English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Conirostre marguerite
Ang: Pearly-breasted Conebill
All: Perlbrust-Spitzschnabel
Esp: Conirrostro Pechigrís
Ita: Conibecco pettoperla
Nd: Parelborstspitssnavel
Sd: pärlemorkägelnäbb

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador & My bird pictures on IBC

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

BIRDS OF PERU by Thomas S. Schulenberg, Douglas F. Stotz, Daniel F. Lane, John P. O’Neill, Theodore A. Parker III – Princeton University Press 2007- ISBN: 978-0-691-13023-1

BIRDS OF SOUTH AMERICA – Passerines - by Robert S. Ridgely and Guy Tudor – HELM Field Guides – ISBN: 9781408113424

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Peru Aves - Peru Birds

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Conirostre marguerite
Conirostrum margaritae

Ordre des Passériformes – Famille des Thraupidés

INTRODUCTION :
Le Conirostre marguerite est un oiseau rare présent sur les îles des fleuves où il fréquente les bois de Cecropia. Il a une distribution très inégale le long du fleuve Amazone et de ses plus larges affluents. L’espèce est souvent observée en couple, ou en petits groupes familiaux après la reproduction. Ils se déplacent dans la canopée où ils se nourrissent d’insectes.  
Le Conirostre marguerite est menacé par la déforestation, et l’espèce est actuellement Vulnérable.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 11-12 cm

Le Conirostre marguerite a la calotte, la nuque et les parties supérieures gris bleuâtre, y compris les couvertures alaires et la queue. Les rémiges primaires sont plus foncées avec d’étroits liserés gris, tandis que les secondaires et les tertiaires sont largement bordées de gris pâle.
Le menton, la gorge et les parties inférieures sont gris pâle, avec l’abdomen et le bas-ventre blanchâtres ou blanc grisâtre.
La face est gris pâle.
Le bec bien pointu est gris foncé. Les yeux sont brun clair ou brun rosé terne. Les pattes et les doigts sont rosâtres ou brun rosâtre clair.
Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile est vert-olive sur le dessus et jaunâtre en dessous, avec une teinte olive sur les flancs.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Conirostre marguerite est distribué de manière inégale en Amérique du Sud. Il se trouve dans le nord-est du Pérou sur les rives du fleuve Napo, ainsi que sur les rives de l’Amazone près d’Iquitos. Il est également présent vers l’est au Brésil jusque aux abords du fleuve Jamundá. Il existe une population isolée près de la jonction des fleuves Beni et Iténez (également connu sous le nom de Guaporé), et dans le nord de la Bolivie, près de la jonction des fleuves Madre de Dios, Beni et Mamoré.

HABITAT :         
Le Conirostre marguerite fréquente la canopée des bois de Cecropia sur les îles du fleuve Amazone et de ses principaux affluents. Cependant, l’espèce est souvent erratique à cause de la nature éphémère de son habitat. Elle semble capable de coloniser de nouvelles zones dès qu’elles sont adaptées à ses besoins.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Conirostre marguerite émet un « teep » haut-perché ou « ti-ti-ti », et nous pouvons aussi entendre un « tip-tseep » aigu.
Le chant est un mélange de notes musicales comprenant des bavardages grinçants et des « chip » aigus. Ces phrases imprécises sont parfois émises en duos par les deux partenaires du couple.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Conirostre marguerite se nourrit probablement de petits arthropodes et de graines de Cecropia. Il se nourrit dans le feuillage dans la canopée des arbres.
Il bouge vite en picorant sur les feuilles où il capture des petits insectes. Il lui arrive aussi de se suspendre la tête en bas pour atteindre une proie. Il capture aussi des proies dans l’écorce des arbres, et à l’occasion, consomme des graines de Cecropia.

Le Conirostre marguerite semble être monogame et très territorial.
Il y a actuellement peu d’informations sur les comportements nuptiaux des espèces de ces régions.

L’espèce effectue quelques déplacements vers de nouveaux habitats et se disperse rapidement vers de nouveaux sites. Les populations semblent très mobiles.
Ce sont des oiseaux qui volent vite et bien.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
Les informations sur les comportements nuptiaux et sur la nidification ne sont pas disponibles actuellement.
La saison de reproduction a lieu en septembre et octobre pour les espèces sud-américaines.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Conirostre marguerite a une distribution fragmentée. En revanche, il est capable de s’adapter à de nouveaux habitats lorsque cela devient nécessaire, en particulier à cause de la durée éphémère de la végétation qui pousse entre les montées des eaux saisonnières. L’espèce est menacée par la déforestation. Elle est peu commune et locale, et la population semble décliner.
Le Conirostre marguerite est actuellement Vulnérable.