English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Antillean Nighthawk
All: Antillennachtschwalbe
Esp: Añapero Querequeté
Ital: Caprimulgo-sparviero delle Antille
Nd: Antilliaanse Nachtzwaluw
Sd: Karibisk falknattskärra

Photographe:

Alfredo Colón
Puerto Rico Wildlife

Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Audubon

The Cornell Lab of Ornithology – Neotropical birds

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Engoulevent piramidig
Chordeiles gundlachii

Ordre des Caprimulgiformes – Famille des Caprimulgidés

QUELQUES MESURES :
L : 20-21 cm

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’Engoulevent piramidig appartient à la sous-famille « Chordeilinae » qui comprend les engoulevents partiellement diurnes. Anciennement regardé comme étant la forme des Caraïbes de l’Engoulevent d’Amérique (Chordeiles minor), il est aujourd’hui considéré comme une espèce à part entière à cause de sa voix bien distincte et de sa reproduction sympatrique en Floride, dans les Keys.

Cette espèce existe sous deux formes, grise ou rousse.
Le mâle adulte a les parties supérieures brunes ou brun noirâtres, intensément tachetées de blanc grisâtre, chamois ou cannelle. La nuque est brune avec des taches plus claires mais il n’y a pas de collier nucal. Les couvertures alaires sont brunes avec des taches variables allant de blanc grisâtre ou chamois clair à cannelle. Les rémiges sont brun foncé. Les ailes sont pointues et présentent une tache alaire blanche évidente en vol. La queue est brune, barrée de plusieurs bandes sombres, et porte une bande subterminale blanche également plus visible en vol.   
Sur les parties inférieures, le mâle présente une tache blanche sur la gorge. Le dessous est brun barré de blanc grisâtre. L’abdomen et les flancs sont chamoisés et barrés de brun.
Sur la tête, la calotte est brun foncé avec des taches chamois clair. On peut voir un sourcil blanc grisâtre.
Le bec est noirâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brunâtres.

La femelle diffère légèrement du mâle par la tache chamoisée et non blanche de la gorge. Les taches alaires blanches sont moins évidentes et elle n’a pas la barre blanche subterminale sur la queue.
Le juvénile est plus terne avec la queue courte.
L’immature ressemble aux adultes mais il a le dessous intensément barré. La gorge porte une tache terne et tachetée. Les rémiges primaires et secondaires sont étroitement bordées de blanc aux extrémités, et il n’y a pas de tache blanche sur la queue.

JUVENILE

On trouve deux sous-espèces :
C.g. vicinus se trouve dans le sud de la Floride et aux Bahamas. Il semble plus petit que la race nominale, et on ne trouve que la forme grisâtre.
C.g. gundlachii se trouve à Cuba, sur l’Ile des Pins, aux Iles Caïman, en Jamaïque, à Hispaniola, à Porto Rico et aux Iles Vierges. Cette race est ici décrite et représentée.     

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Engoulevent piramidig mâle émet des « chitty-chit » ou « killy-kadick » répétés pendant les parades aériennes territoriales ou nuptiales. On peut aussi entendre un « penk-dik » nasillard.
Tandis qu’il chante, la tache blanche de la gorge est mise en valeur et gonflée à chaque note. C’est un signal visuel qui s’adresse aux rivaux mâles et aux femelles potentielles.
Plutôt silencieux en général, il devient plus bruyant au début de la saison de reproduction.  

HABITAT :
L’Engoulevent piramidig fréquente habituellement les campagnes ouvertes et semi-ouvertes arides où il peut nidifier au sol. On le trouve aussi dans les zones récemment nettoyées et éclaircies, dans les champs de canne à sucre et les pâturages.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
Voir ci-dessus dans « sous-espèces ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Engoulevent piramidig est un insectivore qui se nourrit de phalènes et de scarabées, ainsi que de plusieurs autres espèces d’insectes. Il lui arrive de chasser seul ou en couple, mais aussi en petits groupes. Selon le climat, il peut chasser également pendant la journée, durant les journées chaudes et nuageuses ou après une averse.
Il chasse en volant et cherche ses proies au-dessus des forêts, des champs, des pâturages, des lisières et des villes, principalement à l’aube et au crépuscule. Grâce à son vol agile, il est capable de poursuivre ses victimes. La grande ouverture de sa bouche lui permet de happer les insectes en vol, mais il les capture aussi lorsque ceux-ci passent à proximité de son bec.

Au début de la saison de reproduction, l’Engoulevent piramidig mâle effectue des parades territoriales et nuptiales. Ils sont monogames et en général, le couple reste uni pour la vie, ou au moins pour une saison.
Le territoire est établi par le mâle, et vigoureusement défendu contre les rivaux. Il chante fortement vers ses voisins. Quelques disputes peuvent se produire mais habituellement, ils se contentent de chanter en adoptant des postures agressives.

Le mâle effectue des parades nuptiales aériennes en décrivant des cercles dans le ciel et ensuite en plongeant de façon abrupte avec les ailes tendues en V au-dessus du dos, position qui met en valeur les taches alaires blanches.
Lorsque le plongeon prend fin, l’oiseau courbe brusquement les ailes vers le bas tout en produisant un son résonnant.

L’Engoulevent piramidig est très migrateur. Il quitte les aires de reproduction en août-septembre, et revient en avril.
Les aires d’hivernage sont inconnues, mais on suppose qu’elles se trouvent en Amérique du Sud.  

VOL :
L’Engoulevent piramidig a un vol erratique et rapide. Lorsqu’il chasse, son vol agile lui permet de pratiquer des torsions soudaines, de tourner, de rouler, de monter et de plonger brusquement tout en poursuivant un insecte.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction varie selon l’endroit, mais en général, elle a lieu entre mi-avril et mi-août à travers la distribution.
L’Engoulevent piramidig peut occasionnellement nidifier en colonies lâches avec l’Engoulevent d’Amérique.
Le nid est situé au sol sur les graviers ou sur le sable, dans une portion du sol découverte au milieu des cailloux et des petites pierres, ou parfois dans une cavité dans un récif de corail.

La femelle dépose 1-2 œufs de couleur cryptique directement sur le sol. Ces œufs se fondent sur les graviers ou le sable. Elle incube pendant 19 jours. A la naissance, les poussins semi-précoces sont couverts de duvet cryptique. Ils se déplacent aux alentours du site du nid sous la protection des adultes. Ils sont nourris par régurgitation de boules d’insectes directement dans la bouche, ou se servent dans celle des parents.
S’ils sont menacés, les poussins adoptent la position typique aplatie et restent immobiles et les yeux fermés, tandis que les adultes effectuent des parades de distraction.

ALIMENTATION :
L’Engoulevent piramidig est insectivore et consomme plusieurs espèces d’insectes, et plus spécialement des phalènes et des scarabées.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
L’Engoulevent piramidig est habituellement commun localement dans la majorité de ses aires de reproduction.
La race « vicinus » semble n’avoir qu’une légère expansion  de sa distribution à cause de la perte de son habitat due aux développements humains aux Keys en Floride.
Cependant, l’espèce n’est pas menacée actuellement.