English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Canard siffleur
Ang: Eurasian Wigeon
All: Pfeifente
Esp: Silbón Europeo
Ita: Fischione
Nd: Smient
Sd: bläsand

Photographes:

John Anderson 
John Anderson Photo Galleries

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Otto Plantema 
Trips around the world

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society -ISBN: 0792274512

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

A Field Guide to the Birds of South-East Asia by Craig Robson. New Holland Publishers. ISBN: 9781780090498

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Audubon

ARKive (Christopher Parsons)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Birding Information

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

Bird Words - The official site of Dominic Couzens, natural history writer

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Autres

images

Canard siffleur
Anas penelope

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
Le Canard siffleur se reproduit dans les régions les plus au nord de l’Europe et de l’Asie. Il migre vers le sud après la reproduction pour passer l’hiver dans des zones plus tempérées en Asie et en Afrique. Il est également un visiteur peu commun en hiver en Amérique du nord, depuis le Canada jusqu’à la Californie.  Il se reproduit au bord des petits lacs et des marais, et évite en général la toundra ouverte, les zones trop boisées et montagneuses. En hiver, il est présent dans les estuaires et les baies, ainsi que dans les prairies inondées.
Le Canard siffleur est vulnérable aux dérangements causés par les activités récréatives, la pollution, le drainage des zones humides, la dégradation de l’habitat et la chasse.
La population globale semble décliner, bien qu’elle soit en augmentation en Amérique du Nord. Mais l’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :   
Longueur : 45-51 cm
Envergure : 75-86 cm
Poids : M : 600-1000 gr – F : 500-800 gr

Le Canard siffleur mâle adulte en plumage nuptial a les parties supérieures et les flancs gris, parcourus de fines vermiculures grises et blanches. Sur le dessus des ailes, on peut voir une tache blanche sur les couvertures, visible même au repos. On note les longues plumes grises des scapulaires et le miroir vert foncé, bordé de noir dessus et dessous. Les rémiges primaires sont noir grisâtre. Les longues tertiaires pointues sont bordées de blanc tandis que les vexilles externes sont noirs. Le croupion est blanc et contraste avec la zone noire qui entoure la queue grise et blanche.

Sur les parties inférieures, le haut et les côtés de la poitrine sont gris rosâtre. Le bas de la poitrine et l’abdomen sont blancs et contrastent avec la zone noire qui entoure la queue. Les flancs portent des vermiculures grises et blanches. Les axillaires et les couvertures sous-alaires sont blanchâtres et finement tachetées de brunâtre. Les rémiges sont plus foncées.

La tête et le cou sont châtain avec la calotte blanc-crème ou jaunâtre pâle. On peut voir quelquefois une tache vert foncé métallique en arrière de l’œil et sur la gorge.
Le bec est bleu pâle avec l’extrémité noire. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont gris ardoisé.    

Le mâle adulte en éclipse a le plumage d’un beau châtain roussâtre, mais les parties supérieures sont plus foncées que chez la femelle. Les flancs sont roux et contrastent avec la partie antérieure blanche de l’aile. La zone sombre autour de la queue est moins unie et présente des plumes noires aux liserés blancs.

La femelle adulte est plutôt variable, avec des variations de plumage grises ou rousses sur le dessus qui contrastent avec l’abdomen blanchâtre. Le corps paraît plus uniforme, bien qu’étant finement tacheté. Le dessous des ailes est couleur paille avec des marques claires, et les axillaires sont grisâtres. Le miroir est noirâtre et les couvertures alaires sont gris-brun. Le bec, les pattes et les doigts palmés sont d’un bleu-gris terne.    

Le juvénile ressemble beaucoup à la femelle mais il a l’abdomen tacheté. Pendant le premier hiver, le jeune mâle est très semblable à l’adulte mais il n’obtient la tache blanche de l’aile qu’au cours du second hiver. La femelle premier hiver est légèrement plus terne que l’adulte.  

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Canard siffleur se reproduit depuis l’Islande et le nord des Iles britanniques, vers l’est à travers le nord de l’Europe et le nord de l’Asie jusqu’à la côte du Pacifique. Il hiverne dans le centre et le sud de l’Europe, le sud de l’Asie, le nord et le centre de l’Afrique.  
Il atteint également l’Amérique du Nord où il est présent depuis le Canada jusqu’en Californie.

HABITAT :  
Le Canard siffleur se reproduit au bord des marais et des lacs, dans les zones ouvertes ou légèrement boisées. Pendant l’hiver, il se déplace souvent vers les marais côtiers, les estuaires et les baies abritées. Il fréquente aussi les prairies saisonnièrement inondées et les herbages autour des estuaires.
L’espèce est visible jusqu’à 3700 mètres d’altitude en Ethiopie, et jusqu’à 2700 mètres au Kenya.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Canard siffleur mâle émet un sifflement perçant « whee-OO » en vol et quand il est sur l’eau. On peut également entendre un « whut-whittoo » plus doux.
La femelle produit un « krrr » bas et grondant, qu’elle émet aussi lorsqu’elle s’envole brusquement.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Canard siffleur se nourrit principalement de matières végétales et consomme une grande variété de feuilles, tiges, racines, graines et algues. Quelques insectes sont capturés en été.
Il se nourrit en broutant sur le sol, mais aussi en barbotant en eau peu profonde, en submergeant parfois la tête et le cou pour atteindre la nourriture sous l’eau. En eau plus profonde, il bascule le corps vers l’avant, mais assez rarement. Il lui arrive quelquefois de voler de la nourriture aux autres espèces, notamment les oies et les gallinules. Il se nourrit aussi bien de jour que de nuit.

Comme de nombreuses espèces de canards, le Canard siffleur se joint à d’autres mâles pour courtiser une femelle, et la compétition s’ouvre entre eux. Le mâle en parade relève les extrémités des ailes tombantes pour exposer la tache blanche. La tête est levée tandis qu’il émet un sifflement. Ensuite, le bec est pointé vers le bec pour mettre en valeur la tache claire de la calotte en face de la femelle.  
Les couples se forment souvent sur les aires d’hivernage. Ils sont monogame, mais le lien du couple est maintenu uniquement jusqu’au moment où la ponte est commencée. Ils peuvent cependant renouveler le lien l’hiver suivant.

Pendant la mue

Le Canard siffleur est migrateur et passe l’hiver dans des régions plus tempérées. La population britannique est plutôt sédentaire et ne pratique que des déplacements courts. Ils sont très grégaires en dehors de la période de reproduction, et forment souvent de grandes troupes.

Ils arrivent sur les aires de reproduction en avril-mai, et gagnent les aires d’hivernage vers fin août/septembre. Ils volent en groupes compacts et en lignes irrégulières.   
Le Canard siffleur a un vol rapide et direct, avec des battements actifs.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction commence en avril/juin, mais elle varie en fonction de la distribution, avec des nids en avril en Ecosse, mais seulement fin mai dans le nord de la Russie.
Le Canard siffleur nidifie en couples isolés ou en petits groupes avec les nids à moins de cinq mètres les uns des autres. Le nid est sur le sol, caché sous la végétation épaisse. C’est une dépression tapissée d’herbes et d’une quantité importante de duvet. Il est habituellement situé près de l’eau, mais il peut aussi se trouver plus loin, jusqu’à 250 mètres de la rive.

La femelle dépose 8-9 œufs blanchâtres ou blanc-crème. Elle incube seule pendant 24-25 jours. A la naissance, les poussins ont du duvet brun clair dessus et plus clair en dessous. Ils ont le bec gris, les yeux bruns, les pattes et les doigts brun olive.
Ils quittent le nid très vite après l’éclosion et restent avec la femelle jusqu’à leur envol, environ 40-45 jours après la naissance.  
Cette espèce produit une, quelquefois deux couvées par saison, et une couvée de remplacement plus petite sera déposée en cas de perte de la première.  
Le Canard siffleur ressemble beaucoup au Canard à front blanc ou Canard d’Amérique (Anas americana), et les deux espèces s’hybrident régulièrement.

Les mâles se rassemblent pour muer au début de la reproduction, et les femelles élèvent les jeunes seules.  

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Canard siffleur est vulnérable à la prédation par les Corvidés et les Mustélidés, entrainant l’abandon du nid. Mais cette espèce est également menacée par l’augmentation des activités récréatives sur les plans d’eau, le drainage des zones humides, la pollution, l’invasion de l’habitat par certaines plantes à cause de la réduction du bétail dans les prairies, et aussi par la chasse au Royaume Uni et en Iran.
La population globale était estimée à 2 800 000/3 300 000 individus en 2006. Cette population semble décliner, sauf en Amérique du nord où elle augmente.
Le Canard siffleur est actuellement considéré comme non menacé.