English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :     
Le Grèbe malgache est menacé dans l’ouest par la réduction de son habitat au profit des rizières et d’autres cultures, mais aussi par l’introduction de poissons exotiques, en particulier des espèces herbivores qui détruisent ou limitent le développement de la végétation aquatique. L’intensification des pratiques des pêcheries est une menace pour les grèbes qui se font piéger dans les filets. La prédation par d’autres poissons carnivores, l’usage des pesticides et la chasse sont aussi d’importants problèmes.
La population est estimée à 5000 individus au moins, ce qui équivaut grossièrement à 3300 individus matures. Des déclins sont observés.
Le Grèbe malgache est actuellement classé en tant qu’espèce Vulnérable.

Fr: Grèbe malgache
Ang: Madagascan Grebe
All: Madagaskarzwergtaucher
Esp: Zampullín Malgache
Ita: Tuffetto del Madagascar
Nd: Pelzelns Dodaars
Sd: madagaskarsmådopping
Mal: Kiborano, Tsiriry, Vivy

Photographes:

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of the Indian Ocean Islands Par Ian Sinclair, Olivier Langrand - ISBN: 1868729567, 9781868729562- Editeur: Struik, 2003

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

Bird Facts Madagascar Grebe

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Grèbe malgache
Tachybaptus pelzelnii

Ordre des Podicipédiformes – Famille des Podicipédidés

INTRODUCTION :
Le Grèbe malgache est endémique de Madagascar. Il est présent à travers l’île sauf dans les régions plus sèches du sud. Il fréquente les étendues d’eau avec beaucoup de végétation depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Il se nourrit de proies aquatiques comme les insectes, les petits poissons et quelques crustacés qu’il capture en plongeant ou en les saisissant à la surface de l’eau. Il nidifie sur une plateforme faite de plantes aquatiques et située loin de la rive.  
Le Grèbe malgache est menacé par la perte de l’habitat à cause de la transformation des zones humides pour la culture du riz, l’introduction de poissons exotiques qui détruisent la végétation aquatique, et la chasse car sa chair est appréciée. La population décline est l’espèce est actuellement Vulnérable.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 25 cm
Poids : M : 177 gr – F : 145 gr

Le Grèbe malgache en plumage nuptial a les parties supérieures gris brunâtre. Sur le dessus des ailes, les couvertures sont gris brunâtre mais les rémiges secondaires et l’intérieur des primaires sont blancs avec les vexilles externes sombres. Les primaires externes sont brun noirâtre.
Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont gris cendré avec le menton légèrement plus pâle. Les côtés du corps et les flancs sont gris brunâtre avec des traces blanchâtres. L’abdomen est blanc.

Sur la tête, le front et la calotte sont noirâtres. Cette couleur s’étend jusqu’en dessous des yeux et forme une bande étroite au centre de la face postérieure du cou. La face est gris cendré. Une étroite bande blanche est visible en arrière de l’œil. Le cou est gris noirâtre mais sur la partie supérieure, les côtés sont châtain-roux.
Le bec est noirâtre avec l’extrémité blanche. Les yeux sont d’un rouge profond. Les pattes et les doigts lobés sont vert olive.

L’adulte en plumage non nuptial est plus terne et plus pâle. La partie antérieure du cou est plus blanche et il n’y a pas trace de châtain-roux sur les côtés. Le bec est plutôt jaunâtre.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais la femelle est légèrement plus petite.  
Le juvénile ressemble à l’adulte non-nicheur, mais il a des bandes blanc chamoisé sur la tête et le cou.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Grèbe malgache se trouve à travers toute l’île, mais il est absent des zones plus sèches du sud et du sud-ouest.

HABITAT :
Le Grèbe malgache fréquente les étendues d’eau permanentes ou temporaires avec une végétation abondante, et plus particulièrement avec des nénuphars (Nymphaea stellata). Il préfère les eaux douces, mais il est quelquefois observé dans des eaux saumâtres ou sur des rivières au cours lent. L’espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Grèbe malgache émet un « kerk » bas et légèrement roulé. Le chant est un trille bas qui dure de 2 à 4 secondes et descend à la fin « drrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrk ». L’espèce est plus loquace pendant la saison de reproduction.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Grèbe malgache se nourrit d’insectes aquatiques, de petits poissons et de quelques crustacés à l’occasion. Il pêche en plongeant comme les autres grèbes. Cependant, il lui arrive aussi de saisir une proie à la surface de l’eau tout en nageant.

D’après quelques observations, des plumes ont été trouvées dans plusieurs estomacs, indiquant que l’oiseau ingère parfois quelques-unes de ses propres plumes pour se protéger des dangers représentés par les arêtes des poissons. Plus tard, plumes et arêtes sont rejetées sous forme de pelotes.

Pendant la saison de reproduction, le Grèbe malgache devient territorial. Il nidifie sur une plateforme flottante attachée loin de la rive dans une zone où poussent des nénuphars. Le couple s’isole pour nidifier.
Les parades nuptiales ressemblent probablement à celles des autres grèbes avec des cérémonies différentes entre les deux partenaires accompagnées de cris. L’accouplement à généralement lieu hors de l’eau, souvent sur une plateforme de végétation construite sur une eau peu profonde.

Le Grèbe malgache est souvent vu en groupes en dehors de la période de reproduction, et des bandes lâches de plusieurs dizaines d’oiseaux, parfois 100/150 individus, sont alors observées.
L’espèce se disperse et se déplace d’un lac à l’autre lorsqu’ils sont asséchés ou que leur étendue est réduite. Ces déplacements sont plus fréquents dans l’ouest qui affronte régulièrement une saison plus sèche.
  
Le Grèbe malgache ne marche pas facilement sur le sol mais il nage très bien. Cependant, comme beaucoup d’oiseaux vivant sur des îles, il a des possibilités réduites au niveau du vol à cause de ses ailes et de sa queue courtes.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu à la fin de la saison des pluies entre février et avril, mais aussi entre août et octobre pendant le printemps austral.
Le Grèbe malgache nidifie en couple isolé, bien que d’autres nids soient à seulement quelques dizaines de mètres les uns des autres. Le nid est une plateforme flottante avec une coupe peu profonde au milieu. Il est fait de morceaux de plantes aquatiques, des feuilles et des morceaux de rhizomes de roseaux, et de matériaux pourris ou frais. Cette plateforme peut être attachée à des plantes aquatiques ou située près d’une masse de végétation flottante. Il est construit sur un petit étang, un lac ou une portion de rivière, mais il est en général éloigné de la rive et souvent au milieu des nénuphars.  

La femelle dépose 3-4 œufs bleu pâle ou blanchâtres qui très vite deviennent colorés au contact des matériaux du nid. La durée de l’incubation n’est pas connue. En général, elle dure de 20 à 30 jours selon l’espèce. Les poussins sont semi-nidifuges et quittent le nid très vite après l’éclosion. Ils sont capables de plonger pour se cacher s’ils sont menacés par un prédateur ou dérangés. Ils dépendent des adultes pour la nourriture pendant plusieurs semaines, de 44 à 79 jours en fonction de l’espèce.