English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Wood Duck
All : Brautente
Esp : Pato Joyuyo
Ital: Anatra sposa
Nd: Carolinaeend
Sd: Brudand

Photographes:

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

René Lortie
http://rlortie.ca

Bob Moul
Nature Photography

Tom Merigan
Tom Meriganís Photo Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

Canard carolin
Aix sponsa

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

QUELQUES MESURES :
L : 43-51 cm
Env : 70-76 cm
Poids : M : 680gr – F : 540 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Canard carolin est un canard de taille moyenne. Mâle et femelle ont une crête sur la tête et une longue queue rectangulaire, l’abdomen blanc, et des rayures blanches sur l’arrière des ailes.

Le mâle est un peu plus gros que la femelle. Sa tête ornée d’une longue crête a des reflets verts, bleus et violets, et porte deux lignes blanches parallèles, qui vont, l’une de la base du bec à l’arrière des yeux, et l’autre jusqu’à l’arrière de la tête. Il a les yeux rouges, avec un cercle orbital orange. Son bec est coloré : on distingue une fine ligne jaune à l’extrême base, puis la base rouge, des traces de blanc sur les côtés, et une bande noire centrale qui va jusqu’à l’extrémité. La base du bec se projette vers les sourcils.

Il a la poitrine roussâtre finement tachetée de points blancs. Elle est séparée des flancs par une double barre blanche et noire. Les flancs sont jaunâtre chamoisé, séparés du dos par une ligne blanche. Le dos et la queue sont noirs avec des reflets bleus et verts.
Le dessous des ailes est sombre, avec les couvertures tachetées de noir et blanc. Les pattes sont jaunes.

En plumage d’éclipse, le mâle adulte ressemble à la femelle mais son bec est de couleur différente.

La femelle est plus terne. Son plumage est brunâtre gris. Elle a une tache blanche autour de l’œil et la base du bec gris est soulignée de blanc. La gorge et le menton sont blancs,  la poitrine et les flancs sont gris-brun tachetés de blanchâtre. Les parties supérieures sont brun grisâtre avec des reflets bleus et pourpres. Les pattes sont gris jaune terne.

Le juvénile ressemble à la femelle en plus terne. Le bec est gris, les yeux sont bruns avec un cercle orbital indistinct jaune.

Les nouveau-nés sont brun foncé sur le dessus, avec de petites taches blanches sur les ailes et le dos. Le dessous est jaune pâle, et une bande noire va de l’œil à la nuque. Le bec est bleu gris, les doigts sont noirs.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Canard carolin femelle émet un perçant « oo-eek, oo-eek » quand elle est dérangée ou qu’elle s’envole. Le mâle a un sifflement ténu et ondulant « jwiiip » ou « swiiiooo, kip, kip, kip ».
Le Canard carolin adulte possède une douzaine de cris différents, les nouveau-nés en ont déjà cinq. Les cris des adultes sont surtout utilisés en cas d’alerte ou pendant la parade. La femelle a des cris différents, pour appeler son partenaire, et pour appeler ses poussins. Les nouveau-nés émettent quelques cris 2 ou 3 jours après l’éclosion, cri d’alarme, de contact et s’ils se sentent menacés. A trois mois, ils possèdent le même répertoire que les adultes. 

HABITAT :
Le Canard carolin est une espèce Nord Américaine. Il occupe une grande variété d’habitats, incluant les zones boisées le long des lacs. Il vit aussi sur les étangs d’eau douce, les rivières tranquilles, et a besoin de paysages bien boisés pour nidifier.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Amérique du nord. La population de la côte Est se reproduit du sud du Canada  à la Floride, et celle de la côte Ouest, de la Colombie Britannique à la Californie. Les deux populations hivernent au sud de leurs aires de nidification.

COMPORTEMENTSDANS LA VIE SAUVAGE :
Le Canard carolin commence plus ou moins à parader vers l’automne,  mais la véritable parade commence vraiment au printemps. Il est monogame et reste avec une seule et même femelle pour une saison complète, mais changera de partenaire l’année suivante.

Les mâles utilisent leur magnifique plumage pour attirer les femelles, alors que la femelle émet un son perçant et sonore pour attirer le mâle. Celui-ci a plusieurs façons de parader. On peut d’abord observer un lissage mutuel des plumes. Le mâle exhibe ses ailes et sa queue en les agitant et en les relevant fréquemment, montrant ses couleurs à la femelle. Le lissage mutuel des plumes implique les deux partenaires qui se picorent mutuellement la tête et le cou. Après la reproduction, les mâles migrent vers d’autres lieux pour muer.

Le Canard carolin se déplace en marchant, en volant et en nageant. C’est un oiseau diurne, et à l’exception des femelles accompagnées de petits, ils dorment sur l’eau. Ce sont des oiseaux grégaires, et souvent rassemblés le soir.
Pour se nourrir, le canard carolin plonge sa tête dans l’eau pour saisir  la végétation aquatique. Il picore à la surface en barbotant, mais il se nourrit aussi à terre.

Le Canard carolin migre en couple ou en petits groupes. Il n’est pas territorial. Leurs systèmes de défense pour protéger leur partenaire incluent la poursuite, les coups de bec et les coups d’ailes. Les bagarres sont souvent brèves. Pour menacer un autre oiseau, ils agitent leur bec de façon saccadée et frappent d’un coup sec.

Quand un prédateur est dans le secteur du nid, la femelle lance son cri d’alarme, et les petits s’élancent dans l’eau pour se protéger, tandis que leur mère nage loin d’eux, en feignant d’avoir une aile cassée pour attirer le prédateur sur elle et l’éloigner des poussins. Les poussins meurent dans une proportion de 85 à 90% à moins de deux semaines, à cause des prédateurs.

VOL :
Le Canard carolin a un vol  rapide et agile, et il se faufile aisément entre les arbres de son habitat. Sa tête est dressée mais le bec est incliné vers le bas. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le Canard carolin niche isolément  dans les arbres, à une hauteur variant de 6 à 15 m, près de l’eau, parfois directement sur l’eau, mais d’autres fois à plus de 2 km. Le nid est construit dans une cavité. Il est tapissé de copeaux de bois et de duvet.

La femelle dépose 6 à 15 œufs blanchâtres. Elle couve ses œufs pendant environ 30 jours. Les poussins naissent entre 6 et 18 heures après la première fissure de la coquille. Ils quittent le nid 24 h après la naissance, et leur mère les appelle hors du nid. Celle-ci s’assure que la voie est libre et qu’aucun prédateur ne se trouve dans les environs du nid. Ils sautent de toute la hauteur séparant le nid du sol, apparemment sans dommages. Dès qu’ils sont hors du nid, les petits commencent à chercher leur nourriture. Ils deviennent indépendants au bout de 56 à 70 jours d’élevage. Le mâle ne participe pas à leur éducation.
Ils atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de un an.
Il n’est pas rare de trouver plus de 15 œufs dans un nid. Parfois d’autres femelles pondent leurs œufs dans un nid déjà occupé. Ce comportement porte le nom de « nid de dépôt ».

ALIMENTATION :
Le canard carolin est omnivore, mais se nourrit à 90% de matières végétales, lenticules et riz sauvage. Il consomme également des noisettes, des fruits, des plantes aquatiques et leurs semences, quelques invertébrés et insectes aquatiques.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Canard carolin a considérablement décliné au 19ème siècle, mais il a retrouvé une population stable et croissante au 20ème siècle, grâce à l’installation de nichoirs, favorisant une bonne reproduction.
La cause de ce déclin fut la beauté de son plumage. Ses plumes étaient très demandées, autant pour servir d’ornement que pour confectionner des « mouches » pour la pêche. Dans l’Est Américain, l’abattage des forêts, le drainage et la chasse avaient entraîné sa quasi-disparition.
Ses prédateurs sont les rapaces, les renards, les alligators, les reptiles et les grands poissons. Les œufs sont détruits par les pics et les étourneaux, oiseaux qui nichent aussi dans des cavités, et au même niveau qu’eux.