English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Fuligule de Madagascar
Ang: Madagascan Pochard
All: Madagaskarmoorente
Esp: Porrón Malgache
Ita: Moretta del Madagascar
Nd: Madagaskarwitoogeend
Sd: madagaskarbrunand
Mal: Fotsy maso, Onjo

Photographe:

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

DURREL - Madagascar pochard

How to see Madagascar Pochard Aythya innotata, the world’s rarest duck

Rediscovery of the Madagascar Pochard Aythya innotata in northern Madagascar

Madagascar pochard, world's rarest bird, needs new home

World's rarest ducklings Madagascan pochards hatch

World's rarest duck on the rebound in Madagascar

The Struggle for Survival of the Madagascan Pochard - December 2014, Volume 12-6

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Fuligule de Madagascar
Aythya innotata

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
Le Fuligule de Madagascar est endémique de l’île. C’est un canard très rare qui n’était connu qu’à un seul endroit dans le nord du plateau central sur le Lac Alaotra. Cette zone et la vie sauvage présente en ces lieux ont souffert de la chasse et des incendies. Cette espèce et de nombreux autres oiseaux d’eau ont disparu de ce lac et la dernière observation dans cette zone a été faite en 1991.

Mais à la fin de l’année 2006, le Fuligule de Madagascar a été redécouvert par des biologistes du Peregrine Fund sur un lac volcanique dans une zone très boisée située à 350 kilomètres au nord du Lac Alaotra. On comptait 9 adultes et 4 juvéniles. Ce lac n’était pas adapté à la culture du riz car l’eau était froide et aucun poisson n’était présent. Il a alors été suggéré que le Fuligule de Madagascar pourrait avoir survécu à cet endroit où les humains ne venaient que très peu.
Des études réalisées en 2006 ont permis de trouver 20 individus matures et 9 canetons au même endroit. De plus, 5 autres canards ont été vus sur un autre lac, à 3-4 kilomètres du site précédent.
Malgré plusieurs tentatives de reproduction entre 2006 et 2012, seuls 21 adultes ont été retrouvés en 2012. Des programmes de conservation sont en cours, mais la population de cette espèce est extrêmement faible et le succès de la reproduction très limité, sans doute à cause du manque de nourriture adaptée à ces oiseaux. L’espèce est actuellement en Danger Critique d’Extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 45-46 cm
Poids : 685 gr (un seul mâle)

Le Fuligule de Madagascar en plumage nuptial a le plumage brun foncé. Sur les parties inférieures, la poitrine est brun foncé, les flancs et le bas-ventre sont brun-roux tandis que l’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs.
La tête et le cou sont bruns avec une teinte violacée sombre.
La femelle est plus terne dans l’ensemble, mais mâle et femelle ont une barre alaire blanche qui contraste avec les extrémités sombres des rémiges. Le mâle en plumage d’éclipse ressemble à la femelle.
Le bec est gris foncé avec l’onglet noir. Les yeux sont blancs (brun foncé chez la femelle). Les pattes et les doigts palmés sont gris.
Le juvénile ressemble à la femelle mais il est encore plus terne. Le jeune mâle a les yeux gris pâle. Ils deviennent blancs au cours de la première année.  

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Fuligule de Madagascar a été découvert en 2006 dans une zone restreinte dans la région de Banemavka dans le nord-ouest de Madagascar. La dernière observation au site historique du lac Alaotra à 300 kilomètres vers le sud avait été faite en 1991.
L’espèce a probablement été présente à une certaine période sur le plateau central, mais elle a disparu après la colonisation humaine entrainant la dégradation des zones humides.

HABITAT :
Le Fuligule de Madagascar fréquente les eaux douces des lacs, des mares et des marécages. Il a besoin d’étendues d’eau ouvertes et d’ilots de végétation.
Ce type d’habitat était celui du Las Alaotra, mais le Lac Matsaborimena est volcanique. Il n’y a ni poisson ni végétation émergente.

CRIS ET CHANTS :
Le Fuligule de Madagascar est généralement silencieux en dehors de la saison nuptiale. Mais pendant les parades, le mâle émet des sons hauts, essoufflés et vrombissants, ainsi que des sifflements plus hauts lorsqu’il jette sa tête en arrière.
La femelle émet des gloussements doux « gek gek » et des « gak-gak-gak » rauques. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Fuligule de Madagascar semble ne se nourrir que d’insectes, surtout des larves de Trichoptères. Cependant, comme il se nourrit principalement en plongeant, il est probable qu’il consomme aussi les graines et certaines parties des plantes aquatiques. Mais il faudrait davantage d’informations à ce sujet. Il peut rester une à deux minutes sous l’eau.

Le Fuligule de Madagascar est souvent vu seul, en couple ou en groupe de trois individus. Ils se rassemblent sur les étendues d’eau découvertes. En revanche, des groupes d’espèces mélangées n’ont pas été observés.

Les comportements nuptiaux dans la nature sont inconnus. Mais d’après des observations d’oiseaux captifs, les parades sont typiques des Ansériformes, avec plusieurs mâles autour d’une seule femelle. Ils ont la tête et le cou dressés, ou bien le bec dirigé vers le bas et près de l’eau. Les mâles jettent leur tête en arrière sur le dos tout en émettant des sifflements haut-perchés.

Le Fuligule de Madagascar est probablement sédentaire, mais quelques déplacements locaux entre différents lacs sont sans doute effectués.
Le vol est rapide et puissant lorsqu’ils volent sur toute la longueur d’un lac.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre juillet et janvier. Le Fuligule de Madagascar est un nicheur solitaire. Le nid est construit sur le sol, généralement dans une touffe de végétation sur la rive, environ 10-20 centimètres au-dessus du niveau de l’eau. Le nid est fait avec des morceaux de végétation aquatique et tapissé de plumes duveteuses.

La femelle dépose 6-10 œufs blanc chamoisé et incube seule pendant 26-28 jours (en captivité). Les poussins sont brun foncé sur le dessus et jaunâtres sur la face et le dessous. Le succès de la reproduction est très bas avec beaucoup de mortalité chez les jeunes vers l’âge de 2-3 semaines, probablement due au manque de nourriture adaptée à leurs besoins.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Fuligule de Madagascar a une population très faible de moins de 50 individus matures et autres, et aucune augmentation au niveau du nombre.
Les jeunes meurent de faim car l’eau est trop profonde et la nourriture manque. La chasse, le piégeage et l’augmentation de la population humaine sont une grande menace pour l’espèce. L’introduction de plantes exotiques, de mammifères (rats) et de poissons a détruit les réserves de nourriture. La prédation des nids par les rats et les rapaces est un problème important et se produit régulièrement.
Des programmes de conservation sont en cours, avec des études sur le site où l’espèce a été redécouverte et qui est gardé en permanence. L’espèce se reproduit en captivité afin de sécuriser la population existante et de relâcher cette nouvelle population dans la nature. Mais il faudra d’abord restaurer l’habitat.
A cause de la faiblesse de sa population toujours menacés par différente facteurs, le Fuligule de Madagascar est actuellement en Danger Critique d’Extinction.    

Femelle (yeux sombres)