English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Grèbe à cou noir
Ang: Black-necked Grebe – Eared Grebe
All: Schwarzhalstaucher
Esp: Zampullín Cuellinegro
Ita: Svasso piccolo
Nd: Geoorde Fuut
Sd: svarthalsad dopping

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Otto Plantema
Trips around the world

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

Audubon

Bird Web (Seattle Audubon Society)  

All About Birds

Boreal Songbird Initiative

The Wildlife Trusts

Bird Spot Black-necked Grebe

Northern Ireland Priority Species

Birds.kz

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Famille des Podicipédidés

Sommaire fiches

 

Grèbe à cou noir
Podiceps nigricollis

Ordre des Podicipédiformes – Famille des Podicipédidés

INTRODUCTION :
Le Grèbe à cou noir est l’un des plus abondants à travers le monde. Il se reproduit dans une vaste distribution comprenant l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’ouest et le sud-ouest des Etats-Unis. Trois sous-espèces partagent cette distribution. 
Le Grèbe à cou noir se reproduit sur les lacs pourvu de zones avec de la végétation, dans les gravières, au bord des réservoirs et dans les estuaires, mais pendant l’hiver, il est plus souvent observé dans les baies et les zones côtières. Il se nourrit principalement d’insectes aquatiques et de petits crustacés en plongeant et en nageant sous l’eau.
Il nidifie généralement en colonies plus ou moins denses, parfois loin de la rive. Le nid est une plateforme flottante construite par les deux adultes. Ce sont des oiseaux très grégaires.

Le Grèbe à cou noir est menacé par la réduction de sa nourriture principale, à savoir les Polychètes, des annélides de la famille des Nereididae, causée par l’augmentation de la salinité de l’eau qui tue ces créatures et entraîne la mort des grèbes qui sont affamés et trop faibles pour se déplacer vers d’autres endroits.
Mais actuellement, le Grèbe à cou noir n’est pas globalement menacé. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 28-35 cm
Envergure : 57-59 cm
Poids : 250-600 gr en fonction de la saison.

Le Grèbe à cou noir en plumage nuptial a la tête, le cou, la poitrine et les parties supérieures noirs. Les côtés du corps et les flancs sont châtain tandis que l’abdomen est blanc. Sur le dessus des ailes sombres, les secondaires présentent une tache blanche bien visible en vol.
Le dessous des ailes est blanc avec les tertiaires plutôt sombres tandis que les primaires externes sont gris-brun clair.
Sur la tête, la crête érectile est noire. Les plumes plus longues qui s’étendent depuis l’arrière de l’œil vers les côtés de la nuque sont dorées. Le front est souvent teinté de brunâtre.

Le bec noir et fin peut avoir la mandibule inférieure légèrement tournée vers le haut, mais elle est parfois droite. Les yeux sont rouge vif. Les pattes et les doigts lobés sont gris verdâtre foncé.
Mâle et femelle sont identiques.

L’adulte en hiver a le sommet de la tête, l’arrière du cou et le manteau noirs. Le croupion est blanc et souvent ébouriffé. Les côtés du corps, les flancs et la partie antérieure du cou sont grisâtres. La poitrine, le menton et la gorge sont blancs.
La tête paraît plus ronde en hiver. Une zone blanchâtre s’étend vers le haut depuis le dessous du menton et de l’œil jusque sur la nuque. Le bec est plus clair, plutôt bleu-gris.

Le juvénile ressemble à l’adulte en hiver, mais avec le cou et le dos teintés de brunâtre. Les côtés de la tête et le haut du cou sont légèrement chamoisés. Les yeux sont aussi beaucoup plus pâles que chez les adultes.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :              
Le Grèbe à cou noir a trois sous-espèces qui diffèrent surtout par la couleur et les motifs du plumage (étendue de blanc sur les ailes), et par la taille.
P.n. nigricollis (décrit plus haut) se trouve localement en Eurasie où il se reproduit à travers l’Europe, vers l’est jusqu'au centre de la Sibérie et dans le nord-est de la Chine, et vers le sud jusqu’au Pakistan. Il hiverne vers le sud jusqu’au sud de l’Europe, vers l’est à travers le sud-ouest de l’Asie jusqu’à l’est de la Chine et au Japon.

P.n. gurneyi est résident depuis l’Ethiopie, vers le sud en Tanzanie jusqu’en Namibie, et en Afrique du Sud. Il a généralement une distribution fragmentée.
Cette race est plus claire et plus grise dans l’ensemble, avec les plumes auriculaires plus pâles et les couvertures alaires moins rousses.

P.n. californicus
P.n. californicus
P.n. californicus
P.n. gurneyi

P.n. californicus se reproduit depuis le sud-ouest du Canada, à travers l’ouest des Etats-Unis jusqu’au centre du Mexique. Les populations les plus au nord migrent vers le sud pour hiverner jusqu’au Guatemala.
Cette race a moins de blanc sur les secondaires et le bec est plus long que chez la race nominale. En plumage d’hiver, les lores paraissent plus clairs que chez « nigricollis ».

P.n. californicus

HABITAT :       
Le Grèbe à cou noir se reproduit sur les lacs et les grands étangs pourvus d’une belle étendue de végétation et de lisières marécageuses, surtout des roselières, et avec des plans d’eau. Il lui arrive aussi d’occuper des habitats nouveaux et temporaires.
En migration et pendant l’hiver, il se déplace vers les grands lacs d’eau douce ou alcaline, ainsi que vers les eaux côtières comme les baies, les estuaires et les bras de mer.
L’espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’aux montagnes en fonction de la distribution. 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Grèbe à cou noir émet des « poo-ee-chk » répétés par séries de deux à douze cris pour signaler l’occupation du territoire. La femelle émet des cris plus hauts et plus courts.
Les deux partenaires émettent un cri vrombissant lorsqu’ils sont l’un près de l’autre ou au moment de solliciter l’accouplement. Pendant cet accouplement, un trille est émis en duo par les deux adultes.
Au moment des agressions ou des comportements de défense, ils émettent un bavardage dur et rapidement répété, devenant ensuite un duo lorsque les deux partenaires sont ensemble ou après avoir été dérangés et séparés.
Le cri d’alarme est un « kowee » dur émis par les deux adultes à intervalles irréguliers. 

P.n. nigricollis

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :     
Le Grèbe à cou noir se nourrit principalement d’insectes aquatiques et de crustacés. Les insectes sont des coléoptères aquatiques, des larves de libellules, des mouches et des éphémères. Mais il consomme aussi des petits crustacés, des mollusques, des têtards et occasionnellement des petits poissons.
Sur les grands lacs alcalins pendant la migration, il consomme des Artémies de la famille des Artémiidés.
Comme les autres grèbes, il consomme aussi des plumes pour nettoyer son système digestif des arêtes et autres débris non digestibles.

Le Grèbe à cou noir capture ses proies en plongeant, puis en nageant sous l’eau grâce à ses puissants doigts lobés. Mais de nombreuses proies sont également capturées à la surface de l’eau.

La saison de reproduction est le moment des parades nuptiales complexes.
Les deux partenaires nagent côte à côte tout en tournant leurs têtes et en émettant des cris sonores. Une autre parade montre les grèbes en face l’un de l’autre se cabrant brusquement hors de l’eau en bougeant leurs têtes latéralement. Cette parade est à son apogée lorsque le couple se cabre à nouveau en position verticale avant de s’élancer en duo à la surface de l’eau. Des offrandes de plantes aquatiques à des partenaires potentiels font aussi partie des parades.  
Les deux partenaires plongent ensemble et se poursuivent sous l’eau. La femelle est généralement suivie par le mâle mais l’inverse n’est pas inhabituel. Ils restent en contact rapproché et crient en permanence s’ils sont séparés.
L’accouplement a lieu sur un support assez solide, généralement une plateforme construite à cet usage par le couple. Pendant le début de la construction, des accouplements inversés sont très courants. L’espèce est monogame et les deux parents partagent les tâches liées à la reproduction.  

Le Grèbe à cou noir des parties sud de la distribution est plus ou moins sédentaire, mais ces oiseaux sont plutôt migrateurs ou dispersifs. Ils sont très grégaires pendant les migrations et en hiver, et des concentrations énormes peuvent se former sur quelques sites en Amérique du Nord et en Asie. Le principal site est dans l’Utah au Great Salt Lake, et en Californie au Mono Lake où les grèbes muent. Ils sont également présents à Salton Sea en Californie en hiver, et dans le sud de la Mer Caspienne.
Ils se déplacent principalement la nuit, mais quelques observations de migration diurne ont été faites dans le Paléarctique. Les vols commencent au crépuscule et se terminent avant l’aube.

Le vol du Grèbe à cou noir est direct avec des battements rapides. La tête et le cou sont étirés vers le bas et vers l’avant, tandis que les pattes traînent derrière.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :            
La saison de reproduction a surtout lieu en mai-juin en Europe, mais elle est plus longe en Amérique du Nord où la ponte a lieu entre avril et août. Ils se reproduisent en janvier-février en Afrique de l’est (Tanzanie) et entre octobre et avril en Afrique du Sud.

Le Grèbe à cou noir est monogame et habituellement semi-colonial, mais la taille des colonies est variable. Les deux adultes construisent le nid en une semaine environ. C’est une plateforme flottante faite avec des algues, de la végétation en décomposition et d’autres végétaux doux. Il est attaché à des plantes qui poussent sous l’eau, dans une zone d’eau dégagée et peu profonde. Le nid est défendu par les deux adultes.
Les matériaux sont collectés près du site. Les grèbes plongent près du nid et reviennent avec des matières végétales prélevées au fond de l’eau. Ces matériaux sont déposés au sommet de la structure jusqu’à former un pile en forme de pyramide. Les grèbes ajoutent souvent d’autres matériaux sur les bords du nid pendant la ponte et même plus tard.

La femelle dépose 3-5 œufs blanchâtres qui deviennent très vite brunâtres au contact des matériaux humides du nid. Les deux adultes partagent l’incubation pendant environ trois semaines. Les poussins quittent le nid immédiatement après l’éclosion, et les deux parents les nourrissent et s’en occupent. Chaque adulte peut aussi prendre une partie de la couvée et le couple se partage le nourrissage comprenant principalement insectes et larves.

Les poussins sont souvent observés sur le dos des adultes tant qu’ils sont petits. Ils ont du duvet noir brunâtre avec des rayures claires, tandis que le dessous est blanc. Ils deviennent indépendants au bout de 21 jours après la naissance. La période du premier vol n’est pas vraiment connue.
Le Grèbe à cou noir produit en général une seule couvée par saison, rarement deux.

P.n. nigricollis

1ère année

PROTECTION / MENACES / STATUTS :       
Le Grèbe à cou noir est décrit comme étant largement répandu et localement abondant.
L’espèce pourrait souffrir de la réduction de sa nourriture, notamment les Polychètes, des annélides de la famille des Neréididés à Salton Sea en hiver. Ceci est dû à l’augmentation de la salinité des eaux du lac. Les grèbes deviennent alors trop faibles pour aller plus loin chercher des proies, et ils meurent de faim. Les problèmes liés à El Niño peuvent aussi entraîner l’effondrement des populations dans les habitats hivernaux, à cause de la réduction de la nourriture causée par le réchauffement de la surface de l’eau.

La population globale est estimée à 3 900 000/4 200 000 individus (2015). La population Européenne est estimée à 92 800/155 000 individus matures (2015).
Une légère augmentation des effectifs a été observée en Amérique du Nord, mais la tendance pour l’ensemble de la population est incertaine.
Cependant, le Grèbe à cou noir ne semble pas globalement menacé pour le moment.

P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. nigricollis
P.n. californicus