English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Colombe à tête bleue
Ang: Blue-headed Quail-Dove
All: Kubataube
Esp: Paloma perdiz cubana
Ita: Tortora quaglia testazzurra
Nd: Blauwkopkwartelduif
Sd: Blåhuvad vaktelduva

Photographe:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

PIGEONS AND DOVES by David Gibbs, Eustace Barnes and John Cox - Pica Press Sussex - ISBN: 1873403607

BIRDS OF THE WEST INDIES – by Herbert Raffaele, Kristin Williams et Tracy Pedersen – Helm – ISBN: 9780713649055

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Occupancy and associated habitat characteristics, fruit preferences, and nesting behaviors of the Blue-headed Quail-Dove (starnoenas cyanocephala) of Cuba. By Karen M. Leavelle

 

Accueil

Page Columbidae

Sommaire fiches

 

Colombe à tête bleue
Starnoenas cyanocephala

Ordre des Columbiformes – Famille des Columbidés

INTRODUCTION :
La Colombe à tête bleue est une espèce monotypique et la plus grande colombe de Cuba dont elle est endémique. Cette espèce résidente est principalement terrestre. Elle marche souvent sur le sol dans son habitat forestier en cherchant des invertébrés et des fruits.
La Colombe à tête bleue est un oiseau rare. Son déclin est le résultat de la chasse intensive et de la perte de l’habitat. Elle est classée en tant qu’espèce En Danger d’Extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 29-34 cm
Poids : 213-290 gr

La Colombe à tête bleue adulte a le plumage du corps cannelle brunâtre, variant du brun chamoisé au brun foncé. Sur le dessus des ailes, les primaires sont plus sombres. La queue est brune avec les rectrices externes gris ardoisé. L’arrière du cou et le manteau sont teintés de violet.
Sur les parties inférieures, la poitrine est violet rosâtre, mais surtout brun olive teinté de violet sur les côtés. L’abdomen est brun chamoisé ou brun foncé.

Sur la tête, le front et la calotte sont bleu cobalt, bordés par une ligne oculaire noire qui s’étend en arrière de l’œil et rejoint la nuque. Une bande blanche très nette souligne cette ligne oculaire noire. Le menton et la gorge sont d’un noir velouté, formant une bavette noire bordée de blanc. La zone malaire et le bas des joues sont noirs et striés de bleu vif.
Le bec a la base rouge et l’extrémité bleu clair. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont rougeâtres, avec des écailles hexagonales sur le devant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu d’avril à juillet. Le nid de la Colombe à tête bleue est une plateforme faite avec des brindilles, parfois tapissée de radicelles mais toujours de feuilles fraîches. Le nid est situé dans un petit arbuste bas ou au milieu des racines d’un arbre, et quelquefois dans des épiphytes Tillandsia. Il se trouve en général à moins de 1,75 mètre de hauteur.

La femelle dépose 1-2 œufs blancs. L’incubation dure environ 17 jours. A la naissance, les poussins sont couverts d’un long duvet blanc chamoisé. La période au nid n’est pas connue.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Colombe à tête bleue est un oiseau rare à Cuba, confiné dans les forêts humides. L’espèce est menacée par la chasse intensive, la dégradation de l’habitat avec l’éclaircissage et la fragmentation, et les prédateurs introduits.
L’espèce a disparu de l’Ile des Pins.
La population est estimée à 1000/2499 individus, ce qui équivaut à 667/1666 individus matures. Cette population semble décliner.
La Colombe à tête bleue est actuellement classée en tant qu’espèce En danger d’Extinction.           

Mâle et femelle sont semblables, mais la femelle a moins de reflets sur l’arrière du cou et la poitrine.
Le juvénile est plus terne avec des plumes aux liserés brun chamoisé sur le dos, les scapulaires et les ailes. Les plumes de la poitrine présentent aussi quelques bordures chamoisées. La tête est d’un bleu terne. Les pattes et les doigts sont rouge terne.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
La Colombe à tête bleue est endémique de Cuba où elle est résidente. Elle ne s’est jamais installée en Jamaïque malgré des tentatives répétées d’introduction. Elle était aussi signalée dans le sud de la Floride dans le passé.

HABITAT :
La Colombe à tête bleue fréquente les forêts de feuillus avec une canopée épaisse. Elle marche dans le sous-bois, souvent près des zones marécageuses. Cependant, elle a besoin de sous-bois ouverts où le sol est constitué de pierres recouvertes d’un épais tapis de feuilles. Elle est occasionnellement visible jusqu’à 500 mètres d’altitude au moins.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO   
La Colombe à tête bleue émet des séries de notes similaires « uuuu-up, uuuu-up… » avec la dernière syllabe ascendante se terminant de façon abrupte. Le mâle chante pendant de longs moments depuis des perchoirs bas pendant la saison de reproduction.   

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Colombe à tête bleue se nourrit surtout de graines, fruits, baies, escargots et petits arthropodes, de chenilles et de larves. Il lui arrive de consommer des graines de plantes cultivées dans les zones agricoles.
Elle se nourrit en marchant sur le sol et cherche dans l’épais tapis de feuilles mortes. Elle se nourrit aussi aux lisières des forêts et le long des chemins. Elle peut être vue en couples, parfois en petits groupes de 10-15 individus.

Pendant la saison de reproduction, le mâle chante pour sa partenaire depuis un perchoir bas. Cette espèce devient territoriale pendant cette période, et la zone du nid est vigoureusement défendue contre les intrus.
Les parades nuptiales sont peu connues. Le mâle se courbe devant la femelle, hoche la tête de façon répétée tandis que la queue est dressée et les ailes déployées.

La Colombe à tête bleue est résidente à Cuba. Elle est plus souvent observée en train de marcher que de voler, mais elle s’envole jusqu’à un perchoir bas si elle est dérangée ou pour chanter. Elle parcourt des distances courtes pour échapper à un prédateur. C’est une espèce habituellement timide et discrète.