English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
La Grande Eroesse a deux ou trois sous-espèces selon les différents auteurs.
N.s. sclateri se trouve dans le nord-est de Madagascar. Cette race a les parties supérieures plus foncées et des stries plus intenses sur la poitrine que la race nominale. 
N.s. striatigula (décrite plus haut) se trouve dans le centre-est et le sud-est de l’île.  
N.s. pallidior se trouve dans le sud-ouest de Madagascar. Cette race a les parties supérieures plus claires et davantage de jaune sur la gorge et la poitrine. Les chants de N.s. striatigula et de N.s. pallidior sont très différents et pourraient mener à la séparation des deux espèces.

HABITAT :
La Grande Eroesse se trouve dans ou près de la forêt primaire humide et dans les pousses secondaires adjacentes dans l’est. Dans le sud-ouest, elle est présente dans les mangroves et les broussailles côtières semi-arides, et elle fréquente également la forêt primaire plantée d’épineux.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Grande Eroesse émet des « tsiep » tranquilles dans l’est, devenant « tsick » ou « tsilick » dans l’ouest et le sud.
Dans l’est, le chant est une série rapide de notes bourdonnantes et roulées dont le volume monte et descend « too-too twee-twee twee dree dree see see…see-see dree-dree-dree-dree-twee-twee-tcheechee ». Cette phrase peut parfois être tronquée.
Dans l’ouest, le chant est habituellement plus haut et plus rapide, avec un mélange de notes haut-perchées et de crépitements « see-see-see see-see-trchchch-sisisisisisi-tchchchch ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Grande Eroesse se nourrit d’insectes capturés sur le feuillage et les brindilles. Elle se nourrit en haut de la canopée de la forêt primaire humide et se montre très active. Elle est souvent en bandes d’espèces mélangées.

Les comportements nuptiaux sont peu connus. Le mâle est souvent observé en train de chanter pendant de longs moments, posé tout en haut d’une cime d’arbre dénudée, sans doute pour délimiter son territoire.

La Grande Eroesse est surtout résidente sur l’île.
Les ailes courtes et arrondies ne permettent que des vols courts.

REPRODUCTION DE L’ESPECE : 
La Grande Eroesse se reproduit entre novembre et janvier, pendant la saison des pluies.
Elle construit un nid arrondi suspendu à un ou quelques rameaux, à environ 1-2 mètres au-dessus du sol dans un petit buisson.
La structure lâche a une entrée latérale placée au sommet du nid. Il est fait avec des herbes, des feuilles et autre végétation. Les matériaux sont maintenus avec de la toile d’araignée et du duvet végétal. La partie externe est décorée de feuilles mortes. A l’intérieur, la coupe est tapissée de duvet végétal.
 
La femelle dépose 3-5 œufs et assure la majorité de l’incubation. Il n’y a pas d’autres informations, mais la majeure partie des Cisticolidés incube pendant 12 à 15 jours. Les poussins sont nidicoles et sont sans doute nourris par les deux parents.  

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
La Grande Eroesse semble être assez commune à travers la majeure partie de sa distribution, mais elle est locale et moins commune dans le sud-est (race nominale).
L’espèce pourrait être affectée par les modifications de l’habitat, et la tendance de la population est difficile à établir. La Grande Eroesse n’est pas globalement menacée pour le moment.

Fr: Grande Éroesse
Ang: Stripe-throated Jery
All: Streifenkehltimalie
Esp: Jiji Grande
Ita: Jery golastriata
Nd: Streepkeeljery
Sd: strimmig jery
Mal: fitadroranga, Kimimitsy, Kimitsy

Photographe:

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 11 by Josep del Hoyo, Andrew Elliott and David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 849655306X

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Wildlife of Madagascar par Ken Behrens,Keith Barnes - ISBN: 140088067X, 9781400880676 – Editeur: Princeton University Press, 2016

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Grande Eroesse
Neomixis striatigula

Ordre des Passériformes – Famille des Cisticolidés

INTRODUCTION :
La Grande Eroesse est endémique de Madagascar. Elle est présente dans l’est, le sud et le sud-ouest de l’île. Elle fréquente une grande variété d’habitats boisés et forestiers depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500/1800 mètres d’altitude. Elle se nourrit d’insectes capturés sur la végétation.
L’espèce chante souvent sur des perchoirs à découvert pour proclamer le territoire.
Elle a une distribution plutôt vaste dans laquelle elle est habituellement assez commune. Elle ne semble pas menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures : 
Longueur : 12 cm
Poids : 7-9 gr

La Grande Eroesse de la race nominale a les parties supérieures vert olive, mais la nuque et le haut du dos sont teintés de gris. Sur le dessus des ailes, les rémiges sont plus sombres avec des liserés jaunâtres étroits. La queue est vert olive foncé.
Les parties inférieures sont gris blanchâtre, y compris le menton et la gorge. On remarque une légère teinte jaune et des stries variables vert olive sur la gorge et la poitrine.

La tête est vert olive terne avec un sourcil pâle qui s’étend depuis la base supérieure du bec jusqu’en arrière de l’œil. On peut voir également une ligne oculaire noirâtre bien nette. Les couvertures auriculaires sont vert grisâtre pâle.
Le bec légèrement courbé vers le bas est noirâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont d’un brun moyen ou couleur chair brunâtre.
Mâle et femelle sont semblables. Le juvénile n’a pas encore été décrit.