English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Tawny Owl
All : Waldkauz
Esp : Cárabo
Ital : Allocco comune
Nd: Bosuil
Sd: Kattuggla

Photographes:

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:     

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

ARKive (Christopher Parsons)

The Owl Pages (Deane P.Lewis)

Wild Owl Educational Services

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Famille Strigidés

Sommaire fiches 

 

Chouette hulotte
Strix aluco

Ordre des Strigiformes – Famille des Strigidés

QUELQUES MESURES :
L : 37-39 cm
Env : 94-104 cm
Poids : M : 440 gr – F : 553 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
La Chouette hulotte est un oiseau trapu avec une tête assez grande et ronde. On trouve plusieurs formes qui diffèrent surtout par la couleur de fond du plumage, allant du brun roux profond au gris foncé, mais il existe des intermédiaires. Dans tous les cas, le plumage est toujours cryptique, permettant à l’oiseau de se fondre dans la végétation.

L’adulte de la race nominale « aluco » est gris-brun. Les parties supérieures sont intensément tachetées de brun, et présentent aussi des stries fines plus sombres. Les couvertures alaires et les scapulaires externes ont une tache blanche à leur extrémité, formant une ligne. La queue est barrée de sombre.
Les parties inférieures sont plus claires et striées de sombre, avec des barres qui croisent ces stries de façon variable.  
La tête présente une face ronde. Le disque facial est en général clair, mais avec quelques cercles concentriques plus sombres. Le milieu de la calotte est brun foncé, bordé de chaque côté d’une bande blanchâtre.
Le bec est couleur corne. Les yeux sont brun foncé. Les pattes sont emplumées, ainsi que la majeure partie des doigts.

Les deux sexes sont semblables en plumage, mais la femelle est légèrement plus grande que le mâle.
Le juvénile est plus clair et son plumage est ébouriffé et lâche, plus finement barré.

On trouve onze sous-espèces à travers la vaste distribution. Elles diffèrent en couleur et en taille, mais les dessins caractéristiques sont similaires.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Chouette hulotte a un vaste répertoire de cris, et on note quelques variations entre les deux sexes. Elle émet un long hululement tremblotant au cours duquel des monosyllabes faibles alternent avec des pauses courtes. Il finit en long et doux trémolo qui baisse en tonalité.    
Pendant les parades amoureuses, elle émet des trilles longs, mais aussi des cris de contact doux « quit ». Un « kewick » aigu est plutôt entendu au printemps et en été, quand l’oiseau est excité ou agressif.

HABITAT :
La Chouette hulotte fréquente les forêts et les bois ouverts ou semi-ouverts, les cultures, les parcs, les jardins, les villages et les villes, habituellement n’importe quelle zone avec des arbres.
Cette espèce se trouve depuis la bordure de la zone boréale, à travers les régions tempérées et jusqu’à la zone méditerranéenne. On la voit surtout dans les plaines, mais selon la distribution, elle peut se trouver jusqu’à 2350 mètres d’altitude en Turquie et au Turkestan, et même jusqu’à 4250 mètres dans l’Himalaya où elle peut vivre au-delà de la ligne des derniers arbres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Chouette hulotte est résidente dans sa vaste distribution à travers l’Eurasie tempérée, depuis l’ouest de l’Europe (Grande Bretagne et Péninsule ibérique) jusqu’à la Corée, et vers le sud jusqu’en Iran et dans l’Himalaya.
La race S.a. mauritanica s’étend jusqu’au nord-ouest de l’Afrique.
L’espèce est absente en Irlande, et rare visiteur aux Baléares et aux Iles Canaries.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Chouette hulotte se nourrit principalement de petits mammifères tels que souris, musaraignes et campagnols, mais aussi pouvant atteindre la taille d’un écureuil ou d’un jeune lapin. Des petits oiseaux jusqu’à la taille du pigeon, et amphibiens, reptiles, vers, escargots et insectes sont également pris selon l’endroit et la disponibilité des proies.
Elle chasse la nuit, entre le crépuscule et l’aube, mais elle peut occasionnellement être diurne. Elle chasse en général depuis un perchoir et localise les proies grâce à l’ouïe. Elle effectue des vols courts et revient au même endroit. Elle se laisse tomber sur la proie et ouvre ses ailes au moment de l’impact pour couvrir la proie et la frapper.

Lorsqu’elle chasse au-dessus des zones découvertes, elle vole lentement, effectue quelques glissés, pratique le vol stationnaire et cherche ses proies en volant en zigzag.  
Il lui arrive de prendre quelques poissons à la surface de l’eau tout en volant. Elle est capable de capturer les insectes et les chauves-souris en vol.
La proie est consommée sur un perchoir élevé. Comme les autres Strigidés, la Chouette hulotte régurgite des pelotes contenant les parties non digérées comme les os, les dents, la fourrure, les plumes…

La Chouette hulotte mâle effectue des vols territoriaux pour établir le territoire tandis que la femelle choisit la cavité du nid. Les comportements agressifs commencent en octobre-novembre. Ensuite, juste après l’établissement du territoire et du site du nid, les deux partenaires dorment souvent ensemble.
Le mâle offre de la nourriture à la femelle. Quelques parades le montrent posé près de sa partenaire, se balançant d’un côté à l’autre mais aussi de bas en haut. Il relève d’abord une aile, puis l’autre, et ensuite les deux en même temps.
Au cours d’autres parades, le mâle gonfle son plumage, ce qui le fait apparaître presque rond. Quelques grognements doux peuvent être entendus. Il claque des ailes et se lance à la poursuite de la femelle qui, elle aussi, gonfle son plumage et fait vibrer ses plumes.

La Chouette hulotte est habituellement monogame et les liens du couple durent toute la vie. Ils sont résidents à l’intérieur de leur territoire, alors que les jeunes se dispersent vers la fin de l’automne.

VOL :
La Chouette hulotte vole avec des battements doux et silencieux alternant avec des glissés courts.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre février et juillet.
La Chouette hulotte nidifie dans des cavités naturelles ou dans des nichoirs artificiels dans les arbres. Elle peut aussi utiliser les corniches dans les vieux immeubles ou s’installer dans les cheminées. Les nids abandonnés par des Corvidés ou des rapaces sont également utilisés, aussi bien dans les arbres que sur les falaises ou les corniches nues. Dans le sud-ouest de l’Ecosse (Galloway), elle nidifie aussi couramment sur le sol.

La femelle dépose 2 à 6 œufs, parfois un seul. Elle incube seule pendant 28-30 jours, période pendant laquelle le mâle la nourrit. Les poussins sont couverts de duvet blanc. La femelle les couve pendant les deux premières semaines. Ils sont emplumés au bout de 32-37 jours après la naissance, mais ils quittent souvent le nid plus tôt, au bout de 25 à 30 jours, et restent dans les branches voisines.
Ils sont indépendants trois mois plus tard, et peuvent se reproduire à l’âge d’un ou deux ans.  

JUVENILE

ALIMENTATION :  
La Chouette hulotte se nourrit de petits mammifères tels que souris, campagnols, musaraignes, et de jeunes lapins. Elle capture aussi oiseaux, vers, insectes, grenouilles, poissons, lézards, mollusques et crustacés.
Elle chasse depuis un perchoir ou en vol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
La Chouette hulotte est habituellement commune dans sa vaste distribution, en dépit des collisions avec les véhicules, les trains et les fils.
L’espèce n’est pas menacée actuellement.

Cris du juvénile