English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Cormoran des Kerguelen
Leucocarbo verrucosus

Ordre des Suliformes – Famille des Phalacrocoracidés

INTRODUCTION :
Le Cormoran des Kerguelen est souvent considéré comme une sous-espèce du Cormoran Impérial (Leucocarbo atriceps), mais il diffère de ce dernier par sa petite taille et son bec plus court, ses ailes plus arrondies, ses parties supérieures entièrement noires (sans du tout de blanc sur les ailes ou le dos), ses pattes brunâtres et son cercle oculaire gris bleuâtre.
Il est endémique des Iles Kerguelen dans le sud de l’Océan Indien. Il se reproduit en colonies le long des côtes de quelques îles de l’archipel, et se nourrit dans les eaux côtières.
Le Cormoran des Kerguelen n’est pas globalement menacé actuellement, mais ses aires de reproduction sont restreintes.

DESCRIPTION  DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 65 cm
Envergure : 110 cm
Poids : 1700-2240 gr

Le Cormoran des Kerguelen adulte a la tête, l’arrière du cou, les parties supérieures (y compris les ailes et la queue), et la partie externe des cuisses noirs avec un reflet bleu, qui devient vert-bronze sur les scapulaires et le dessus des ailes.
Les parties inférieures sont blanches, y compris le menton, la gorge, le bas des joues et les côtés du cou. Le dessous des ailes est noirâtre légèrement teinté de brunâtre.
Sur la tête, on note la présence d’une crête érectile noire sur la calotte, formée de plusieurs plumes recourbées. La tête est noire avec un reflet bleu verdâtre depuis la calotte jusqu’à la zone malaire.

Pendant la saison de reproduction, quelques filoplumes blanches sont visibles au-dessus et en arrière de l’œil. La crête disparaît en général au fur et à mesure que la saison avance, tout comme les filoplumes. Le plumage devient plus terne dans l’ensemble.        
On peut voir également des caroncules verruqueuses très nettes de couleur jaune safran sur les côtés du front. La commissure, la base des mandibules et la poche gulaire sont brun foncé, et cette peau nue est intensément couverte de nombreuses minuscule verrues jaunes.
Les yeux sont brun foncé, entourés d’un large cercle oculaire bleu. Le bec est gris foncé teinté de brun, mais l’extrémité est plus claire. Les pattes et les doigts palmés sont roses avec des zones sombres sur les articulations et les membranes. 

En dehors de la reproduction, la taille des caroncules diminue et leur couleur vire à l’orangé chamoisé terne. Le cercle oculaire devient aussi plus terne. La peau de la face est plus pâle et plus terne.
Mâle et femelle sont identiques. Le Cormoran des Kerguelen ressemble aux autres cormorans aux yeux bleus, mais il est plus petit.

Le juvénile a les parties supérieures brun foncé, et une quantité variable de brun foncé en dessous. Les yeux sont bruns. Les caroncules sont absentes. La peau de la face est terne. Les pattes et les doigts sont brunâtres.
L’immature a le plumage plus irisé, et les parties inférieures deviennent blanches petit à petit. 

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Cormoran des Kerguelen est endémique des Iles Kerguelen dans le sud de l’Océan Indien, un des endroits les plus isolés au monde.
Il se reproduit sur l’île principale de l’archipel (Grande Terre), sur quelques îles au large et sur les îles dans le Golfe du Morbihan (à Kerguelen), sur la côte est de Grande Terre.

HABITAT : 
Le Cormoran des Kerguelen nidifie dans des zones exposées le long de la côte, mais aussi dans des endroits plus abrités. Il se nourrit en mer à travers les îles de l’archipel, souvent dans les baies ou les criques, en général à moins de six kilomètres de la rive.   
Pendant l’été, il se nourrit sur les bancs d’algues brunes.    

CRIS ET CHANT :
Le Cormoran des Kerguelen mâle est plus vocal que la femelle. Il produit habituellement des croassements, des gémissements et des grognements. La femelle produit des sifflements plus doux.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Cormoran des Kerguelen se nourrit de poissons et d’invertébrés aquatiques comme les Echinodermes, les crustacés et les vers marins. Comme la majorité des Phalacrocoracidés,  il pêche en poursuivant ses proies sous l’eau.
Pendant la saison de reproduction, il se nourrit généralement seul. Mais en dehors de cette période, ils pêchent en grandes bandes et formant des groupes linéaires de plusieurs centaines d’individus. 
Certains d’entre eux ont appris à tirer profit des espèces introduites dans les lacs d’eau douce des Kerguelen, comme Salmo trutta et Salvelinus fontinalis. 

Le Cormoran des Kerguelen se reproduit en colonies allant de 30 à 400 couples selon les îles. Le mâle effectue les parades typiques. La plus fréquente le montre jetant sa tête en arrière jusqu’à toucher le croupion avec la nuque tout en ouvrant grand le bec et en criant.
Les deux adultes partagent toutes les tâches liées à la nidification. Ils sont monogames.

Le Cormoran des Kerguelen est sédentaire et ne fait que se disperser parmi les îles de l’archipel après la reproduction. Quelques oiseaux immatures peuvent être observés jusqu’à 80 kilomètres des îles, sur la plaque continentale. Mais la majeure partie des colonies reste occupée toute l’année.

Le Cormoran des Kerguelen a un vol puissant avec des battements réguliers et continus, parfois alternés de quelques glissés.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La période de la ponte varie selon les colonies. Elle a généralement lieu entre septembre et janvier, avec un maximum en octobre/novembre. Les colonies peuvent abriter de 30 à 400 couples, et sont quelquefois établies à la périphérie d’une colonie de manchots.
Le nid est un cône tronqué fait avec des herbes et des algues soudées entre elles avec de la boue et du guano. Il est habituellement placé sur la corniche d’une falaise ou dans une crevasse rocheuse. S’il n’est pas détruit, il peut être réutilisé pendant plusieurs années. 

La femelle dépose 2-4 œufs et les deux adultes partagent l’incubation pendant environ un mois. Les poussins sont nus à la naissance, mais ils se couvrent très vite de duvet brun foncé.
Ils sont la proie des labbes, des goélands et des chionis, en dépit de la protection active des parents.

PROTECTION / MENACES / STATUTS : 
Le Cormoran des Kerguelen est assez abondant dans sa distribution restreinte. Il n’est pas vraiment menacé en dehors de la prédation naturelle.
La population est estimée à 12 000 couples et semble stable pour le moment.
Le Cormoran des Kerguelen est actuellement considéré comme non menacé.          

Fr: Cormoran des Kerguelen
Ang: Kerguelen Shag
All: Kerguelenscharb
Esp: Cormorán de las Kerguelen
Ita: Cormorano delle Kerguelen
Nd: Kerguelenaalscholver
Sd: kerguelenskarv

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A Complete Guide to Antarctic Wildlife by Hadoram Shirihai and Illustrated by Brett Jarrett - Edited by Guy M. Kirwan - ALUL.A Press Oy, Finland - ISBN 9519894705

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Wikipedia, the free encyclopaedia

Freshwater fishing in seabirds from the sub-Antarctic Kerguelen Islands

 

Accueil

Page famille Phalacrocoracidés

Sommaire fiches