English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Merlin
All : Merlin
Esp : Esmerejón
Ital : Smeriglio
Nd: Smelleken
Sd: Stenfalk

Photographes:

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Bob Moul
Nature Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

HAWKS, EAGLES AND FALCONS OF NORTH AMERICA by Paul A. Johnsgard - Smithsonian Institution Press - ISBN: 1560989467

GUIDE DES RAPACES DIURNES – Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient de Benny Génsbol – Delachaux et Niestlé – ISBN : 2603013270 

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Pájaros de España (JL Beamonte)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Falconidés

Page rapaces

Sommaire fiches   

 

 

Faucon émerillon
Falco columbarius

Ordre des Falconiformes – Famille des Falconidés

QUELQUES MESURES :
L : 24-33 cm
Env : 50-67 cm
Poids : M : 150-210 gr – F : 190-255 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Faucon émerillon est un petit faucon trapu au vol rapide et agile.

Le mâle adulte a les parties supérieures bleu-gris. Le dessus des ailes présente des rémiges et des couvertures primaires plus sombres. La queue grise se termine par une barre noire très nette. 

Sur les parties inférieures, la poitrine, l’abdomen et les couvertures sous-caudales peuvent varier de chamois clair à roux, avec des stries blanches. Habituellement, les couleurs sombres sont intensément striées, alors que la couleur chamois clair est plus légèrement marquée.
Le dessous des ailes est barré gris foncé et blanc, avec une teinte rousse sur les couvertures. La queue gris foncée est aussi barrée de blanc.

Sur la tête, la calotte est gris-ardoisé à bleu-gris. Le sourcil blanc bien net vient du front et s’étend au-dessus de chaque œil. Les joues, les couvertures auriculaires et la nuque sont blanchâtres, teintées de chamois clair ou de cannelle clair, et finissent en bande tachetée sur la nuque. Le menton et la gorge sont blancs.
Le bec crochu est gris avec la cire jaune. Les yeux sont brun foncé entourés d’un étroit cercle oculaire jaune. Les pattes et les doigts sont jaunes aussi.

La femelle a les parties supérieures plus brunâtres et teintées sable ou fauve. Le bas du dos est gris, ainsi que le croupion et les couvertures sus-caudales. Le dessus des ailes est davantage tacheté que chez le mâle. Sur la queue, les barres blanchâtres sont légèrement chamoisées.
Les parties inférieures sont blanchâtres avec des marques brunâtres, moins contrastées que chez le mâle.
La tête est plutôt brunâtre que grise, et présente les mêmes dessins.

Le juvénile est très semblable à la femelle mais il a les parties supérieures plus brunes et plus foncées. Le dessous va de la couleur sépia foncé au fauve.
La bande nucale est souvent plus large que chez les adultes. Les yeux sont brun-grisâtre ou brun foncé. La cire, le cercle oculaire et la majeure partie du bec sont noir bleuâtre. Les pattes et les doigts sont jaune verdâtre.
Le subadulte ressemble aux adultes.

On trouve neuf sous-espèces qui diffèrent par la tonalité du plumage.
Les oiseaux mâles des zones forestières ou humides ont des parties supérieures d’un bleu noirâtre profond, alors que les oiseaux des steppes arides sont plutôt bleu grisâtre pâle sur le dessus.
Il existe aussi des différences de tailles.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Faucon émerillon est bruyant près du nid et pendant les parades.
Les cris du mâle sont plus haut-perché que ceux de la femelle. Les deux sexes émettent quatre sortes de vocalises. Un rapide « ki » ou « kek » variable en intensité, vitesse et rythme selon le moment. On peut aussi entendre un « tic » ou « chip », répété alternativement par les deux partenaires en guise de contact quand ils sont séparés visuellement.
Avant de s’accoupler, le mâle émet un cri chevrotant, cri que la femelle peut aussi utiliser lors des rencontres pour la nourriture.
Le cri d’alarme et d’avertissement est un « kikikikiki » ou un « kekekeke » aigu lancé par les deux adultes.

HABITAT :
Le Faucon émerillon fréquente des habitats variés, depuis le niveau de la mer jusqu’à la ligne des arbres dans les régions montagneuses. On peut le voir depuis la forêt boréale et la toundra, jusqu’aux zones de feuillus, les prairies ouvertes, les steppes et les tourbières, mais il préfère les endroits avec quelques arbres et arbustes.
Cette espèce se reproduit près des zones découvertes où vivent de nombreuses espèces de passereaux.
Elle hiverne dans les zones marécageuses et les steppes avec des arbres clairsemés. En Amérique du Nord, les habitats d’hivernage sont variés, allant des déserts aux forêts tropicales.
Les oiseaux immatures peuvent entrer dans les zones urbaines.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Faucon émerillon se reproduit dans les parties nord du Paléarctique, et vers l’Est dans la taïga et la toundra arbustive de l’Asie, ainsi qu’en Amérique du nord.
Ce rapace migre vers le sud, sur des distances plus ou moins longues selon les aires de reproduction.
Les espèces Eurasiennes se déplacent vers la méditerranée, l’Afrique du nord, le Golfe Persique, l’Irak, l’Iran, la Chine, le Japon et la Corée.
Les espèces Nord-Américaines se déplacent vers le Venezuela, l’Equateur et le nord du Pérou, avec quelques observations au Brésil et en Guyane française.
Quelques populations en Islande, sur les Iles Britanniques, au centre des montagnes d’Asie, au nord-ouest de l’Amérique du Nord et localement au Canada sont résidentes.

COMPPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Faucon émerillon se nourrit de petits oiseaux (moins de 50 gr) pendant la saison de reproduction. Pendant les migrations, il capture des proies plus grandes, des chauves-souris et des insectes. Les jeunes oiseaux capturent plutôt des rongeurs et d’autres petits mammifères.

Le Faucon émerillon chasse depuis un perchoir exposé dans une zone découverte. Quand la proie est localisée, il vole près du sol et plonge sur sa proie. Il peut aussi la poursuivre longtemps si l’attaque échoue.
Les proies sont aussi chassées dans les airs après des poursuites actives en vol.
Il peut chasser avec un autre rapace, parfois l’Epervier brun, ou bien en couples. Les proies sont dérangées par l’un d’eux et capturées par l’autre. La victime est en général tuée au sol ou au cours d’un vol rasant.    

Pendant la période de reproduction, le Faucon émerillon effectue des parades aériennes. Tandis que la femelle est posée au sol, le mâle décrit des cercles au-dessus d’elle comme pour une attaque. Elle s’accroupit avec la queue relevée tout en criant.
Une autre parade montre le mâle en train de voler en pratiquant des battements actifs alternés avec des glissés, tout en émettant ses « kik kik kik » répétés avant de se poser près d’elle. Ensuite, ils s’accouplent après avoir pratiqué des échanges de nourriture.

Le mâle territorial effectue aussi des parades aériennes vers un rival, avec des vols puissants et des battements rapides accompagnés de retournements. Il lui arrive aussi de piquer, de se balancer en glissant, de faire du vol stationnaire et d’autres figures aériennes variées.
Les deux sexes décrivent des cercles et des planés haut dans le ciel en guise de parades territoriales.

VOL :
Le Faucon émerillon comme décrit ci-dessus, est capable d’effectuer de nombreuses parades aériennes. Ce faucon est très agile et pratique un vol direct et rapide, avec des battements actifs à cause de sa petite taille.
Le vol battu alterne avec des glissés.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre mars et juin.
Le Faucon émerillon nidifie en solitaire. Les couples sont formés pour la saison.
Ce rapace ne construit rien mais utilise un vieux nid fait de rameaux de bois, ayant appartenu à des Corvidés. Ces nids sont placés dans un arbre, ou une cavité dans un arbre, sur une corniche rocheuse et même sur le sol, à l’abri de la végétation dense. Tout dépend des sites disponibles et de la distribution.

La femelle dépose 3 à 6 œufs pondus à deux jours d’intervalles. L’incubation dure environ 28 à 32 jours, partagée par les deux parents, mais surtout assurée par la femelle. Le mâle chasse pendant cette période et les moments qu’il passe au nid n’excèdent pas 7 à 15 % de son temps.
Les poussins sont couverts de duvet brunâtre et blanc. Ils sont nourris par les deux adultes, d’abord par le mâle, mais après une semaine, la femelle se joint à lui et ils chassent ensemble.
Les poussins grandissent rapidement et sont emplumés au bout de 28 à 32 jours. Ils sont capables de voler à cette période. Ils commencent à capturer des insectes très tôt, dans la seconde semaine qui suit leur envol. Cependant, ils dépendent des adultes pendant encore cinq semaines après avoir quitté le nid.
Ils peuvent se reproduire à un an pour les femelles et à deux ans pour les mâles.

ALIMENTATION :
Le Faucon émerillon est un prédateur d’oiseaux et capture plusieurs espèces différentes telles que petits ou moyens passereaux, Alouettes haussecol, et de nombreux bruants, Turdidés, parulines, roitelets, viréos et autres.  
Il capture aussi des petits mammifères comme les chauves-souris, les écureuils, les souris et les campagnols, mais aussi des reptiles et des amphibiens tels que lézards, serpents et grenouilles. Il consomme aussi de grands insectes. 
Il chasse depuis un perchoir exposé dans les zones ouvertes, et souvent en volant bas, bien qu’il soit également capable de capturer des proies en vol.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Actuellement, les populations du Faucon émerillon ne sont pas globalement menacées, mais la déforestation, les persécutions, les pesticides et les dérangements humains ont contribué à plusieurs déclins au 20ème siècle.
Cette espèce s’est adaptée aux changements survenus dans son habitat, rendant les populations stables et même en légère augmentation.
Le Faucon émerillon est considéré comme ne posant pas de problème actuellement.