English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Large-tailed Nightjar
All :  Langschwanz-Nachtschwalbe
Esp : Chotacabras Macruro
Ital :  Succiacapre codalunga
Nd : Horsfield-nachtzwaluw

Photographe :

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

A Field Guide to the Birds of South-East Asia by Craig Robson. New Holland Publishers. ISBN: 9781780090498

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Sungei Buloh Wetlands Reserve (Michael Mastaller)

Oriental Bird Club

XENO-CANTO – Sharing Birds sounds from around the world

 

Accueil

Sommaire fiches

Engoulevent de Horsfield
Caprimulgus macrurus

Ordre des caprimulgiformes – Famille des Caprimulgidés

QUELQUES MESURES :
L: 25-33 cm
Poids: 55-78 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’engoulevent de Horsfield est un oiseau cryptique qui vit plutôt la nuit. Pendant le jour, il passe son temps à se reposer parmi les feuilles mortes sur le sol, profitant du parfait camouflage de son plumage.

L’engoulevent de Horsfield a un plumage dont la couleur est semblable à celle des feuilles mortes. Il est brun-grisâtre, avec la gorge blanche. Les parties inférieures sont chamoisées, finement barrées de noirâtre. Son plumage cryptique brun et gris avec de nombreuses taches et rayures lui permet de se fondre dans son environnement.
Le mâle présente des taches blanches sur les primaires externes, et de larges extrémités blanches sur les rectrices externes.

La femelle a des taches plus petites et plus chamoisées sur les ailes, ainsi que sur la queue.
Le juvénile ressemble à la femelle, avec un plumage plus clair et plus chamoisé, et une tache sombre assez indistincte sur la queue.  

L’Engoulevent de Horsfield a un bec spécial qui peut s’agrandir en une énorme « pelle » pour capturer des insectes en vol. Le bec est grisâtre, court et large. On peut voir une ligne bien nette de plumes sétiformes au bord du bec. L’Engoulevent de Horsfield à une cavité buccale colorée qu’il ouvre soudainement pour surprendre les prédateurs.
Les yeux sont foncés, devenant rouges la nuit sous l’effet d’une lumière. Les pattes sont courtes, les doigts sont assez petits.

On trouve 7 sous-espèces à travers la distribution. Elles diffèrent légèrement par la couleur et les  dessins du plumage, ainsi que par la taille. 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le cri de l’Engoulevent de Horsfield est monotone. C’est un son creux étrange « chonk-chonk-chonk… » comme si l’on tapait sur du bois. Il répète ce son depuis un perchoir ou sur le sol, principalement à l’aube et au crépuscule. C’est probablement un cri territorial. Pendant la saison de reproduction, il chante souvent depuis un perchoir. Il est souvent appelé « l’oiseau-marteau » ou « le charpentier ».

HABITAT :
L’Engoulevent de Horsfield fréquente les forêts ouvertes, la végétation secondaire, les zones boisées, les broussailles et les plantations, les zones ouvertes et humides comme les mangroves, les lisières des forêts et les champs cultivés.
Cette espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 2700 mètres dans la partie nord de la distribution. Mais l’altitude varie selon l’endroit, allant de 460-900 mètres, jusqu’à 1200 et 2000 mètres ou plus.
 
DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Engoulevent de Horsfield vit en Asie, à travers l’Asie jusqu’à la Papouasie Nouvelle Guinée et au nord / nord-est de l’Australie.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Engoulevent de Horsfield passe sa journée immobile sur le sol, camouflé parmi les feuilles mortes grâce à son plumage cryptique. Il se pose aussi sur les branches basses, contre l’écorce, où son plumage le rend presque invisible.

Il chasse depuis un perchoir, attendant sa proie. Il fond sur elle et la capture en vol. Il vole bas sur le sol. Il se pose aussi sur les réverbères dans les rues, où les insectes sont attirés par la lumière, principalement après la pluie. Il est très actif à partir du crépuscule.
Il lui arrive de faire du vol stationnaire près du bétail, profitant ainsi des insectes soulevés par leurs sabots.

La parade nuptiale voit les deux partenaires proches l’un de l’autre, émettant une sorte de coassement bas qui fait partie du rituel de renforcement des liens du couple. Le mâle met en valeur le croissant blanc sur sa gorge gonflée.
L’engoulevent effectue des parades de distraction s’il est dérangé ou menacé au nid. Il essaie de s’envoler dans une autre direction, battant des ailes sur le sol comme si l’une d’elles était cassée, afin d’emmener l’intrus loin du site du nid. Ces comportements sont accompagnés de souffles gutturaux. 

L’engoulevent de Horsfield ne migre apparemment pas, effectuant seulement des déplacements locaux.  

VOL :
L’Engoulevent de Horsfield commence à voler après le coucher du soleil. Son vol est presque semblable à celui des phalènes. Il vole bas sur le sol quand il chasse. Ses longues ailes pointues et sa queue font de lui un acrobate silencieux. Quand il poursuit des insectes, il effectue un vol désordonné et capricieux, happant ses proies au vol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
L’Engoulevent de Horsfield se reproduit de mars à juin. Les engoulevents ne construisent pas de nid. Les œufs sont déposés dans une dépression peu profonde sur le sol. Cette dépression est souvent située à l’ombre d’un arbre ou d’un buisson.

La femelle dépose un à deux œufs tachetés. Ils sont bien camouflés car ils ressemblent à des cailloux. Le premier œuf pondu est en général plus gros que le second. L’incubation dure environ 16 à 18 jours, partagée par les deux parents qui prennent leur tour pour couver, la femelle plutôt le jour et le mâle pendant la nuit. Les jeunes peuvent s’envoler au bout de trois semaines.
A la naissance, ils sont couverts de duvet chamois, et ils peuvent bouger au bout de un à deux jours, et sortir du nid. Ils changent de place chaque nuit pour éviter la prédation, et peuvent même se séparer. Pendant la journée, ils restent parmi les feuilles mortes, bien camouflés grâce à leurs plumes brunes.

La femelle les élève probablement jusqu’à leur premier vol. Elle effectue des parades de distraction et s’éloigne des œufs ou des poussins si le nid est menacé.
De même, les poussins menacés battent des ailes et ouvrent grand leur bec afin de se défendre.

ALIMENTATION :
L’Engoulevent de Horsfield se nourrit principalement d’insectes, tels que phalènes, criquets, sauterelles, guêpes, punaises, grands scarabées et moustiques. Il se régale aussi des nids de termites volants.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Engoulevent de Horsfield est menacé par les dérangements et la perte de l’habitat. Cependant, actuellement, les populations sont encore stables et non menacées.