English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Rufous-chested Plover
All: Rotbrust-Regenpfeifer
Esp: Chorlito Chileno - Chorlito de Pecho Colorado
Ita: Corriere modesto
Nd: Patagonische Plevier
Sd: Rostbröstpipare

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

HBW Alive

Birds of Falkland Islands

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Gravelot d’Urville
Charadrius modestus

Ordre des Charadriiformes – Famille des Charadriidés

INTRODUCTION :
Le Gravelot d’Urville est une espèce monotypique, bien que les oiseaux des Iles Malouines aient des ailes plus grandes et des tarses plus longs. Ils pourraient être reconnus comme espèce à part entière un jour prochain.
Le plumage nuptial contrasté de ce limicole est très beau.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 19-22 cm
Poids : 71-94 gr

L’adulte en plumage nuptial a les parties supérieures brun grisâtre, y compris les ailes et la queue.
Sur les parties inférieures, la poitrine est châtain orangé vif, soulignée par une large bande noire sur la bordure inférieure. L’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs.

Sur la tête, la calotte est brune et contraste avec les sourcils blancs qui se rejoignent sur le front. La face, le menton et la gorge sont gris cendré.
Le bec est gris foncé ou noirâtre. Les yeux sont brun foncé, entourés d’un cercle oculaire blanc étroit. Les pattes et les doigts sont gris.

La femelle est légèrement plus terne que le mâle.
Le juvénile ressemble à l’adulte non nicheur, mais il a la poitrine et les parties supérieures plutôt brun plus foncé, avec des plumes aux liserés chamois clair.

L’adulte non nicheur a les sourcils blanc-crème, et non d’un blanc immaculé. Les parties châtain-orangé sont plutôt brun clair. Les plumes des parties supérieures ont des bordures pâles.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Gravelot d’Urville se reproduit dans le sud de l’Amérique du Sud, dans le centre-sud et le sud du Chili, et le centre-ouest et le sud de l’Argentine, ainsi qu’aux Iles Malouines.
Il hiverne vers le nord, jusqu’au nord du Chili et le sud-est du Brésil.

HABITAT :  
Le Gravelot d’Urville se reproduit en général à l’intérieur des terres, sur les herbages à herbes courtes, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude sur les contreforts venteux, parfois aussi dans des zones pierreuses sèches autour des lacs de montagne, mais aussi sur les côtes caillouteuses.
Aux Malouines, il fréquente les vasières et les estuaires, mais on peut aussi le voir plus loin vers l’intérieur dans les landes de bruyère et les herbages où il aime nidifier.
En dehors de la saison de reproduction, il fréquente les prairies inondées, les marais, les cours d’eau, les vasières, mais aussi les plages et les rives rocheuses.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Gravelot d’Urville, comme beaucoup d’oiseaux du genre Charadrius, a une voix douce que l’on entend principalement pendant la saison de reproduction. Les cris émis au cours des parades sont assez bas, alors que le cri d’alarme est haut-perché.
Les parades aériennes sont accompagnées de chants. Ces parades sont utilisées entre mâles au moment de l’établissement des territoires. Elles peuvent se prolonger toute la journée et même la nuit en période de reproduction.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Gravelot d’Urville se nourrit d’une grande variété d’invertébrés, insectes et larves, trouvés dans les bruyères et les herbages. Il consomme aussi des invertébrés marins, des crustacés et divers mollusques, qu’il trouve dans les petites mares au creux des rochers.
Lorsqu’il se nourrit près de l’eau, il cherche ses proies au bord de l’eau. Certaines zones de nourrissage sont défendues.
En dehors de la saison de reproduction, on peut les voir en bandes d’une centaine d’oiseaux ou parfois davantage.

Le Gravelot d’Urville est monogame et défend son territoire et parfois ses aires de nourrissage.  
Pendant la saison de reproduction, les parades et les comportements habituels sont souvent accompagnés de cris et de chants, aussi bien pendant les vols nuptiaux et les parades, que pendant la construction ou la défense du nid.

Les oiseaux de la partie la plus au sud de la distribution migrent vers le nord en mars-avril, et reviennent sur leurs aires de reproduction en août-septembre. Cependant, certains d’entre eux peuvent rester aux alentours des zones de reproduction, même en Terre de Feu.
Les oiseaux des Malouines gagnent le continent après la reproduction, bien que certains soient résidents sur ces iles.
Ils migrent an général en groupes. Ces longues distances sont parcourues avec un vol rapide et puissant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
Aux Malouines, la ponte a lieu entre fin septembre et mi-janvier, avec un pic en octobre.
Le nid est placé sur le sol. C’est un creux caché dans les bruyères ou les herbes pour la protection, mais en milieu découvert. Le Gravelot d’Urville nidifie en couples isolés.

La femelle dépose deux œufs et l’incubation est partagée entre les deux parents. Les poussins sont couverts de duvet chamois doré avec des points et des lignes noires bien nets. La nuque est rousse. Ils quittent le nid très vite après la naissance, et sont capables de se nourrir eux-mêmes, mais sous la surveillance des adultes. Ceux-ci n’hésitent pas à pratiquer des parades de distraction ou celle de l’aile cassée, afin d’éloigner les prédateurs et les intrus de la zone du nid.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Gravelot d’Urville ne semble pas menacé car il occupe des zones où l’impact humain est limité. La taille des populations est inconnue actuellement, mais l’espèce n’est pas considérée comme étant menacée.