English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Chardonneret jaune
Carduelis tristis

Ordre des Passériformes – Famille des Fringillidés

QUELQUES MESURES :
L : 11-13 cm
Env : 19-22 cm
Poids : 11-20 gr

LONGEVITE : jusqu’à 11 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le chardonneret jaune mâle en plumage nuptial est jaune vif avec la tête noire. Les ailes sont noires, avec des barres alaires blanches, et une tache jaune sur l’épaule. Le croupion et le bas ventre sont blancs. La queue est noire et blanche.
Le bec est petit, conique et rose. Les yeux sont noirs. Les pattes et les doigts sont roses.

La femelle est plus terne que le mâle. Les parties supérieures sont vert olive, y compris la tête qui n’a pas de tache noire. Les parties inférieures sont jaune terne.
Les adultes en hiver et les immatures sont soit brunâtre soit verdâtre sur le dessus. Le mâle présente un peu de noir sur le front. Le bec est foncé brun grisâtre.  

Adulte hiver

Le juvénile a les parties supérieures brunes, avec le croupion et les marques alaires cannelle chamoisé. Les parties inférieures sont jaune pâle. Les ailes et la queue sont noirâtres.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le chant du chardonneret jaune est une série très vive de trilles et de gazouillis « swee ». Le chant est long et haut-perché. Le cri de contact est lancé en vol « tsee-tsi-tsi-tsit ». En vol, ils émettent aussi une sorte de « perchicoree-perchicoree ». Le cri d’alarme est un doux sifflement « sweet » ou un appel « bearbee-bearbee-bee-bearbee ». 

HABITAT :
Le chardonneret jaune se reproduit dans les champs herbeux et les plaines inondables, ainsi que dans les forêts secondaires, les zones cultivées, les vergers et les jardins, les bords de routes.
Il hiverne dans des habitats variés, et se rapproche des mangeoires, dans les zones urbaines.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE:
Le chardonneret jaune se reproduit depuis le centre du Canada, et vers le sud jusqu’au nord du Nevada, l’Oklahoma et le centre de la Géorgie.
Il hiverne depuis la bordure canadienne, et vers le sud jusqu’au sud des Etats-Unis et au Mexique.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le chardonneret jaune est grégaire durant toute l’année. Il se nourrit de jour. Il est bien adapté pour se suspendre aux têtes des fleurs pour extraire les graines, mais parfois, il se nourrit aussi sur le sol. Il adore les chardons et mange ses graines. Il utilise le duvet de cette plante pour tapisser son nid. En hiver, il se nourrit en groupes, et pendant la saison de reproduction, en plus petit nombre.

Si la femelle est dérangée au nid, elle s’installe sur un arbre voisin et appelle le mâle. Celui-ci passe et repasse en vol, à quelque distance de l’intrus, en courbes plus profondes que d’habitude, et en criant. Quand l’intrus est parti, le mâle et la femelle repartent vers le nid avec entrain.  Le mâle établit et marque son territoire en gazouillant et en voltigeant d’un perchoir à l’autre autour de son domaine. Aussi bien, il vole en cercles et effectue quelques parades aériennes. D’abord, c’est un vol plat et lent, et ensuite, il effectue des ondulations exagérées et des séries de loopings.

Le chardonneret jaune est le seul oiseau de son type qui obtient son plumage nuptial par la mue. Au printemps, l’oiseau mue, et le bec des deux sexes devient orangé. Le mâle obtient son plumage jaune vif et sa tête noire. Après une mue complète en automne, les deux sexes ont presque la même couleur de plumage.

Oiseaux en train de muer

Le mâle contribue à la construction du nid en accompagnant la femelle à la recherche des matériaux, et tandis qu’il est posé tout près, il chante et appelle la femelle. 
La parade nuptiale voit le mâle poursuivre la femelle, tandis que celle-ci vole en zigzagant. Le couple décrit des cercles, tandis que le mâle gazouille tout en volant. Le chardonneret jaune est monogame.

VOL :
Le chardonneret jaune a un vol ondulant, battant peu des ailes pour monter, et les refermant pour descendre. Quand ils volent en nombre, le groupe apparaît comme léger et dansant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le chardonneret jaune est l’un des reproducteurs les plus tardifs, parce que le nourrissage des jeunes dépend des graines de chardons et d’autres plantes.

La femelle construit le nid dans un arbre ou un buisson épais.  Il est fait de fibres et de duvet végétal. Les lichens sont entrelacés et tenus avec de la salive. Elle construit un rebord avec des morceaux d’écorce, collés entre eux avec des toiles d’araignées et de la soie de cocon. L’intérieur du nid est tapissé de matériaux doux. Il est en général fixé sur une branche, et parfois assuré sur le côté sur un rameau de bois.
La femelle dépose 4 à 6 œufs bleu ciel. L’incubation dure environ 12 à 14 jours, assurée par la femelle qui est nourrie par le mâle durant cette période. Les deux parents nourrissent les petits avec des graines régurgitées. Les poussins sont nidicoles. Les jeunes quittent le nid au bout d’environ 17 jours, et suivent leurs parents, mais ils deviennent indépendant en moins d’un mois.
Cette espèce produit une couvée par saison, occasionnellement deux. Si la femelle prépare un second nid, le mâle est chargé du nourrissage des jeunes de la première couvée.

ALIMENTATION :
Le chardonneret jaune se nourrit surtout de graines de mauvaises herbes, ainsi que des graines de fleurs sauvages. Son régime comprend aussi quelques insectes, chenilles et larves de mouches et guêpes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le chardonneret jaune a quelques prédateurs, tels que les serpents, les écureuils, les geais bleus, les faucons et les chats. Le vacher à tête brune parasite ses nids, mais les jeunes meurent parce qu’ils n’ont pas assez de nourriture.
Le chardonneret jaune aide au contrôle des mauvaises herbes, et les gens aiment les observer aux mangeoires dans les jardins.
Les populations de chardonnerets jaunes ne sont pas en déclin. L’introduction de l’agriculture et l’éclaircissage des forêts ont été bénéfiques pour eux. L’espèce est commune et largement répandue.
Le chardonneret jaune est aussi bien connu sous les noms de « oiseau des chardons » et de « canari sauvage ».

Ang : American Goldfinch
All : Goldzeisig
Esp : Dominiquito Canario
Ital : Lucherino americano
Nd : Treursijs
Sd : Guldsiska  

Photos de Tom Grey
Son site : Tom Grey's Bird Pictures

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

BIRDS OF THE GREAT BASIN – by Fred A. Ryser - Univ of Nevada Pr -ISBN: 0874170796

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Birds of Nova Scotia (Robie Tufts)

 

Accueil

Page Fringillidés

Page Passériformes

Sommaire fiches