectue des chasses aériennes en « quadrillant » une zone, en volant assez près du sol, pratiquant le vol battu, en planant et en voltigeant. Elle plane aussi à haute altitude pour détecter les proies au sol.
En hiver, on peut voir des groupes de six à douze oiseaux, immatures et adultes, chassant les chiens de prairie sur le sol.  

Parfois, d’autres aigles ou buses approchent du site de chasse, volant  à environ 7 à 10 mètres de hauteur. Les nouveaux arrivants menacent les rapaces se nourrissant de leurs proies en sautant et ils les déplacent en battant des ailes, créant une sorte de frénésie autour de la nourriture. On ne sait pas s’il existe une hiérarchie parmi les buses rouilleuses sur les sites de chasse, mais généralement, ce sont les aigles qui dominent les autres rapaces.

La buse rouilleuse dort sur les falaises, les structures humaines, les arbres et parfois au sol, seule ou en couple. On peut trouver de petits groupes de 6 à 12 oiseaux ensemble en hiver. Ils dorment debout, parfois sur une seule patte, les yeux clos.

La buse rouilleuse est agressive pendant la période de reproduction, pourchassant les intrus hors du territoire, les attaquant avec les serres ouvertes et les accrochant au passage. Quand elle est dans une posture agressive, la buse rouilleuse a la tête tendue vers le haut, et les plumes de la tête, du cou et de la poitrine hérissées. Quand elle est menacée au sol, elle étend aussi les ailes et ouvre largement le bec. Dans les airs, s’il y a un intrus, elle effectue un vol oscillant, avec de profonds et lourds battements d’ailes, tournant et pratiquant un vol ondulant.

La buse rouilleuse est probablement monogame, et les liens du couple peuvent être maintenus toute l’année. Les parades nuptiales comprennent des vols, les deux oiseaux planant en larges cercles relativement haut dans le ciel. Le mâle effectue une sorte de vol dansant, avec des battements d’ailes profonds, lents et laborieux, des virages irréguliers et du tangage. Il plonge et remonte souvent près de la femelle, et se plaçant au-dessus d’elle, il étend ses pattes et l’agrippe brièvement avec les serres. Les deux rapaces s’accrochent souvent par le bec et les serres, en descendant vers le sol en spirale, en hurlant et en criant.

L’accouplement peut avoir lieu après les vols de parade, mais aussi après la construction du nid par le mâle. Le mâle propose de la nourriture à la femelle, lui apportant des proies pendant la parade nuptiale.
La buse rouilleuse harcèle, poursuit et attaque les autres rapaces qui s’approchent du nid avec l’intention d’emporter les jeunes.

VOL :
La buse rouilleuse vole près du sol quand elle chasse.

Elle peut aussi effectuer des planés dynamiques, des ascensions de plusieurs centaines de mètres et ensuite tomber à pic jusqu’à quelques mètres du sol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le couple de buses rouilleuses visite les nids des années précédentes, et les partenaires se partagent la sélection du site du nid. Ils peuvent nidifier sur des arbres, dans les broussailles, sur les falaises, les structures humaines, ou sur le sol, sur les pentes, les crêtes ou les arêtes.

Le nid peut être placé du sol jusqu’à 20 mètres de hauteur, ou plus haut sur les structures humaines. Le nid est construit ou retravaillé par les deux adultes. Le mâle apporte les matériaux à la femelle qui les arrange en formant la coupe centrale. Il leur faut environ une semaine pour ce travail. La construction du nid fait partie de la maintenance des liens du couple.

Le nid est fait de brindilles, rameaux, tiges et débris trouvés sur le sol. La femelle tapissera la coupe de morceaux d’écorce. Ils pourront ajouter des os et de la bouse de vache. Dans quelques régions, la coupe est tapissée de bouse et d’herbes. Parfois la femelle ajoute du papier, des barbelés, du plastique…
Les matériaux utilisés par les buses rouilleuses sont le reflet de leur habitat. Les rapaces utilisent les matériaux disponibles autour du site du nid.

La femelle dépose 2 à 4 œufs lisses blanc crème, tachetés de brun et de chamois allant du clair au foncé. Les œufs sont apparemment déposés à raison d’un tous les deux jours. L’incubation commence avec le premier œuf pondu, et dure environ 32 à 33 jours. La femelle incube plus que le mâle. Celui-ci est posé près du nid, et surveille les alentours. Le nid est surveillé en permanence. La femelle est nourrie par le mâle qui apporte de la nourriture au nid.

Les poussins sont nidicoles et naissent en deux à quatre jours. Ils ont les yeux clos et le duvet humide. Ils ne peuvent pas relever la tête et se couchent ou s’assoient à l’âge d’environ deux semaines. Ils se mettent debout à l’âge de 18 ou 20 jours, et peuvent marcher très vite ensuite. Ils sont nourris par les deux adultes, le mâle apportant les proies et la femelle les distribuant aux jeunes. Ceux-ci peuvent consommer de petits morceaux eux-mêmes au bout de 16 à 18 jours. A l’âge d’environ 33 ou 34 jours, ils peuvent battre des ailes et pratiquer des sauts en battant des ailes.
La mort du plus jeune par l’aîné peut arriver, mais est assez rare.

La femelle couve les poussins les premières trois semaines. Son détachement est progressif. Au fur et à mesure de la croissance des jeunes, elle se pose aux limites du nid dans un arbre voisin.
Les jeunes quittent le nid à l’âge d’environ 38 à 50 jours. Ils restent à l’intérieur de 100 à 200 mètres du nid, perchés sur les arbres, sur des postes élevés ou sur le sol. Ils sont capables de tuer une proie à 52 jours, mais les jeunes restent dépendants des parents pendant encore plusieurs semaines. Leurs premiers vols sont courts et maladroits.
Cette espèce produit une seule couvée par saison.

ALIMENTATION :
La buse rouilleuse se nourrit principalement de petits rongeurs, chiens de prairie, écureuils terrestres, lapins et lièvres.

PROTECTION / MENACES / STATUTS
La buse rouilleuse peut être tuée sur les zones d’hivernage. Elle peut aussi être tuée par les collisions avec les lignes électriques ou les automobiles. Les dérangements humains tels que les activités pour la recherche qui altèrent les comportements reproducteurs, sont liés aux abandons des nids.
La perte de l’habitat est un fait important dans la plupart des déclins, comme les empoisonnements et le contrôle des populations de rongeurs, et les feux dans les zones de nidification.
Les plateformes artificielles sont utiles pour l’augmentation des populations quand les arbres meurent ou tombent.