English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Damier du Cap
Ang: Cape Petrel – Cape Pigeon – Pintado Petrel
All: Kapsturmvogel
Esp: Petrel Damero
Ita: Procellaria del Capo
Nd: Kaapse Stormvogel
Sd: Brokpetrell

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Patrick Ingremau
TAMANDUA

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Otto Plantema
Trips around the world

Simon Tan
PBase Bird galleries

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A Complete Guide to Antarctic Wildlife by Hadoram Shirihai and Illustrated by Brett Jarrett - Edited by Guy M. Kirwan - ALUL.A Press Oy, Finland - ISBN 9519894705

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand Birds Online

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

PLANETOFBIRDS.COM

Australian Antarctic Division: Leading Australia's Antarctic Program

Ocean Wanderers "Ride the Wave"

HBW Alive

 

Accueil

Page Famille des Procellariidés

Sommaire fiches

 

Damier du Cap
Daption capense

Ordre des Procellariiformes – Famille des Procellariidés

INTRODUCTION :
Le Damier du Cap est l’unique membre du genre Daption car il est assez différent des autres espèces pour être placé dans un genre monotypique à part. Deux sous-espèces sont reconnues.
Avec les deux membres du genre Fulmarus, le Fulmar boréal et le Fulmar argenté, le Damier du Cap est plus pélagique que les autres Procellariidés et se disperse largement dans les océans.
Le Damier du Cap est très grégaire, et forme de grandes bandes en mer autour d’abondantes sources de nourriture. Il se reproduit en colonies. Des groupes comprenant des centaines d’oiseaux suivent les bateaux de pêche.

En français, le nom « damier » vient des dessins du plumage. En anglais, il est connu sous le nom de « Cape Pigeon » à cause de sa façon de se nourrir en picorant rapidement à droite  et à gauche sur l’eau. Comme en français, son autre nom anglais « Pintado Petrel » vient des dessins du plumage car l’oiseau semble avoir été peint ! Le nom « Daption » est l’anagramme de « pintado ».

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 38-40 cm
Envergure : 80-90 cm
Poids : 450-480 gr

L’adulte est un pétrel de taille moyenne avec une tête ronde. Les dessins du plumage forment un damier noir et blanc sur les parties supérieures et le dessus des ailes.
Les parties inférieures et le dessous des ailes sont blancs. Les bords d’attaque et de fuite sont noirâtres, comme la bande terminale de la queue.

La tête, la nuque et l’arrière du cou sont noirs et forment un capuchon qui s’étend légèrement vers le haut du manteau. Le menton et la gorge sont plus clairs, brun cendré ou même blancs.
Les yeux sont brun foncé à noirâtres. Le bec, les pattes et les doigts palmés sont noirs.

Les deux adultes sont semblables en plumage, mais la femelle a le bec, les tarses et les ailes plus courts, et son poids est moindre.
Le juvénile ressemble à l’adulte, mais les plumes noires sont teintées de gris, et les plumes du haut du manteau et les couvertures sus-alaires internes sont étroitement bordées d’un ton plus clair.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Damier du Cap a deux sous-espèces.
D.c. capense (décrit ci-dessus) se trouve dans l’Antarctique et sur les iles subantarctiques depuis la Géorgie du Sud jusqu’à l’Ile de Heard.

D.c. australe se trouve dans les eaux tempérées jusqu’aux eaux de l’Antarctique, entre l’Australasie et l’Antarctique. Il se reproduit sur les iles autour de la Nouvelle Zélande.
Cette race est légèrement plus petite et les parties supérieures présentent davantage de zones noires sur le dessus des ailes et le dos. Cependant, en plumage usé, l’oiseau parait plus blanc. 
Sur les parties inférieures, on peut voir quelques taches noirâtres sur les couvertures sous-caudales et le dessous des ailes. La bande terminale noire de la queue est plus large.

HABITAT :
Le Damier du Cap nidifie à découvert sur les falaises et les pentes rocheuses, mais aussi sur un sol rocailleux jusqu’à un kilomètre de la côte. Ils se reproduisent sur des iles autour des côtes de l’Antarctique et sur les iles subantarctiques. Pendant la saison de reproduction, il se nourrit au voisinage de la colonie. Mais pendant l’hiver, il est pélagique et suit les courants froids. Il est habituellement présent dans les eaux froides au-delà de la plaque continentale. Il évite la banquise mais il pêche quand même près des icebergs.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Comme de nombreux oiseaux marins, le Damier du Cap est en général silencieux loin des colonies de reproduction. En revanche, les groupes qui pêchent derrière les bateaux sont bruyants, et comme les oiseaux se battent pour la nourriture, ils émettent des sons agressifs et aigus ou des bavardages et des ronronnements « courrrrr ». D’autres sons peuvent être entendus, souvent des caquètements « cac-cac, cac-cac ».
Les parades d’accueil avec des balancements de la tête sont accompagnées de sons similaires.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Damier du Cap se nourrit surtout de calmars, krill du genre Euphausia, méduses et poissons, avec en plus des charognes, des débris et des déchets jetés des bateaux de pêche.
Il se nourrit principalement en saisissant les proies à la surface de l’eau, mais d’autres techniques comme le piétinement sur la surface ou l’aquaplaning sont utilisées.
Il picore la nourriture comme un pigeon et se montre toujours très actif et affairé. Il picore devant lui et sur les côtés tout en restant posé et dressé sur l’eau. Il pêche aussi en volant et trempe le bec dans l’eau. Il lui arrive aussi de plonger pour capturer une proie sous quelques centimètres d’eau.

Damier du Cap

avec un Albatros hurleur

La différence de taille est nette

Le Damier du Cap forme de grandes bandes lorsqu’il suit les bateaux de pêche, parfois avec d’autres espèces d’oiseaux marins, mais aussi à l’occasion en s’associant aux grands mammifères marins qui font remonter les proies vers la surface.
Il se nourrit également sur les carcasses en mer, et pourrait utiliser son sens de l’odorat pour localiser la nourriture.

Le Damier du Cap est grégaire en mer, mais il peut quelquefois se montrer solitaire. Il se reproduit en colonies lâches. Les partenaires sont monogames et les liens du couple durent longtemps. Ils effectuent des parades élaborées. Des sons sont utilisés pour maintenir et renforcer les liens du couple.
Les parades comprennent des mouvements ondulants de la tête en face l’un de l’autre, le grignotage et le lissage mutuel des plumes, et des caquètements. Le même type de parades est utilisé pour la défense du territoire.

Le Damier du Cap est absent de l’Antarctique entre avril et août, alors que les oiseaux des zones subantarctiques pourraient être assez sédentaires. Ils peuvent suivre les principaux courants froids et pénétrer dans des zones plus tempérées. Ils peuvent alors être observés au large des Iles Galápagos au niveau de l’équateur, principalement autour d’importantes zones de pêche. L’espèce est pélagique et se disperse largement dans les océans.

Observé au large du Pérou

Le vol est effectué avec davantage de battements et des glissés plus courts que chez les fulmars. Ce sont des oiseaux qui volent très bien et très vite, parfois juste au-dessus des vagues.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu en novembre-décembre. Les oiseaux reviennent aux colonies en septembre-octobre, et la femelle effectue alors un voyage de trois semaines en mer pour faire des réserves avant la ponte.
Le Damier du Cap forme des colonies clairsemées de taille variable (jusqu’à des milliers avec d’autres espèces), mais il peut aussi se montrer solitaire comme dans l’Archipel des Crozet.
La colonie est établie sur un sol rocheux ou sur des graviers, ou sur des hautes falaises avec des corniches. Le nid est une dépression grattée dans les pierres et les graviers, ou placé dans une crevasse peu profonde, une corniche rocheuse ou parmi les rochers.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
La majorité des sites de reproduction sont débarrassés des mammifères prédateurs en Nouvelle Zélande, mais ceux des Iles Kerguelen, Auckland et Cochons sont affectés par la présence des chats et des rats. Les colonies établies dans des endroits inaccessibles sont naturellement protégées.
Cependant, le Damier du Cap est abondant et largement répandu dans sa distribution, et la population globale est estimée à 2 000 000 d’individus.
Le Damier du Cap est actuellement considéré comme non menacé.

La femelle dépose un seul œuf blanc. L’incubation dure environ 45 jours, partagée par les deux adultes avec des tours de plusieurs jours, 4 pour le mâle et 3 pour la femelle. Le poussin est couvert de duvet brun cendré à la naissance. Il est couvé pendant plusieurs jours au début et nourri par régurgitation par les parents. Il est emplumé et indépendant au bout de 46-57 jours après l’éclosion. Il pourra se reproduire vers l’âge de 5 ou 6 ans.
Les poussins sont souvent la proie des labbes.