English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Grande aigrette
Egretta alba

Ordre des Pélécaniformes – Famille des Ardéidés

QUELQUES MESURES :
L : 80-104 cm
Env : 140-170 cm
Poids : 700-1500 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
En plumage nuptial, la grande aigrette a le plumage entièrement blanc, avec de longues plumes sur le dos allant jusqu’au-delà de la queue. Le bec est jaune avec l’extrémité sombre.
Au plus fort de la saison nuptiale, le bec peut devenir jaune-orangé et les lores verts. La grande aigrette n’a pas de crête ou de longues plumes sur la tête.

Ang : Western Great Egret
All : Silberreiher
Esp : Garceta Grande
Ital: Airone bianco maggiore
Nd: Grote Zilverreiger
Russe: Большая белая цапля
Sd: Ägretthäger

Photographes:  

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Bob Moul
Nature Photography

Tom Merigan
Tom Meriganís Photo Galleries

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

Avibase (Lepage Denis)

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

Birds in backyards (Birds Australia and Australian Museum)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Ardéidés

Sommaire fiches

 

En dehors de la saison nuptiale, la grande aigrette a aussi le plumage blanc, mais sans les longues plumes du dos. Le long bec et les lores sont jaunes. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont noirs toute l’année.

La grande aigrette ressemble au grand héron en phase blanche, mais celui-ci a les pattes jaunes et il est plus grand que la grande aigrette.

Les deux sexes sont semblables, avec le mâle légèrement plus grand que la femelle.
Le juvénile ressemble à l’adulte non nicheur, avec le bec et les pattes de couleur plus terne.

On trouve 4 sous-espèces :
E.a. alba se trouve du centre de l’Europe au centre de l’Asie, et en Iran. Elle hiverne dans le nord et le centre de l’Afrique, dans le Golfe Persique et vers le sud de la Chine et de la Corée.
E.a. modesta se trouve en Inde, en Asie du sud-est, au Japon et en Corée, et vers le sud en Indonésie jusqu’en Australie et la Nouvelle Zélande. 
E.a. melanorhynchos vit en Afrique subsaharienne et à Madagascar.  
E.a. egretta se trouve au nord, au centre et au sud des Amériques, depuis le nord des Etats-Unis jusqu’au centre de l’Argentine. 

Ces races diffèrent par la coloration des parties nues pendant la saison nuptiale.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La grande aigrette émet un « corr » bas et sonore. Quand elle est dérangée, elle pousse des cris rauques pour défendre son territoire, émettant un profond croassement. On peut aussi entendre quelques sons sourds au nid.

HABITAT :
La grande aigrette vit près des marais d’eau douce ou salée, des étangs, des lacs, des vasières, des grands cours d’eau et dans les champs inondés. On la trouve aussi près des côtes, dans les mangroves et les vasières, les rizières et les terres cultivées, et généralement à basse altitude, bien qu’elle nidifie parfois plus haut selon la région, notamment dans les Andes.       

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La grande aigrette vit sur les cinq continents, de préférence dans l’hémisphère sud. Les oiseaux nordiques se déplacent vers le sud en hiver.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La grande aigrette se nourrit d’insectes et de vertébrés aquatiques et terrestres. Elle utilise une patte pour agiter l’eau et faire sortir les proies, ou bien, elle marche lentement dans les eaux peu profondes, mais elle peut aussi rester sans bouger pendant de longues périodes en attendant le passage d’une proie, poisson ou insecte. Quand l’objet de sa convoitise est repéré, elle le transperce rapidement de son bec.
Sur terre, elle capture aussi des petits mammifères, tels que les souris et les campagnols.

Elle se nourrit seule ou en petits groupes. Elle ingère beaucoup de proies de taille moyenne, préférant avoir de la nourriture de qualité plutôt qu’une grande quantité de nourriture. Elle se nourrit pendant le jour, et dort la nuit dans des dortoirs communs où les oiseaux se rassemblent. Elle dérobe la plupart de sa nourriture aux autres hérons d’espèces plus petites. Elle peut aussi se battre pour de la nourriture, même à l’intérieur de son propre groupe familial. C’est une espèce agressive dans de nombreuses situations différentes.

La grande aigrette nidifie en colonies en compagnie d’autres hérons, dans des arbres bas ou des roselières. Chaque mâle établit un territoire autour du site de nidification et commence à construire un nid. Cette ébauche faite de rameaux de bois et de roseaux est utilisée dans le cadre de la parade nuptiale, une série de rituels pour attirer une femelle.

La parade voit ces oiseaux dresser leurs magnifiques longues plumes du dos et du cou. Ces plumes sont déployées comme de grands éventails.

Les aigrettes volent aussi en cercles au-dessus du territoire, claquent du bec et lancent leurs cris typiques. La saison de reproduction commence à la mi-avril.
La défense du territoire inclue une posture dressée et des vols d’intimidation vers l’intrus.

VOL :
La grande aigrette a un vol direct soutenu, avec de profonds et fermes battements d’ailes. Pendant le vol, elle tient son cou en forme de S enfoncé dans les épaules. Elle atterrit après un long glissement, parfois en décrivant un cercle autour de la zone. Elle peut aussi manœuvrer aisément à travers les branches et la végétation.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La grande aigrette nidifie dans des arbres au-dessus de l’eau, à environ 6 à 12 mètres de hauteur. Quand le couple est formé, les deux adultes terminent le nid, juste avant la ponte.

C’est une plate-forme lâche faite de rameaux de bois et de brindilles, de tiges de plantes aquatiques, et peu ou pas tapissé à l’intérieur. Les adultes ajoutent des matériaux en cours de nidification, jusqu’à l’envol des jeunes. Le même nid peut être employé année après année.

La femelle dépose 4 à 5 œufs lisses, bleu-verdâtre ou bleu clair. L’incubation dure environ 23 ou 24 jours, assurée par les deux adultes. Les poussins sont semi-nidifuges, couverts de longs duvets blancs aux pointes soyeuses. Ils ont le bec rose orangé.

Les deux parents les nourrissent par régurgitation directement dans le bec. Les jeunes quittent le nid au bout de trois semaines, pour grimper dans les branches tout autour, mais ils sont encore nourris par régurgitation de la nourriture dans le nid. Une semaine plus tard, ils sont nourris à l’extérieur.

Ils commencement à effectuer de courts vols à l’âge de 35 à 40 jours. Ils obtiennent leur maturité sexuelle à l’âge de deux ou trois ans.
Cette espèce produit une seule couvée par an.

ALIMENTATION :
La grande aigrette se nourrit de poissons, amphibiens, crustacés, insectes aquatiques et terrestres, serpents, petits oiseaux et petits mammifères (souris et campagnols).

PROTECTION/MENACES/STATUTS :
La grande aigrette est à présent protégée par la loi, mais cette espèce est passée près de l’extinction à cause de l’engouement pour les longues plumes nuptiales qui ornaient les chapeaux des dames, au début du 20ème siècle, provocant de véritables massacres de ces oiseaux.

La dégradation des zones humides, la perte de l’habitat et le développement des régions côtières sont des menaces importantes pour cette espèce.
Les prédateurs des nids sont les ratons-laveurs, les hiboux et les faucons. Les adultes peuvent être tués par les coyotes et les faucons pendant qu’ils se nourrissent.   

Le vol

de la

Grande

Aigrette