English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Grand ibijau
Ang: Great Potoo
All: Riesentagschläfer
Esp: Nictibio Grande
Ita: Nittibio maggiore
Nd: Vale Reuzennachtzwaluw
Sd: större poto
Port (Brésil): Mãe-da-lua-gigante

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Patrick Ingremau
TAMANDUA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

NIGHTJARS - A Guide to Nightjars and Related Nightbirds – Nigel Cleere and Dave Nurney - Yale University Press - First Edition (August 11, 1998) - ISBN 10: 0300074573 / ISBN 13: 9780300074574

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

PLANETOFBIRDS.COM

SORA Searchable Ornithological Research Archive (Blair O. Wolf)

Wikipedia, the free encyclopaedia

FactZoo.com

HBW Alive

 

Accueil

Page famille Nyctibiidés

Sommaire fiches

 

Grand ibijau
Nyctibius grandis

Ordre des Caprimulgiformes – Famille des Nyctibiidés

INTRODUCTION :
Cet oiseau à l’apparence étrange profite de son plumage cryptique pour échapper aux regards. Sa posture immobile typique lorsqu’il est posé sur une branche le rend invisible et son plumage si semblable à l’écorce de l’arbre qui l’accueille lui permet de se fondre dans le décor qui l’entoure.
Le Grand ibijau est un prédateur nocturne qui se nourrit principalement d’insectes capturés en vol depuis un perchoir.
Les ibijaux sont endémiques des régions néotropicales et font partie d’une lignée ancienne bien plus répandue autrefois qu’aujourd’hui.
Le genre Nyctibius comprend actuellement sept espèces. Le Grand ibijau est la plus grande.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 48-58 cm
Envergure : 73 cm
Poids : 500-620 gr

L’adulte est grand et d’apparence claire, blanchâtre dans l’ensemble. Il est le plus clair et le plus variable en plumage de toutes les espèces du genre Nyctibius, avec un couleur allant du brun chamoisé au blanchâtre.
Les parties supérieures sont blanc grisâtre ou brunâtres, parcourues de fines vermiculures noirâtres et chamois. Les scapulaires sont plus foncées. La queue est blanc grisâtre avec 8-9 barres sombres soulignées de noir. Les ailes sont également barrées de sombre.
Les parties inférieures sont plutôt blanchâtres, parcourues de barres étroites et de fines vermiculures sombres. La poitrine présente une bande pectorale brisée composée de quelques taches noirâtres.

La tête parait grande par rapport au corps. La calotte et la nuque portent des vermiculures fines.
Le bec court a un culmen très court et une grande ouverture. La mandibule supérieure porte un onglet crochu à l’extrémité. Les grands yeux sont brun clair ou jaunes, mais la nuit, la réflexion de la lumière les rend plutôt rouges ou orangés. Les pattes et les doigts sont petits et faibles car l’oiseau les utilise uniquement pour se percher sur les branches.

Mâle et femelle sont semblables.
Le juvénile est presque entièrement blanc.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Grand ibijau a deux sous-espèces.
N.g. guatemalensis (non représenté) se trouve dans l’extrême sud du Mexique, au Guatemala et peut-être au Honduras.
Cette race a les ailes et la queue plus longues que la race nominale. Le dos est d’un brun plus chaud et porte moins de vermiculures.
N.g. grandis (décrit et représenté) se trouve au Nicaragua, vers le sud dans le nord de l’Amérique du Sud, plutôt à l’est des Andes en Amazonie jusqu’au nord du Paraguay, et dans le sud-est du Brésil. Il peut aussi être présent localement entre l’Amazonie et la Forêt Atlantique.

HABITAT :  
Le Grand ibijau fréquente principalement les forêts humides et les habitats en lisière de ces forêts, ainsi que les zones agricoles. Pendant la journée, il se pose souvent dans un grand arbre et reste immobile, semblable à une branche, au moins à 12 mètres du sol. Mais la nuit, il se déplace et se pose plus bas pour chasser, à environ 1,50 mètre de hauteur. Il lui arrive de s’aventurer dans les clairières et dans les zones découvertes proches de la forêt.
Cette espèce se trouve en général autour de 400 mètres d’altitude, mais elle peut atteindre plus de 1000 mètres au Pérou et en Bolivie.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Grand ibijau émet un  grognement guttural « gra-a-a » et un autre son dur assez semblable « wah-h-h oo-oo-oo ». D’autres cris peuvent être entendus comme un « awhrrr » étiré, un grognement « rroh-rr » ou un « woh-woh » profond semblable à un cri de hibou.
Le chant est un « kwaaahw » ou un « baahoo » dur et étranglé, parfois suivi d’une note plus courte « borr-bor ». Ce chant est habituellement répété plusieurs fois à 10-20 secondes d’intervalle.
Le Grand ibijau est souvent plus loquace pendant les nuits de pleine lune.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Grand ibijau se nourrit d’insectes volants capturés en s’élançant en vol depuis un perchoir à découvert. Il vole vers le haut, capture la proie et revient souvent sur le même perchoir pour déguster sa prise. Il effectue ces sorties depuis un perchoir élevé, en général depuis une branche d’arbre, mais jamais depuis le sol. Il poursuit aussi sa proie en vol et peut alors se montrer très agile, même dans la forêt épaisse.
Les proies comprennent des insectes comme les Coléoptères et les Orthoptères, ainsi que d’autres espèces. Des petites chauves-souris sont quelquefois capturées. La proie est engloutie entière pendant le vol grâce à la grande ouverture du bec.

Le Grand ibijau se nourrit au crépuscule et la nuit dans la canopée de la forêt, souvent à une hauteur de 8 à 10 mètres ou plus. La nuit, il utilise des perchoirs plus bas, autour de 1,50 mètre, lorsqu’il chasse dans les clairières. Il revient en général au même perchoir après l’attaque.

Pendant la journée, il est calme et se repose, perché sur une grosse branche dans un grand arbre. L’oiseau est alors immobile et son plumage cryptique est un camouflage parfait contre l’écorce de l’arbre. Les grands yeux semblent clos, mais en réalité, l’oiseau voit parfaitement grâce à une fente étroite entre les paupières entrouvertes.
Pendant la nidification, les déplacements sont réduits au minimum et ne sont associés qu’à la protection du nid et du poussin. Le Grand ibijau est un oiseau solitaire, excepté pendant la reproduction.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La nidification semble avoir lieu toute l’année, mais surtout entre février et août.
Le Grand ibijau ne construit pas de nid, mais il utilise une dépression naturelle, une encoche profonde ou une crevasse dans une grosse branche, souvent bien haut dans un arbre, entre 12 et 34 mètres de hauteur selon l’espèce. L’œuf est déposé dans la cicatrice laissée par la cassure d’une branche, ou au sommet d’une souche cassée. Il n’y a aucun matériel ajouté.

La femelle dépose un seul œuf blanc avec des taches sombres. L’incubation dure 30 jours. En général, le mâle commence à incuber pendant la journée et reste sur le nid jusqu’à la tombée de la nuit. La femelle prend alors sa place jusqu’à l’aube. Les deux parents émettent des sons doux pendant cette période, sans doute pour communiquer entre eux.
Le poussin est couvert de duvet blanc, mais à l’âge de deux semaines, quelques plumes plus foncées apparaissent sur le dos et les ailes. Les adultes le laissent seul pendant de longues périodes dès qu’il a atteint l’âge de 28-29 jours, et prennent des tours pour le couver la nuit. Le poussin est nourri uniquement pendant la nuit par régurgitation. Il quitte le nid environ 55-60 jours après l’éclosion, mais il se déplace autour du nid dès l’âge d’un mois.

Ils sont monogames avec des liens qui durent probablement assez longtemps car ils maintiennent leur territoire pendant longtemps. Il arrive que l’on entende deux oiseaux chanter la nuit dans une même zone, sans doute les deux partenaires d’un couple. Cependant, ils sont rarement vus ensemble, même près du nid.
A cause de leurs habitudes nocturnes, de leur plumage cryptique et de leurs comportements discrets dans la canopée de la forêt, ces oiseaux sont difficiles à observer et donc à étudier. Des informations sur leurs comportements nuptiaux sont nécessaires car elles manquent actuellement.

Le Grand ibijau est sédentaire dans sa distribution.
Le vol est puissant avec des battements assez lents et profonds.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les principaux prédateurs du Grand ibijau sont les singes et les carnifex (faucons) du genre Micrastur. Mais l’espèce souffre aussi de la déforestation et de l’écobuage qui détruit l’habitat.
Cependant, les populations sont importantes, et estimées à 500 000/4 999 999 individus, mais des déclins sont soupçonnés dans certaines zones.
Mais actuellement, le Grand ibijau est considéré comme non menacé.

© Patrick Ingremeau