English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Coucou de Levaillant
Ang: Levaillant’s Cuckoo - African Striped Cuckoo - Striped Crested Cuckoo
All: Kapkuckuck
Esp: Críalo Listado
Ita: Cuculo di Levaillant
Nd: Levaillants Koekoek
Sd: Strimmig skatgök

Photographe:

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Famille des Cuculidés

Sommaire fiches

 

Coucou de Levaillant
Clamator levaillantii

Ordre des Cuculiformes – Famille des Cuculidés

INTRODUCTION :
Le Coucou de Levaillant fait partie de la sous-famille Cuculinae dans la grande famille des Cuculidés. Cette sous-famille rassemble les coucous parasites de l’Ancien Monde. Cette espèce pond ses œufs dans les nids d’autres oiseaux, et plus particulièrement les Cratéropes du genre Turdoides présents sur ses aires de reproduction. Sa nourriture principale est composée de chenilles urticantes mais il consomme aussi quelques insectes.
Il est relativement commun à travers sa distribution africaine, avec une population stable actuellement. Son nom rend hommage à l’ornithologue, explorateur et collectionneur français François Le Vaillant (1753-1824).

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 38-40 cm
Poids : 100-140 gr

L’adulte a les parties supérieures noires avec des reflets bleus et verts. Quand les ailes sont fermées, on peut voir une tache blanche évidente à la base des primaires. En vol, elle apparaît comme une barre alaire. Sur la longue queue graduée, les rectrices présentent de larges extrémités blanches.
Sur les parties inférieures, le menton, la gorge et la poitrine blanchâtres sont très nettement striées de noir. L’abdomen peut varier du blanchâtre au blanc-crème. Le dessous des ailes est noirâtre avec la barre alaire blanche à la base des primaires. Les sous-caudales sont terminées de blanc comme sur le dessus.

La tête est noire sur la calotte, la nuque, la zone autour des yeux et les couvertures auriculaires. La zone malaire est striée de noir comme le menton et la gorge. On note la présence d’une crête noire aux plumes hirsutes qui s’étend du front à l’arrière de la calotte.   
Le bec est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts zygodactyles sont bleu-gris.
Mâle et femelle sont identiques.

Le juvénile a les parties supérieures brunes ou rousses, avec les ailes brun foncé et la tache blanche (légèrement plus étendue en dessous de l’aile que chez l’adulte). La queue est plutôt brun grisâtre avec des rectrices aux extrémités roussâtres. Les parties inférieures sont blanchâtres ou chamoisées, mais le menton, la gorge et la poitrine sont d’un brun terne avec des stries indistinctes sur la poitrine. Les yeux sont gris pâle.

Il existe une forme mélanique rare sur la côte est-africaine, avec le plumage entièrement noir, mais la tache alaire blanche est présente. En revanche, les extrémités blanches des rectrices sont très réduites. Les couvertures sous-caudales peuvent parfois paraître blanches.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Coucou de Levaillant se trouve en Afrique subsaharienne. Il se reproduit depuis le Sahel jusqu’au sud et à l’est de  l’Afrique. En dehors de cette période, il est présent dans le centre et sur la côte ouest du continent africain. Cette espèce ne migre qu’à l’intérieur de l’Afrique.

HABITAT :  
Le Coucou de Levaillant fréquente les zones bien boisées, les savanes avec des acacias, les forêts voisines et les maquis, et peut quelquefois être observé dans la canopée de la forêt. Il aime beaucoup les jardins bien fournis et fréquente les quelques parcelles restantes de forêt avec des buissons.
Dans l’est de l’Afrique, il se trouve surtout dans les habitats humides et peut être visible jusqu’à 2100 mètres d’altitude.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO         
Le Coucou de Levaillant est très bruyant dans les zones forestières car il a une voix inhabituelle qui porte loin. Il est d’ailleurs plus souvent entendu que vu.
Les cris sont en général émis pendant la saison des pluies et au début de la saison sèche. Il émet des séries de notes flûtées « peee-u-peee-u » et les maintient pendant un moment. Ces cris sont quelquefois perçants. Ils sont souvent suivis d’un bavardage qui s’éteint doucement « atack-tacka-tacka ». D’autres sons comme des « klee-klee-kleeeuu » sonores suivis d’un « che-che-che-che » descendant sont également entendus.
Le cri du juvénile peut ressembler à celui des jeunes de l’espèce hôte, un bavardage aigu « ker,ker,ker… ».  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Coucou de Levaillant se nourrit principalement de chenilles urticantes (larves de Lépidoptères) mais il consomme aussi des larves de coléoptères, des sauterelles et des termites volants. Quelques matières végétales comme les baies et les pousses des jeunes arbres, viennent s’ajouter à son régime. 
Il est plutôt arboricole et cherche ses proies dans les arbres et les buissons. Mais il sautille aussi sur le sol lorsqu’il chasse.

Le Coucou de Levaillant se reproduit pendant la saison humide, et cette période coïncide avec la période de reproduction des espèces hôtes, surtout les Cratéropes du genre Turdoides (entre autres espèces).
Les parades nuptiales de cette espèce ne sont pas bien connues, mais nous pouvons supposer que la crête est dressée, la longue queue graduée déployée en éventail pour mettre les extrémités blanches en valeur, et les ailes largement ouvertes pour exposer les taches alaires blanches. Chez quelques espèces, le mâle offre des chenilles à la femelle avant de s’accoupler. Ces parades sont accompagnées de cris émis par les deux partenaires.

Le Coucou de Levaillant ne migre qu’à l’intérieur du continent africain. Il est résident ou partiellement migrateur dans les zones équatoriales. Dans l’ouest africain, il se déplace dans les bois du nord avec les pluies, et dans les bois du sud de la Guinée pour la saison sèche.

Le vol est puissant. Il déploie la queue pour se poser ou plonge la tête la première dans le couvert végétal. Cette espèce est souvent observée lorsqu’elle traverse les routes et les espaces découverts en vol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
Le Coucou de Levaillant parasite les nids d’autres oiseaux et ne construit pas de nid. La femelle pond un œuf dans un nid pendant que le mâle distrait ses occupants. Elle en profite pour se faufiler dans leur nid et pondre. Il lui arrive quelquefois d’éjecter ou de percer les œufs de l’hôte.
Contrairement à de nombreuses espèces de coucous, le poussin reste tranquillement avec les poussins de l’hôte, il n’éjecte pas les œufs hors du nid quand sa mère les a laissés.
Il quitte le nid au bout de 9-10 jours, mais ses parents adoptifs vont le nourrir pendant encore 3-4 semaines.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Coucou de Levaillant est relativement commun dans sa distribution. Il est souvent difficile à voir au milieu de la végétation. Cependant, cette espèce est commune en Gambie et au Mali pendant les pluies, et assez commun en Sierra Leone. Il est rare en Tanzanie et dans l’extrême nord de la distribution.
La taille de la population n’est pas connue mais elle semble stable, et le Coucou de Levaillant est actuellement considéré comme non menacé.