English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Coua de Coquerel
Ang: Coquerel's Coua
All: Coquerel-Seidenkuckuck
Esp: Cúa de Coquerel
Ita: Cua di Coquerel
Nd: Coquerels Coua
Sd: Coquerels koua
Mal: Akoke, Aliotsy, Fandikalalana, Gory, Leja

Illustrateur :

John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

Cuckoos of the World Par Johannes Erritzøe, Clive F. Mann, Frederik Brammer, Richard A. Fuller – Editeurs A&C Black, 2012 – ISBN: 1408142678, 9781408142677

The Cuckoos Par Robert B. Payne – Editeur : OUP Oxford, 2005 – ISBN : 0191513555, 9780191513558

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Wildlife of Madagascar par Ken Behrens,Keith Barnes - ISBN: 140088067X, 9781400880676 – Editeur: Princeton University Press, 2016

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

CREAGUS - CUCKOOS & ALLIES - Cuculidae

Impact of logging on the foraging behaviour of two sympatric species of Couas (Coua coquereli and Coua gigas) in the western dry forest of Madagascar.

 

Accueil

Page Famille des Cuculidés

Sommaire fiches

 

Coua de Coquerel
Coua coquereli

Ordre des Cuculifornes – Famille des Cuculidés

INTRODUCTION :
Le Coua de Coquerel est endémique de Madagascar où il est présent dans la partie ouest de l’île. Il peut être observé depuis les forêts sèches jusqu’à celles plantées de feuillus et aussi dans les buissons épineux, et plus généralement dans une variété d’habitats forestiers naturels. Ce coua aux habitudes terrestres se nourrit surtout d’insectes, d’araignées, de graines, de baies et de fruits qu’il trouve en marchant sur le sol. L’espèce semble être monogame et le nid se trouve au milieu du feuillage épais d’un arbre.
Le Coua de Coquerel a une population stable et n’est pas globalement menacé actuellement.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 42 cm
Poids : Adulte : 160 gr – Juvénile : 135 gr

Le Coua de Coquerel adulte a les parties supérieures et les ailes vert olive teintées de bronze terne. La queue aux longues rectrices est vert bronze foncé.  
Sur les parties inférieures, la gorge et la poitrine sont blanchâtres ou brunâtres. Le bas de la poitrine est plutôt chamois violacé. L’abdomen et les couvertures sous-caudales sont olive grisâtre. Le dessous des rectrices est noirâtre avec des extrémités blanches, sauf sur les plumes centrales.  

La tête est vert olive, et comme chez les autres couas, on remarque la zone de peau nue bleue autour de l’œil. Elle est bleu ciel au-dessus de l’œil, d’un bleu plus foncé autour et en arrière de l’œil, et lilas rosâtre en arrière de la peau bleue. Cette zone nue est entourée d’une ligne de plumes noires. Le cercle oculaire est bleu.
Le bec est noir. Les yeux sont bruns ou brun-rougeâtre. Les pattes et les doigts sont noirs.
Mâle et femelle sont semblables.

John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Le juvénile est plus terne que les adultes et n’a pas de noir sur la face. Les couvertures alaires sont brunes avec des liserés plus clairs. Les parties inférieures sont gris-brun et barrées de blanchâtre. La peau autour de l’œil est légèrement emplumée. Le bec est couleur chair avec le culmen plus foncé. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris.  

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Coua de Coquerel se trouve dans l’ouest de Madagascar vers le sud jusqu’à Morombe et Sakaraha, et vers le nord jusqu’à Antsiranana, Sambirano, Berevo et en amont du fleuve Tsiribihina.   

HABITAT :
Le Coua de Coquerel fréquente une variété d’habitats forestiers naturels. Il peut donc être vu dans les forêts sèches ou sèches/humides plantées de feuillus, et dans les buissons épineux. Il fréquente aussi les pousses secondaires adjacentes. L’espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 800 mètres d’altitude.   

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Coua de Coquerel émet des séries sonores composées de 2-4 sifflements clairs suivis d’un grognement doux et bas « weerweer weer grull » mais on peut aussi entendre quelques variantes avec l’ajout de deux notes plus hautes « weer-weer-weer-wink-wink grull ».
Il produit également des grognements variés, et des « ayoo-ew » haut-perchés. Le cri d’alarme est un « kakakakakaka » aigu.
Il chante généralement tôt le matin depuis un perchoir dont la hauteur varie de 1,5 à 6 mètres, rarement depuis le sol.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Coua de Coquerel se nourrit d’insectes comme les orthoptères, les lépidoptères, les hémiptères, les isoptères et les mille pattes, auxquels s’ajoutent des chenilles, des araignées et des petits lézards. Il consomme aussi des graines, des baies et des fruits.

Il prend le même genre de proies tout au long de l’année mais des observations ont montré que les techniques de chasse pouvaient varier selon les saisons (sèche ou humide), sans doute liées aux proies elles-mêmes et à leur disponibilité.  
Il se nourrit en marchant lentement sur le sol avec la queue dans l’alignement du dos. Il se nourrit sur le sol de la forêt et depuis le niveau moyen et jusqu’à 5 mètres au-dessus du sol.

Comme les autres couas, il prend des bains de soleil, en particulier après les nuits froides, exposant une zone de peau noire sur le croupion au soleil matinal. Il a des habitudes terrestres et se montre très discret. Il préfère courir vite s’il est menacé.

Le Coua de Coquerel semble être monogame. Au début de la saison de reproduction, il chante depuis des perchoirs élevés pendant la matinée, et produit des sortes de ronronnements bas lorsqu’il s’approche de la femelle.
Afin de solliciter l’accouplement, le mâle présente une proie à la femelle, souvent une chenille ou une sauterelle. Il gardera la proie dans son bec pendant l’accouplement et la consommera juste après.
Ces oiseaux sont très fidèles à leurs sites de reproduction, et le couple revient en général dans le même territoire chaque année pour y nidifier.

Le Coua de Coquerel est résident à Madagascar.
Il vole rarement et préfère courir pour gagner le couvert végétal s’il est menacé.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre octobre et mars. Elle est étroitement associée à la saison des pluies.
Le Coua de Coquerel construit un nid en forme de bol dans un arbre ou un buisson épais, entre 2 et 11 mètres de hauteur. Il est généralement caché dans le feuillage épais. Il est fait avec des feuilles mortes, des lianes, des tiges de feuilles et des brindilles. De l’écorce est souvent ajoutée pour renforcer la structure et peut aussi servir à tapisser le fond de la coupe. Les deux adultes construisent ce nid en moins de trois jours.

La femelle dépose 1-2 œufs d’un blanc terne. Les poussins sont nus à la naissance. Ils quittent le nid au bout de 9 jours sans être capables de voler. Ils sont nourris sur le sol par les parents, et y restent jusqu’à leur envol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Coua de Coquerel est assez commun dans sa distribution dans l’ouest de Madagascar. Il est cependant affecté par la chasse et le piégeage. L’espèce est présente dans certaines zones protégées où elle est commune.
La population semble stable et l’espèce n’est pas menacée actuellement.