English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Courlis d’Alaska
Ang: Bristle-thighed Curlew
All: Borstenbrachvogel 
Esp: Zarapito del Pacífico
Ita: Chiurlo setoloso
Nd: Zuidzeewulp
Sd: alaskaspov

Photographes:

Otto Plantema
Trips around the world

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

GUIDE DES LIMICOLES de D. Taylor - Delachaux et Niestlé - ISBN : 2603014080

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Audubon

Wikipedia, the free encyclopaedia

ARKive (Christopher Parsons)

New Zealand Birds Online

The Birds of North America online

Alaska Science Center Shorebird Research

U.S. Fish & Wildlife Service Hawaiian Islands

Spatial genetic structure of bristle-thighed curlews (Numenius tahitiensis): breeding area differentiation not reflected on the non-breeding grounds

BIRD ECOLOGY STUDY GROUP

Birds in Trouble Par Lynn E. Barber Editeur: Texas A&M University Press, 2016 ISBN: 1623493595, 9781623493592

 

Accueil

Page Scolopacidés

Sommaire fiches

 

Courlis d’Alaska
Numenius tahitiensis

Ordre des Charadriiformes – Famille des Scolopacidés

INTRODUCTION :
Le Courlis d’Alaska est un oiseau rare. Il est le seul limicole connu incapable de voler pendant la période de mue parce qu’il perd toutes ses rémiges après la reproduction. Il est très vulnérable durant deux semaines.
Il nidifie dans la toundra en Alaska, mais pendant l’hiver, il fréquente les plages, les récifs, les vasières et les herbages des îles du sud du Pacifique où il hiverne. Il migre en un vol non-stop d’au moins 4000 kilomètres pour atteindre ses aires  d’hivernage.
Il se nourrit de baies et d’insectes au moment de la reproduction, mais pendant l’hivernage, il consomme des crustacés, des escargots,  des petits poissons et des insectes, mais aussi parfois les œufs des oiseaux marins.
Le Courlis d’Alaska est menacé par les prédateurs introduits (chiens et chats), en particulier lorsqu’il est incapable de voler. Il est également menacé par la dégradation et la perte de l’habitat et par la chasse. L’espèce est actuellement classée comme étant Vulnérable, avec une petite population. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 40-44 cm
Envergure : 82-90 cm
Poids : M : 254-553 gr – F : 372-796 gr

Le Courlis d’Alaska a les parties supérieures brun foncé et tachetées de chamois-cannelle, mais le croupion et les couvertures sus-caudales sont unis.
Les parties inférieures sont blanches sur le bas de la poitrine et l’abdomen, tandis que le haut de la poitrine et la gorge sont chamois clair tacheté de brun. Le dessous des ailes est orange chamoisé et barré de brun. Les plumes plus longues et soyeuses qui couvrent les cuisses et qui donnent son nom anglais à l’espèce sont très difficiles à voir dans la nature.

La tête présente des rayures larges qui rendent l’oiseau très semblable au Courlis corlieu, avec une bande claire au centre de la calotte.
Le bec assez long est courbé vers le bas. Il a la base couleur chair et l’extrémité sombre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes robustes et les doigts sont gris bleuâtre.

La femelle a le même plumage, mais elle est plus lourde avec des ailes plus longues, mais son bec plus court que celui du mâle.

Le juvénile ressemble aux adultes, mais les taches chamois cannelle des parties supérieures sont plus grandes et plus nettes. La poitrine est plus chamoisée avec des stries indistinctes.   

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Courlis d’Alaska se reproduit dans l’ouest de l’Alaska, depuis la Péninsule de Seward jusqu’au Delta du Yukon.
Il hiverne sur plusieurs îles du Sud de l’Océan Pacifique, depuis les Iles Marshall et les Iles Hawaïennes vers le sud jusqu’à Santa Cruz (Temotu) dans l’est des Iles Salomon, aux Iles Fidji, Samoa, Marquises, Tuamotu et Pitcairn.  

HABITAT :
Le Courlis d’Alaska se reproduit dans la toundra où poussent des arbustes clairsemés, généralement bien à l’intérieur des terres dans les paysages montagneux escarpés.
Il hiverne sur des îles dans le Pacifique sud, et fréquente alors les plages, les récifs coralliens, les vasières et les herbages, mais il est également présent dans les canaux entre les ilots et autour des colonies d’oiseaux marins.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Courlis d’Alaska émet un long sifflement plaintif « too-lee », un autre sifflement court et ondulant « whe-whe-whe-whe », et un « whee-wheeoo » claironnant.
Au moins sept vocalises différentes ont été recensées chez cette espèce.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Courlis d’Alaska se nourrit de baies de plusieurs espèces de plantes, d’araignées et d’insectes pendant la saison de reproduction. Les insectes comprennent des coléoptères, des phalènes, des papillons ainsi que des larves.
Sur les aires d’hivernage, il consomme des crustacés, des insectes, des araignées, des escargots et des lézards, mais aussi les débris et les poissons régurgités par les oiseaux marins. Il lui arrive quelquefois de manger les œufs des grands oiseaux marins. Il ouvre l’œuf avec le bec, ou bien le laisse tomber sur une surface dure, mais il peut aussi utiliser des « outils » comme des pierres pour casser la coquille.

Le Courlis d’Alaska se nourrit en marchant tout en picorant des proies sur le sol. Il utilise aussi son long bec pour sonder le sol ou la vase.  
Il est généralement observé seul ou en petit groupe de 5-6 individus. Ils dorment dans des arbres ou sur les toits des maisons.  

Au début de la saison de reproduction, le mâle effectue des vols nuptiaux spectaculaires au-dessus du site de nidification. Il plane au-dessus du territoire tout en émettant des vocalises complexes.
Il nidifie sur le sol et les deux adultes partagent les tâches liées à la reproduction.

Le Courlis d’Alaska est migrateur et voyage en petits groupes. Les oiseaux se rassemblent habituellement dans le Delta du Yukon dans l’ouest de l’Alaska, afin de faire des réserves de graisse en vue du vol non-stop de 4000 kilomètres au-dessus de l’Océan Pacifique pour atteindre leurs aires d’hivernage. Ils quittent les aires de reproduction début juillet, suivis par les jeunes au début du mois d’août.  

Cette espèce peut parcourir de très longues distances au-dessus de l’eau. A leur arrivée, les oiseaux muent et perdent toutes les rémiges, devenant incapables de voler pendant deux semaines. Ils sont alors très vulnérables à la prédation par les chiens et les chats introduits sur les îles.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La ponte commence entre mi-mai et fin mai. Le Courlis d’Alaska possède un grand territoire pouvant aller jusqu’à 275 hectares dans la toundra. Le nid est une dépression sur le sol, tapissée de lichens, mousses et feuilles. Le nid est souvent à l’abri d’un saule rabougri.

La femelle dépose 4 œufs chamois-olive avec des taches brunes. Les deux adultes incubent pendant environ 25 jours. Les poussins duveteux quittent le nid très vite après l’éclosion. Ils sont capables de se nourrir eux-mêmes mais sont protégés par les parents. Les deux adultes défendent vigoureusement leur progéniture en effectuant des parades de distraction pour éloigner les prédateurs.
Quelques jours plus tard, la famille quitte le site de nidification et peut alors se joindre à d’autres familles sur les hauteurs.
La femelle part la première en migration, et laisse le mâle achever l’éducation des jeunes jusqu’à leur envol 21 à 27 jours après la naissance.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
Le Courlis d’Alaska est menacé par les chiens et les chats introduits sur les îles où il hiverne et où il mue. La déforestation pour les plantations de cocotiers entraine la dégradation et la perte de l’habitat. La chasse menace l’espèce sur certaines îles en hiver. La prédation pendant la saison de reproduction par le Labbe parasite, le Grand corbeau et les renards est également un problème. De plus, l’espèce pourrait être menacée dans un futur proche par des changements dans l’habitat et la montée des eaux à cause du réchauffement climatique.   
La population du Courlis d’Alaska est estimée à 10 000 individus, avec 7000 oiseaux matures et 3000 immatures. Elle semble décliner doucement.
Le Courlis d’Alaska est actuellement classé en tant qu’espèce Vulnérable.