English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Dark-billed Cuckoo
All: Kleiner Mangrovekuckuck
Esp: Cuclillo Canela
Ita: Cuculo beccoscuro
Nd: Kleine Mangrovekoekoek
Sd: Mörknäbbad regngök

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Animal Corner

OISEAUX D’ARGENTINE

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

 

Accueil

Page Famille des Cuculidés

Sommaire fiches

 

Coulicou de Vieillot
Coccyzus melacoryphus

Ordre des Cuculiformes – Famille des Cuculidés

INTRODUCTION :
Contrairement à de nombreux coucous, les membres du genre Coccyzus ne sont pas des parasites des nids. Le couple élève ses poussins dans un nid qu’il a construit. Cette espèce parait moins discrète que les autres, et se pose à découvert sur une clôture ou un autre type de perchoir. La forme de l’oiseau est typique du genre Coccyzus.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 27 cm
Envergure : 38-43 cm
Poids : 50-60 gr

Le Coulicou de Vieillot adulte a les parties supérieures brun grisâtre, y compris les ailes. La longue queue graduée est de couleur brune teintée de vert bronze sur le dessus, et noirâtre en dessous. Les rectrices externes sont noires avec des taches blanches et arrondies aux  extrémités.
Les parties inférieures sont couleur cannelle et assez claires.

Sur la tête, la calotte et la nuque sont grises. Un masque noir part des lores, passe sur les yeux et s’achève sur les couvertures auriculaires. Une étroite bande gris pâle descend du bas des joues vers les côtés du cou.
Le bec robuste est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris ardoisé.
Les deux sexes sont semblables.

Le juvénile est plus terne, avec la calotte et la nuque brunes. Les ailes peuvent être rousses, avec des couvertures alaires aux extrémités chamois. La queue présente des taches blanches indistinctes aux extrémités des rectrices.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Coulicou de Vieillot a une vaste distribution en Amérique du Sud. On le trouve dans l’ouest de la Colombie, en Equateur et dans le nord-ouest du Pérou. Cette espèce est visible dans les basses terres à l’est des Andes, depuis le nord-est de la Colombie et au Venezuela, en Guyane et au Brésil, vers le sud jusqu’en Uruguay et au centre de l’Argentine. Il est également présent à Trinidad et Tobago. Il est accidentel aux Malouines. Il est présent et se reproduit aux Galápagos où il est confiné dans les zones les plus humides avec de la végétation.

HABITAT :
Le Coulicou de Vieillot est assez commun dans les forêts de toutes sortes, forêt tropicale plantée de feuillus, galeries forestières, forêt secondaire, bosquets au bord des fleuves, mangroves… Mais il fréquente aussi les zones agricoles bordées d’arbustes, la forêt saisonnièrement inondée, les bords des lacs et des cours d’eau et les plaines côtières.
L’espèce est surtout présente depuis le niveau de la mer jusqu’à 1200 mètres, mais aussi plus haut en fonction de la distribution (jusqu’à 1800 mètres en Argentine, 2100-2400 mètres en Colombie, et jusqu’à 2800 mètres dans les hautes vallées en Equateur et sur les pentes Est des Andes au Pérou. Quelques observations de l’espèce en montagne ont été faites jusqu’à 3600 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Coulicou de Vieillot émet des cliquetis secs « dddddrr », et aussi un simple « coo ». Le chant est une phrase gutturale « ka,ka,ka,ka,ka,kow,kowp,kowp,kowp,kowp » dont les dernières notes peuvent être parfois omises.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Coulicou de Vieillot se nourrit principalement de chenilles, mais aussi d’insectes variés, sauterelles, phalènes, scarabées et fourmis. Il capture aussi des araignées, des escargots et des lézards. En été et en automne, il consomme des fruits et des baies.
Il se nourrit souvent seul en marchant dans la végétation basse. Il a tendance à rester sous le couvert végétal.

Il prend des bains de soleil, avec les ailes et la queue déployées, et les plumes du dos gonflées afin d’exposer la peau au soleil. Comme il vit dans des endroits assez humides, son plumage a besoin de sécher.

Pendant la saison de reproduction, quelques parades typiques peuvent être observées. La longue queue graduée est déployée et relevée afin de mettre en valeur les taches blanches et les dessins du plumage. Le mâle fait aussi des offrandes à la femelle tout au long du cycle.

Le Coulicou de Vieillot n’est pas un parasite des nids des autres espèces. Le couple reproducteur est monogame et les deux parents élèvent leurs jeunes eux-mêmes.

Le Coulicou de Vieillot est un migrateur partiel. L’espèce se trouve toute l’année dans l’ouest des Andes en Colombie. Elle est présente en dehors de la reproduction, de mai à octobre, dans les llanos au Venezuela, au Suriname et en Guyane. Pendant la saison de reproduction, d’octobre à décembre, on la trouve dans le sud du Brésil et en Argentine.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :    
La saison de reproduction a lieu d’octobre à décembre.
Les deux adultes construisent le nid. Le mâle apporte des matériaux à la femelle qui les dépose dans le nid. C’est une plateforme faite avec des rameaux de bois. Elle est placée à mi-hauteur dans un arbre ou un buisson. L’intérieur est tapissé de plumes ou de mousse.

La femelle dépose 3-5 œufs verts ou bleu clair. Les deux adultes partagent l’incubation pendant 13-15 jours, mais le mâle incube surtout pendant la nuit. Les poussins sont nourris avec des insectes. Ils quittent le nid environ deux semaines après la naissance.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Coulicou de Vieillot est assez commun dans sa vaste distribution. Sa population semble stable et l’espèce n’est pas menacée actuellement.