English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Southern Red Bishop
All : Oryxweber
Esp: Obispo Rojo
Ital: Vescovo rosso
Nd: Grenadierwever

Photos de Callie de Wet
Flickr Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:  

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions –
ISBN: 9788496553682

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

ROBERTS BIRDS OF SOUTH AFRICA by G. R. Mc Lachlan and R.  Liversidge – The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fuund – ISBN: 0620031182

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

Euplecte ignicolore
Euplectes orix

Ordre des Passériformes – Famille des Plocéidés

QUELQUES MESURES :
L : 13 cm
Poids : M : 21-30 gr – F : 17-26 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Ce bel habitant des zones humides et des cultures Sud Africaines est une espèce commune dans son pays. Souvent vu perché au sommet des roseaux, l’Euplecte ignicolore avec son plumage aux couleurs vives est le joyau de ces paysages. 

Le mâle adulte en période nuptiale a le plumage rouge orangé et noir.
Les parties supérieures sont rouge orangé vif, avec le dos et le manteau d’un brun un peu rougeâtre légèrement strié de noirâtre. La nuque, le croupion et les couvertures sus-caudales sont rouge orangé. Le dessus des ailes et la queue sont gris-brun foncé avec des liserés chamois clair.

Sur les parties inférieures, le bas de la poitrine, l’abdomen et les flancs sont noirs. Les couvertures sous-caudales sont rouge orangé. Les cuisses sont brun clair.

Sur la tête, un masque facial noir englobe le front, le devant de la calotte, les lores, les joues, le menton et le haut de la gorge, avec quelques variantes individuelles.
Le reste de la tête, le bas de la gorge et le haut de la poitrine sont rouge orangé.
Le bec robuste et conique est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun rosâtre clair.

Le mâle non-nicheur a les parties supérieures, du front aux couvertures sus-caudales, entièrement brunes, avec des stries centrales brun noirâtre sur les plumes. On peut voir un sourcil jaunâtre. Les lores, les joues et les couvertures auriculaires sont brun clair. Le menton et la gorge sont blanchâtres. La poitrine et les flancs sont chamois clair finement strié au centre de chaque plume. L’abdomen, le bas-ventre et les couvertures sous-caudales sont blancs. Les ailes et la queue sont brunes.

La femelle est très similaire mais elle est plus petite que le mâle, avec les parties inférieures moins striées. Le bec, les pattes et les doigts sont rosâtre clair. Les yeux sont brun foncé. 

Le juvénile ressemble à la femelle avec les parties supérieures marquées par de larges liserés chamoisés, et une teinte chamois sur les parties inférieures.
Le jeune mâle obtient le plumage noir et rouge orangé à la seconde saison de reproduction.

CRIS ET CHANTS :
L’Euplecte ignicolore émet des sons bourdonnants en guise d’avertissement. Le cri de contact est un « chip » ou « wheet » nasillard. Le cri d’alarme est un « chak » dur.
Pendant les parades, le mâle chante depuis un perchoir et émet un grésillement prolongé ou un souffle « tssssssssss zeeeeeeeee tssipitsipip tsip-tsip-tsip ». Ce chant est aussi émis au cours des vols nuptiaux. 

HABITAT :
L’Euplecte ignicolore fréquente les campagnes ouvertes avec des prairies et des cultures, souvent près de l’eau. Mais il préfère se reproduire dans les roselières, dans les zones marécageuses. Cette espèce peut être visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500-1700 mètres d’altitude selon les régions.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Euplecte ignicolore se trouve en Afrique, au Sud de l’Equateur, depuis Le Cap en Afrique du Sud, jusqu’en Somalie et au Sénégal vers le Nord.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
L’Euplecte ignicolore se nourrit surtout de graines et d’arthropodes. Les graines sont prises sur de nombreuses espèces de plantes, dont les céréales. Il prend aussi du nectar de fleur.
Les insectes sont surtout importants au moment de l’élevage des jeunes, et comprennent des Coléoptères, des Odonates, des Lépidoptères, des Diptères et des Isoptères.
Il capture les insectes volants en vol, mais les consomme au sol ou sur un perchoir. Il lui arrive de se nourrir en compagnie d’Etourneaux sansonnets en Afrique du Sud, souvent parmi les plantes maritimes sur les plages de la province de Western Cape où il trouve aussi des mouches d’eau et leurs larves, ainsi que des petits crustacés.

Il se nourrit habituellement deux fois par jour, le matin et en fin d’après-midi. Entre les deux séances, les oiseaux se rassemblent pour se reposer à la mi-journée dans des dortoirs de jour.
L’Euplecte ignicolore se nourrit en petits groupes. En dehors de la période de reproduction, on peut le voir en bandes mixtes avec des espèces du genre Quelea (Travailleurs).

L’Euplecte ignicolore mâle est polygame et ce sont jusqu’à sept femelles ou plus qui nidifient sur son territoire. Il effectue plusieurs parades, que ce soit de menace ou nuptiales.
La parade de menace montre le mâle avec le plumage gonflé, surtout sur le croupion, et exposant son masque noir entouré d’une collerette rouge orangé.

Les parades nuptiales sont effectuées aussi avec le plumage gonflé.
Des parades qui consistent à poursuivre la femelle d’abord loin du nid sont suivies d’autres au cours desquelles le mâle tente de l’attirer vers le site du nid. Ensuite, il pratique des vols nuptiaux au-dessus de son territoire, toujours pour l’attirer.

Il tente quelques approches vers la femelle avec un vol semblable à celui d’un bourdon à l’intérieur du territoire. Son plumage est toujours gonflé et ses battements d’ailes très rapides. Puis, il se pose sur une plante et pivote en tous sens tout en chantant. 

L’Euplecte ignicolore est essentiellement résident dans sa distribution. Le mâle retourne souvent dans la même colonie et sur le même territoire pendant cinq années de suite.

VOL :  
L’Euplecte ignicolore effectue un vol semblable à celui d’un bourdon, avec des battements très rapides produisant un son bourdonnant. Ce vol est pratiqué pendant la période de reproduction, quand il vole avec désinvolture au-dessus de la roselière avec le plumage gonflé. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE : 
La saison de reproduction varie selon la distribution. Cette espèce nidifie en colonies pouvant compter des milliers d’oiseaux dans une seule roselière.
L’Euplecte ignicolore mâle construit plusieurs nids, une coque ovale avec une entrée au sommet, sur un côté. La construction démarre par un croisement de tiges entre deux supports verticaux. Ensuite, de fins copeaux de roseau et des brins d’herbes sont tissés ensemble pour former une structure ovale. Ce travail peut prendre deux à trois jours.
La femelle tapisse l’intérieur du nid avec du duvet végétal et des graminées, et continue même pendant l’incubation.
Ce nid est habituellement situé dans les roseaux, les laîches et autres plantes aquatiques dressées dans l’eau. Il se trouve environ à deux mètres au-dessus des flots. L’Euplecte ignicolore peut aussi nidifier dans les champs de maïs ou autres céréales.

La femelle dépose en général 3 œufs bleu-vert ou turquoise. Parfois, deux femelles pondent dans le même nid, ce qui explique les couvées plus importantes. L’incubation assurée par la femelle dure environ 12 à 13 jours. Elle nourrit les poussins avec des graines régurgitées au début. Ils sont emplumés au bout de 11 à 15 jours après la naissance, mais ils sont capables de quitter le nid à dix jours s’ils sont dérangés.
Le jeune mâle peut se reproduire à deux ans, et la jeune femelle à un an.

Le nid de l’Euplecte ignicolore est régulièrement parasité par le Coucou didric. Le mâle les attaque à la colonie avec une certaine efficacité.

ALIMENTATION :  
L’Euplecte ignicolore se nourrit principalement de graines et d’arthropodes.
Les graines proviennent du maïs et du froment, mais au moins 24 plantes différentes sont répertoriées.
Il consomme aussi plusieurs espèces d’insectes tels que scarabées, libellules, chenilles, mouches et termites. Il capture aussi des araignées et des petits crustacés, ainsi que des mouches d’eau et leurs larves parmi les algues sur les plages.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Euplecte ignicolore est commun ou localement abondant, et il a même étendu son habitat en bénéficiant des zones cultivées.
Il lui arrive de causer des dommages, et il est considéré comme un parasite des cultures de froment en Afrique du Sud.
L’espèce n’est pas protégée dans toutes les régions.
La prédation par les serpents, les rongeurs et autres petits mammifères est la plus importante cause d’échec de la reproduction. Les adultes sont la proie des Hérons garde-bœufs et autres grands oiseaux.
Cependant, l’espèce n’est pas menacée actuellement.

SONS PAR XENO-CANTO