English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Chouette de l’Oural
Ang: Ural Owl
All: Habichtskauz
Esp: Cárabo Uralense
Ita: Allocco degli Urali
Nd: Oeraluil
Sd: Slaguggla

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Otto Plantema
Trips around the world

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price  

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

OWLS OF THE   WORLD – By Claus König, Friedhelm Weick and Jan-Hendrik Becking - IBSN 978-0-7136-6548-2

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

The Owl Pages (Deane P.Lewis)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

AVIBIRDS.COM

Twycross Zoo Ural Owl

Rainforest Alliance Ural Owl

MTHSEcology Ural Owl

Stump nests of the Ural Owl Strix uralensis in Hokkaido

 

Accueil

Page Strigiformes

Sommaire fiches

 

Chouette de l’Oural
Strix uralensis

Ordre des Strigiformes – Famille des Strigidés

INTRODUCTION :
La Chouette de l’Oural fait partie de la tribu des Strigini dans la sous-famille des Striginae. Les chouettes du genre Strix sont relativement grandes et vivent dans une variété d’habitats forestiers.
Comme de nombreux Strigidés, la Chouette de l’Oural est surtout active la nuit, au crépuscule et avant l’aube. Elle dort pendant la journée dans un arbre, bien cachée au milieu du feuillage épais. Sa vaste distribution s’étend depuis la Scandinavie jusqu’au Japon et la Corée. Elle est résidente ou sédentaire, avec quelques errances en automne et en hiver, en particulier dans l’ouest et le centre de la Sibérie.
La Chouette de l’Oural est un oiseau agressif qui attaque les humains au visage s’ils approchent trop près ou entrent dans les limites du territoire, surtout pendant la période de nidification.
Cette espèce a actuellement des populations stables, en partie à cause de la fourniture de nichoirs artificiels qui remplacent la perte de l’habitat par la déforestation.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 50-62 cm
Envergure : 124-134 cm
Poids : M : 500-950 gr – F : 570-1300 gr

Comparée aux autres Strigidés, la Chouette de l’Oural est plutôt claire dans l’ensemble. Les parties supérieures sont grisâtres ou gris brunâtre, avec des stries blanches et noirâtres. Le dos et les scapulaires ont des longues plumes bordées de blanc. Une rangée de taches blanches en travers des épaules est formée par les grandes marques blanches des scapulaires. Les rémiges sont barrées brun foncé et brun clair. La queue assez longue est brun foncé et présente 5-7 larges barres blanc grisâtre.
Les parties inférieures sont blanc grisâtre pâle ou blanchâtres, intensément striées de brun, excepté sur le bas ventre, les cuisses et les couvertures sous-caudales qui sont blanc uni. La gorge est blanchâtre.

Sur la tête, le disque facial arrondi est blanchâtre ou ocre-gris pâle, bordé sur le pourtour de petites tache blanches et noirâtres.
Le bec est jaune ou couleur corne avec la cire jaunâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont entièrement couverts de plumes blanches. Les griffes sont brun jaunâtres avec des extrémités sombres.
Mâle et femelle ont le même plumage mais la femelle est plus grande que le mâle.

Le juvénile ressemble à l’adulte, mais en dehors du disque facial, des rémiges et de la queue, il a encore beaucoup de duvet dans l’ensemble. La tête et les parties inférieures sont gris blanchâtre ou blanc brunâtre, avec de larges barres sombres indistinctes. Les parties supérieures et les couvertures alaires sont grisâtres ou brunâtres et barrées de blanc.
Il obtient la maturité sexuelle avant l’âge d’un an.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :                      
La Chouette de l’Oural a de 8 à 15 sous-espèces selon les différents auteurs.
S.u. liturata est présente depuis le nord de l’Europe (Fennoscandie) et le nord-ouest de la Russie, vers le sud jusqu’au nord de la Pologne, au Belarus et jusqu’au milieu de la Volga. Elle est plus foncée que la race nominale.
S.u. uralensis est présente depuis l’est de la Russie européenne et vers l’est jusqu’à la cote de la Mer d’Okhotsk.   
S.u. macroura se trouve dans le centre et le sud-est de l’Europe, depuis les Carpates, vers le sud jusqu’en Bulgarie et dans l’ouest des Balkans. Elle plus grande et encore plus foncée.
S.u. yenisseensis se trouve dans le centre du plateau Sibérien jusqu’au nord de la Mongolie.
S.u. nikolski est présente dans la région du Lac Baïkal et de la Transbaïkalie (ou Daourie), vers l’est jusqu’à Sakhaline et vers le sud jusqu’au nord-est de la Chine et en Corée. Cette race est teintée de brunâtre.
S.u. japonica se trouve dans le nord du Japon (Hokkaido). Cette race est très claire.
S.u. hondoensis se trouve dans le centre du Japon.    
S.u. fuscescens se trouve dans le sud du Japon. Cette race est brun-roux et beaucoup plus petite.
S.u. davidi se trouve dans le centre de la Chine. Elle est plus foncée, avec des marques plus sombres et généralement bien définies. Cette sous-espèce est parfois considérée comme espèce à part entière par certains auteurs.  

HABITAT :
La Chouette de l’Oural fréquente les forêts et les bois de feuillus ou mixtes avec des clairières. Dans le nord de la distribution, elle préfère les forêts ouvertes plantées de conifères ou mixtes pour se reproduire, souvent avec de grands arbres, aulnes et bouleaux, et des clairières. Dans le sud de la distribution, elle se trouve surtout dans les forêts de montagne plantées de hêtres.
Elle chasse au-dessus des clairières adjacentes, des cultures et des prairies, et elle est souvent présente près des habitations. En hiver, elle fréquente les parcs et les alentours des groupes d’habitations.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le chant territorial du mâle est un hululement profond qui porte loin (2 km) « WHOOhoo…… whoohoo oWHOOhoo » avec une pause de 3-4 secondes après la première double note. Cette phrase est répétée plusieurs fois à brefs intervalles. Il émet aussi un « hoohoohoohoohoohoohoo » montant et descendant. La femelle émet un chant assez semblable, mais c’est une version enrouée de ces cris.
Le cri d’alarme est un aboiement « waff-aff » généralement émis au cours des disputes agressives. Le cri de contact est un « kuwett » aigu.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Chouette de l’Oural se nourrit de mammifères comme les campagnols, mais aussi les musaraignes, les souris et les rats. Des proies plus grandes comme les jeunes lièvres font également partie de son régime. Elle capture aussi des oiseaux dont la taille varie du pinson au pigeon, mais aussi du Tétras lyre. Elle capture également des amphibiens, des lézards et des insectes, et ne dédaigne pas les charognes.

La Chouette de l’Oural chasse principalement la nuit, entre le crépuscule et l’aube, à partir de perchoirs, mais aussi quelquefois avec un vol bas tout en cherchant des proies. Elle les détecte à l’oreille et même les petits rongeurs cachés sous 20 à 30 centimètres de neige sont capturés. Pendant la saison de reproduction, elle a tendance à stocker de la nourriture au nid ou à proximité.

La Chouette de l’Oural est monogame avec des liens qui durent longtemps, souvent pour la vie. Afin de renouer ces liens, le mâle commence à chanter environ un mois avant la période de reproduction. Il chante depuis plusieurs perchoirs et les deux partenaires font des duos pendant les parades. Celles-ci comprennent des offrandes de nourriture du mâle à la femelle qui reçoit une proie en émettant des cris comme les jeunes au moment d’être nourris. Tout en lui présentant la proie, le mâle effectue des mouvements avec ses ailes et son corps. Cette parade est généralement suivie de l’accouplement. Les vols nuptiaux font aussi partie des parades chez plusieurs espèces de chouettes du genre Strix.
La Chouette de l’Oural nidifie dans des cavités et utilise souvent des nichoirs artificiels lorsque les cavités naturelles viennent à manquer. Le couple est agressif au nid et ils défendent un vaste territoire lorsque l’habitat le permet.                 

La Chouette de l’Oural est résidente et même sédentaire dans sa distribution. Elles restent généralement près de leurs sites de nidification. Cependant, si les conditions climatiques sont trop difficiles, les femelles peuvent alors se déplacer de 100-150 kilomètres, ce qui entraine parfois un changement de zone de reproduction si elles arrivent à survivre. Cette espèce vagabonde surtout dans l’ouest et le centre de la Sibérie en automne et en hiver. Les jeunes se dispersent entre septembre et novembre.

La Chouette de l’Oural a un vol puissant et direct, effectué avec des battements plutôt lents alternant avec des glissés tandis que l’oiseau vole entre les arbres.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre février et juillet, avec la ponte à partir de fin mars jusqu’à mi-avril.
La Chouette de l’Oural nidifie dans des cavités. Elle utilise des trous dans les arbres et des cavités créées par la chute d’une branche cassée. Elle peut aussi occuper des crevasses et des trous dans les falaises, les rochers et les immeubles. Des nids faits de rameaux de bois abandonnés par des espèces plus grandes font aussi l’affaire. Les nichoirs artificiels sont utilisés en Finlande et dans les pays voisins.

La femelle dépose 3-4 (parfois 1-6) œufs blancs directement sur le fond du nid dépourvu d’une couche de végétation. Les œufs sont pondus à intervalles de deux jours. L’incubation dure de 28 à 35 jours, assurée par la femelle seule qui est régulièrement nourrie par son partenaire au cours de cette période.
A la naissance, les poussins sont couverts de duvet blanc. La femelle les couve pendant deux semaines. Les deux parents nourrissent et élèvent les jeunes pendant environ deux mois après qu’ils aient quitté le nid, au bout de 35-40 jours après l’éclosion. Ils peuvent voler quelques jours plus tard.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :      
La Chouette de l’Oural est menacée en Fennoscandie par la gestion des forêts qui entraine l’abattage des vieux arbres et des souches si bien adaptés à la nidification de ces oiseaux. Cependant, des nichoirs artificiels ont été installés et ont permis à l’espèce de bien récupérer.
La population dépend surtout des ressources alimentaires, et plus particulièrement des petits mammifères. La race « davidi » est menacée par la déforestation intensive dans certaines parties de sa distribution.
La population globale est estimée à 396 000/1 140 000 individus matures, mais ces chiffres nécessitent une validation supplémentaire. Cette population semble stable pour le moment et elle augmente même en Europe (BirdLife International 2015).
La Chouette de l’Oural est actuellement considérée comme non menacée.

La couleur orangée est due aux lueurs de l'aube
Juvénile