English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Glaréole orientale
Ang: Oriental Pratincole
All: Orientbrachschwalbe
Esp: Canastera Oriental
Ita: Pernice di mare dal collare 
Nd: Oosterse Vorkstaartplevier
Sd: orientvadarsvala

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Jean-Claude Jamoulle
A la rencontre des Oiseaux

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334202

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

GUIDE DES LIMICOLES de D. Taylor - Delachaux et Niestlé - ISBN : 2603014080

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Wikipedia, the free encyclopaedia

New Zealand Birds Online

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

SORA Behavior of a Pratincole

Malaysian Birds - Pratincole birds

Effects of grazing on nesting of the Oriental Pratincole (Glareola maldivarum) in Bueng Boraphet Wetland, Thailand

BIRD ECOLOGY STUDY GROUP - Oriental Pratincole: broken wing display and vocalisation

Birds of India Bird World - Oriental Pratincole

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Glaréole orientale
Glareola maldivarum

Ordre des Charadriiformes – Famille des Glaréolidés

INTRODUCTION :
La Glaréole orientale est un limicole atypique. Elle est souvent comparée aux hirondelles à cause de ses longues ailes pointues et de sa queue fourchue. De plus, elle chasse les insectes en vol.
L’espèce est très grégaire en dehors de la saison de reproduction et forme souvent des troupes comptant un très grand nombre d’individus.
La Glaréole orientale a une vaste distribution en Asie et en Australie. Elle migre et parcourt souvent de très longues distances. Elle fréquente une grande variété d’habitats, généralement près de l’eau. Elle nidifie en colonies clairsemées dans les plaines ouvertes et les îles herbeuses sur les fleuves.
L’espèce est menacée par la dégradation et la perte de l’habitat, et par endroits par la chasse. Mais elle n’est pas globalement menacée pour le moment.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 23-25 cm
Envergure : 46 cm
Poids : 59-95 gr

La Glaréole orientale en plumage nuptial a les parties supérieures brun olive mais le croupion et les couvertures sus-caudales sont blancs. La queue fourchue est blanche avec une bande subterminale noire. Les ailes sont longues et pointues.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont chamois orangé, bordés par un collier étroit noir et blanc qui s’étend jusqu’aux lores et à la base de la mandibule supérieure. Le haut de la poitrine est brun mais plutôt roussâtre sur le bas. L’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs. En dessous des ailes, les rémiges sont noirâtres. Les couvertures et les axillaires sont châtain.

Le bec est noir avec la commissure rouge. Les yeux sont brun foncé, soulignés en dessous par un croissant blanc. Les pattes et les doigts sont noirâtres.
Mâle et femelle sont identiques.

L’adulte non-nuptial a un collier noir indistinct, tandis que les lores, le menton et la gorge sont chamois clair. Le bec est noir et n’a pas la commissure rouge. La poitrine brunâtre présente des motifs écaillés. Les parties supérieures sont brun olive sombre légèrement teinté de vert olive.

Le juvénile a les parties supérieures tachetées/écaillées noir et chamois. La gorge et le cou sont tachetés de brun foncé.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Glaréole orientale se reproduit dans l’extrême sud de la Sibérie, dans l’est de la Mongolie et le nord-est de la Chine, et vers le sud jusqu’au nord de l’Inde, au Sri Lanka, en Asie du Sud-est et à Taïwan. Elle se reproduit localement dans l’ouest du Japon et dans les Iles Ryūkyū. L’espèce s’est également reproduite dans le sud du Pakistan, dans le nord des Philippines et à Bornéo.
Elle hiverne depuis les Maldives, en Inde et dans le sud-est asiatique, en Indonésie et en Nouvelle-Guinée jusqu’en Australie.

HABITAT :       
La Glaréole orientale fréquente les steppes, les plaines ouvertes et plates, les herbages et les plaines inondables sèches, les vasières liées aux marées, les côtes sableuses, avec des galets ou des graviers, et les lacs d’eau douce ou saumâtre. Elle est souvent présente près de l’eau.
Pendant l’hiver en Australie, elle fréquente les plaines herbeuses ouvertes et les zones humides boueuses. Elle peut être vue occasionnellement sur les plages et les vasières intertidales.
L’espèce est visible jusqu’à 1700 mètres d’altitude en Nouvelle-Guinée.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO 
La Glaréole orientale émet des « kyik » aigus et des « chick-chick » ou « kirri-kirri » en vol. Ces cris ressemblent à ceux des sternes. Un autre son, un « trooeet » ascendant peut aussi être entendu.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Glaréole orientale se nourrit principalement d’insectes, et plus particulièrement d’insectes volants. Elle poursuit sa proie avec un vol rapide en effectuant de nombreux zigzags avant de capturer l’insecte avec son bec court.
Les proies comprennent des sauterelles et des criquets, des scarabées, des phalènes, des libellules, des fourmis et des termites volantes, des mouches, des abeilles et des guêpes.  
Quelques proies sont cependant prises sur le sol. Elle est souvent attirée par les feux de brousse qui provoquent des concentrations d’insectes qui fuient. Elle se nourrit surtout au crépuscule.

La Glaréole orientale est monogame pour la saison. Elle se reproduit en colonies lâches. Les parades nuptiales sont surtout aériennes. Les oiseaux glissent dans les airs avec les ailes relevées au-dessus du dos. D’autres parades comprennent des hochements de la tête de haut en bas, et des postures adaptées ou des mouvements pour mettre en valeur la couleur châtain du dessous des ailes. L’espèce est grégaire en dehors de la saison de reproduction.

La Glaréole orientale est migratrice et peut parcourir de longues distances pour gagner les aires d’hivernage, en particulier les populations du nord-est de la distribution. Elles hivernent en Asie du Sud-est, en Indonésie et en Australie, entre octobre et avril.
Elles retournent vers les aires de reproduction au nord à partir de mai et jusqu’en août.
La population reproductrice de l’Inde est surtout résidente, mais certains oiseaux peuvent vagabonder localement ou migrer sur des distances courtes. Des oiseaux ont pu atteindre la Nouvelle-Zélande, l’Ile Christmas, les Iles Cocos, l’Ile Maurice et les Seychelles, mais aussi l’Egypte, l’Arabie, l’Iran, Israël, l’Angleterre, la France, la Hollande, la Suède, Chypre, la Turquie, et en Amérique du Nord, les Aléoutiennes et l’ile de St Lawrence.  Les juvéniles se dispersent après la reproduction.

La Glaréole orientale a un vol gracieux comme celui des sternes. Lorsqu’elle poursuit une proie, elle fait des zigzags dès l’envol, suivis d’un vol direct avec des battements rapides.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu entre avril et juin.
La Glaréole orientale nidifie en colonies clairsemées établies dans des plaines ouvertes ou sur des îles herbeuses sur les fleuves, souvent à côté de Sternes de rivière (Sterna aurantia). Le nid est gratté dans le sol pour former une dépression peu profonde dans le sable ou les graviers.

La femelle dépose 2-3 œufs de couleur cryptique qui les rend pratiquement invisibles sur le sol caillouteux. Les deux adultes partagent l’incubation qui dure 20 jours.
A la naissance, les poussins sont blanc chamoisé en dessous, mais le dessus est plus foncé et tacheté de brun foncé, y compris sur la calotte.
Si le nid et/ou les poussins sont menacés par un prédateur, les adultes effectuent une parade de distraction, souvent celle de « l’aile cassée » afin d’éloigner l’intrus du site du nid.

Juvénile/Immature

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Glaréole orientale est menacée par la dégradation et la perte de l’habitat à cause du bétail et de l’expansion de l’agriculture. La chasse à Java affecte aussi l’espèce.
Pendant la période de nidification, les nids et les œufs sont vulnérables au piétinement par le bétail qui broute dans les plaines herbeuses où se reproduit l’espèce.
La population a été grossièrement estimée à 2,88 millions d’oiseaux en février 2004. L’estimation globale a été arrondie à 2,9/3 millions d’individus.
La Glaréole orientale n’est pas globalement menacée pour le moment.

Juvénile/Immature
Angleterre - 2010
Angleterre - 2010