English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Eurasian Curlew
All: Großer Brachvogel
Esp: Zarapito Real
Ita: Chiurlo maggiore
Nd: Wulp
Sd: Storspov

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Yves Thonnérieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
Bird Photography

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

GUIDE DES LIMICOLES de D. Taylor - Delachaux et Niestlé - ISBN : 2603014080

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Department of Sustainability, Environment, Water, Population and Communities

HBW Alive

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Audubon

 

Accueil

Page Scolopacidés

Sommaire fiches

 

Courlis cendré
Numenius arquata

Ordre des Charadriiformes – Famille des Scolopacidés

INTRODUCTION :
Le Courlis cendré est l’un des plus grands limicoles du monde, et le plus grand d’Europe. Cette espèce migratrice se montre très grégaire en dehors de la saison de reproduction. Son long bec courbe lui permet de sonder profondément le sol des habitats humides où il peut trouver ses proies favorites. Son cri « curloo-oo » est à l’origine de son nom. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 50-60 cm – Bec : 15-16 cm
Envergure : 80-100 cm
Poids : M : 400-1000 gr – F : 475-1360 gr

L’adulte en plumage nuptial a la tête, le cou et le haut du manteau brun chamoisé clair. La tête et le cou sont striés de noirâtre et le manteau présente des taches et des barres sombres indistinctes. Le bas du dos et le croupion sont blancs. La queue blanche est barrée de brun foncé. Le dessus des ailes est brun chamoisé clair tacheté de sombre avec les rémiges noirâtres.

Sur les parties inférieures, le haut de la poitrine est blanchâtre et strié de sombre, mais le bas présente des stries plus serrées. L’abdomen, le bas-ventre et les couvertures sous-caudales sont blancs et finement striés de brun foncé. Les flancs présentent des chevrons foncés. Le dessous des ailes est blanc avec des stries et des taches en quantité variable.

Sur la tête finement striée, on peut voir un sourcil blanc indistinct. Le menton et le haut de la gorge sont blanchâtres.
Le long bec courbe est couleur corne sombre, avec la base de la mandibule inférieure rosâtre. Les yeux sont brun foncé. Les longues pattes et les doigts sont bleu-gris ou gris verdâtre pâle.

En plumage hivernal, l’oiseau est plus terne. La couleur chamoisée a disparu et le plumage est plus gris dans l’ensemble.
Les deux sexes sont semblables en plumage, mais la femelle est plus grande et son bec est plus long.
Le juvénile est plus chamoisé sur la poitrine, et les flancs sont moins striés. Les parties supérieures présentent des taches et des liserés chamoisés. Il peut se reproduire à l’âge de deux ans.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
Il existe deux sous-espèces :
N.a. arquata se trouve sur les Iles Britanniques et en France, à travers l’est de l’Europe et vers l’est jusqu’à la Volga et l’Oural. Il hiverne depuis l’Islande et les Iles Britanniques, vers le sud jusqu’à la Méditerranée et le nord-ouest de l’Afrique, et vers l’est jusqu’au Golfe Persique et l’ouest de l’Inde.

N.a. arquata

N.a. orientalis se reproduit dans l’est de l’Oural et hiverne le long des côtes d’Afrique, d’Asie et du sud-ouest du Japon. Cette race est plus grande, plus claire, et présente des stries pointues sur les flancs. Le bec est plus long.

N.a. orientalis

HABITAT :
Le Courlis cendré se reproduit dans les zones découvertes, les herbages humides et les landes, les tourbières, les zones forestières herbeuses ou marécageuses, les cultures, les landes de bruyère et les marais côtiers.
En dehors de la saison de reproduction, on le trouve dans les vasières le long des côtes, dans les baies et les estuaires, sur les rives boueuses des lacs et des fleuves à l’intérieur des terres, mais aussi sur les rivages rocheux et les zones humides côtières.
Pendant les migrations, ils fréquentent les herbages humides et les terres arables.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Courlis cendré émet des « curl-oo » ou « cour-lee » sonores et typiques, que l’on peut aussi bien entendre sur les aires de reproduction que d’hivernage. Ces cris deviennent plus forts et rauques lorsque l’oiseau se sent menacé. Lorsqu’il est excité et agité, il émet des « tutututu » haut-perchés et sonores. Pendant les parades nuptiales, on peut entendre des phrases longues, fluides et roulées, montant lentement « duuuweeee » qu’il émet également en hiver. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Courlis cendré se nourrit surtout d’annélides, arthropodes, crustacés, mollusques, graines et baies toute l’année. Mais occasionnellement,  il lui arrive de capturer des vertébrés tels que les amphibiens, les lézards, les jeunes oiseaux et probablement les œufs, et des petits rongeurs. Pendant l’été, des insectes terrestres et des vers de terre sont essentiellement consommés.
Il se nourrit dans les eaux plus ou moins profondes dans les zones des marées. Il donne des coups de bec dans le sol, et sonde profondément dans la vase et le sol mouillé grâce à son long bec.
Comme mâle et femelle ont des becs de longueurs différentes, ils se nourrissent séparément. La femelle fréquente les zones découvertes par les marées tandis que le mâle se nourrit surtout dans les herbages et les cultures.
Il est souvent solitaire, marchant lentement tout en se nourrissant. Mais des groupes peuvent se former à marée haute sur les rives élevées dans les criques. 

En dehors de la saison de reproduction, le Courlis cendré est très grégaire. Ce sont des oiseaux monogames. Pendant la saison de reproduction, le mâle effectue des parades aériennes. Il glisse avec les ailes ouvertes en large V, et son allure ressemble tout à fait à celle d’un rapace qui plane, surtout lorsque le bec est invisible. Les deux parents partagent les tâches liées à la reproduction.

Le Courlis cendré est migrateur, bien que quelques oiseaux soient résidents dans l’ouest de la distribution, dans les iles Britanniques et l’Irlande, et de petits nombres hivernent même en Islande et aux Iles Féroé.
La race nominale « torquata » hiverne loin au sud jusqu’au Banc d’Arguin (Mauritanie), au Maroc, en Algérie et en Italie. La race « orientalis » hiverne dans les autres aires d’hivernage africaines, venant du centre de la Sibérie.  Ces oiseaux sont très fidèles à leurs aires d’hivernage.
Le Courlis cendré vole avec des battements relativement lents, semblables à ceux des goélands.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu au printemps, avec la ponte entre avril et début juillet.
Le Courlis cendré nidifie à découvert, ou bien dans une touffe d’herbes, sous les laîches ou au milieu des herbes. Le nid est une grande dépression dans le sol. Le mâle donne des coups de griffe grossiers, tandis que la femelle collecte les matériaux pour tapisser l’intérieur, habituellement des herbes douces et occasionnellement quelques plumes.

La femelle dépose 4 œufs olive-brunâtres avec des marques sombres. Les deux sexes incubent pendant 27-29 jours. A la naissance, les poussins duveteux sont chamois-ocre sur le dessus, avec des taches sombres. L’abdomen est chamois-crème et la calotte est noire. Ils sont nidifuges et les deux parents les élèvent ensemble. Ils sont emplumés au bout de 32-38 jours après la naissance.
L’échec de reproduction est causé par la prédation et les pratiques agricoles qui détruisent les nids au sol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
Les aires de reproduction du Courlis cendré sont affectées par les modifications et la perte de cet habitat. Les pratiques agricoles comme le fauchage et autres activités mécaniques détruisent de nombreux nids et poussins. Des déclins sont également la conséquence de la chasse intensive.

N.a. orientalis

Sur les aires d’hivernage, ils sont dérangés par les développements humains, la pollution et encore la chasse.
Plusieurs mesures de protection et de conservation sont en cours, et l’espèce se trouve dans de nombreuses zones protégées à travers la distribution.
Le Courlis cendré est actuellement considéré comme étant Presque Menacé.

Oiseau blessé à l'aile droite en période de chasse. Il ne volera plus et sera donc terriblement vulnérable.

Autres

images