English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Fou d’Abbott
Ang: Abbott’s booby
All: Abbott-Tölpel
Esp: Piquero de Abbott
Ita: Sula di Abbott
Nd: Abbotts Gent
Sd: Christmassula

Photographes:

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

HBW Alive

Australian Government Department of the Environment

Christmas Island Seabird Project

EDGE of Existence

Christmas Island Island Life

Marine Ornithology Journal of Seabird Science and Conservation

 

Accueil

Page famille Sulidés

Sommaire fiches

 

Fou d’Abbott
Papasula abbotti

Ordre des Suliformes – Famille des Sulidés

INTRODUCTION :
Le Fou d’Abbott est placé dans le genre « papasula » dont il est le seul membre. Son nom rend hommage à William Louis Abbott qui découvrit cet oiseau en 1892 sur Assumption Island.
Le Fou d’Abbott a une aire de reproduction extrêmement limitée sur l’Ile Christmas dans l’est de l’Océan Indien, et sa population décline à cause de la destruction de son habitat. Mais la menace majeure reste l’introduction d’Anoplolepis gracilipes, une espèce de fourmi qui a un impact négatif significatif sur l’écosystème.
Des mesures pour la contrôler ont été activées en 2009, permettant ainsi de réduire les populations de cette fourmi. Mais le Fou d’Abbott est actuellement considéré comme espèce en Danger d’Extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 79-80 cm
Poids : 1400-1600 gr

L’adulte a la tête et le cou blancs, avec des plumes plus longues sur la nuque donnant à l’oiseau une apparence ébouriffée. Le reste des parties supérieures est blanc, avec des taches noires sur le croupion et les couvertures sus-caudales. Les scapulaires et le dessus des ailes sont plutôt noirs avec quelques marques blanches à la base des ailes et à l’articulation  carpienne. La queue est noire.
Les parties inférieures sont blanches, mais en dessous des ailes, les rémiges primaires ont de larges extrémités noires, alors qu’elles sont beaucoup plus petites sur les secondaires et les tertiaires. On peut voir une tache noire irrégulière depuis la face postérieure de la cuisse vers l’arrière des flancs.
En plumage usé, les zones noires deviennent brun terne, alors que les zones blanches ont une coloration orange terne.

La tête est blanche. Le bec du mâle est gris bleuâtre pâle et peut quelquefois être légèrement teinté de rosâtre. La base est d’un bleu plus marqué et une ligne noirâtre le sépare du front. L’extrémité est noire. Le bec du Fou d’Abbott les grossièrement dentelé sur les bords des deux mandibules.
Les yeux sont brun foncé, entourés de peau nue noirâtre sur les lores et autour de l’œil. La partie antérieure de la paupière est grisâtre pâle.
Les pattes et les doigts palmés sont gris bleuâtre avec des zones noirâtres sur les membranes. Les griffes sont couleur corne.

Les deux sexes sont semblables, bien que la femelle ait le bec rose, devenant plus terne pendant la reproduction.
Le juvénile ressemble au mâle adulte mais ses yeux sont moins foncés.   

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Fou d’Abbott se reproduit sur Christmas Island dans l’est de l’Océan Indien. Cette espèce se nourrit et se disperse en parcourant de très longues distances. Sa distribution était probablement plus étendue dans le passé, aussi bien dans l’Océan Indien que dans l’Océan Pacifique.  

HABITAT :
Le Fou d’Abbott se reproduit dans la forêt humide et nidifie dans les grands arbres qu’elle abrite, sur le plateau et sur les hautes terrasses de l’ile, entre 160 et 260 mètres d’altitude. Cette espèce se nourrit dans l’Océan Indien, dans une zone riche en nutriments au large des côtes de Java.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Fou d’Abbott est en général très loquace. Il possède un vaste répertoire comprenant des croassements, des grognements gutturaux, des cris et des gémissements.
Sur le site du nid, il émet des « aaw-ah-err » et des « ku-ark ko-ark » sonores.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Fou d’Abbott se nourrit de poissons et de calmars qu’il trouve dans les eaux froides en surface près de Christmas Island.   
Les voyages effectués pour se nourrir sont habituellement longs, et il peut ainsi parcourir jusqu’à 400 kilomètres pour atteindre les aires de nourrissage lorsqu’il se reproduit sur Christmas Island. Comme les autres Sulidés, il se nourrit en plongeant dans l’océan.

Le Fou d’Abbott nidifie en couples isolés et non en colonies. Lorsqu’ils reviennent sur leurs aires de reproduction après les dispersions postnuptiales, ils effectuent des parades rituelles et élaborées afin de rétablir les liens du couple. Ensuite, ils construisent le nid dans un grand arbre, à une hauteur de 20 à 40 mètres au-dessus du sol.

Le Fou d’Abbott est capable de parcourir de longues distances, des milliers de kilomètres depuis Christmas Island. La morphologie de ce grand oiseau est bien adaptée à ces longs vols. Mais à cause des longues ailes étroites, il lui faut des espaces dégagés pour s’envoler et se poser. En nidifiant à la cime des grands arbres, il peut prendre ainsi assez de hauteur avec le vent.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction a lieu entre avril et juillet, avec les accouplements en avril et la majorité de la ponte en mai/juillet.
Le Fou d’Abbott nidifie en couples isolés, avec environ neuf couples à l’hectare. Le nid est construit dans la canopée d’un grand arbre, près d’un ravin, de collines ou de falaises pour faciliter l’envol et l’atterrissage de ces grands oiseaux.
Cette espèce a un long cycle de reproduction de 15-18 mois et les couples ne se reproduisent en général que tous les deux ans.
Les deux sexes construisent une plateforme faite de rameaux de bois à la cime d’un grand arbre.

La femelle dépose un seul œuf. L’incubation est partagée par les deux adultes pendant 56-57 jours. Ils incubent à raison de deux jours chacun. A la naissance, le poussin est couvert de duvet blanchâtre. Il est nourri par régurgitation par les deux parents. Il lui faudra 170 jours pour obtenir son plumage complet, et il sera indépendant au bout de 200 jours après l’éclosion. Il sera sexuellement mature à l’âge de 8 ans.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Fou d’Abbott est surtout menacé par l’introduction des fourmis Anoplolepis gracilipes qui forment des colonies immenses et s’attaquent aux insectes, vers de terre, crabes (très présents sur l’ile), mammifères, oiseaux et reptiles. Ces fourmis ont un impact négatif significatif sur l’écosystème, et particulièrement sur la forêt.
Les plantes invasives commencent aussi à affecter l’habitat du Fou d’Abbott. De plus, les vents violents qui soufflent sur cette région peuvent aussi avoir un effet négatif sur le succès de la reproduction de ces oiseaux. La pollution marine et la surpêche sont aussi des menaces non négligeables.
La population a été évaluée en 1991 à 6000 individus matures, ce qui équivaut à environ 9000 individus au total.
Toutes ces menaces auxquelles s’ajoute une aire de reproduction très restreinte ont mené cette population vers le déclin, et actuellement, le Fou d’Abbott est considéré comme espèce en Danger d’Extinction.