English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Grèbe minime
Ang: Least Grebe
All: Schwarzkopf-Zwergtaucher
Esp: Zampullín Macacito
Ita: Tuffetto minuto
Nd: Amerikaanse Dodaars
Sd: dvärgdopping

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Simon Tan
PBase Bird galleries

Philippe and Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

Birds of Central America: BELIZE, GUATEMALA, HONDURAS, EL SALVADOR, NICARAGUA - De Andrew C. Vallely, Dale Dyer – Editeur: Princeton University Press, 2018 – ISBN: 0691138028, 9780691138022 - 584 pages

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

All About Birds

Audubon

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

"Fanning" Behavior and Nesting Biology of the Least Grebe

Observations of Least Grebe Foraging and Parental Care Behaviors

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

The Texas Breeding Bird Atlas Project

Peru Aves - Peru Birds

Wikipedia, la enciclopedia libre

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Grèbe minime
Tachybaptus dominicus

Ordre des Podicipédiformes – Famille des Podicipédidés

INTRODUCTION :
Le Grèbe minime est le plus petit membre de la famille des Podicipédidés. Il est présent depuis le sud-ouest des Etats-Unis, au Mexique et jusqu’en Argentine. Il est également présent à Trinité et Tobago, aux Bahamas et aux Grands Antilles. Il est le seul représentant du genre Tachybaptus dans le Nouveau Monde.  
Le Grèbe minime fréquente les eaux douces et saumâtres, et il est généralement observé sur les petits étangs ou les lacs, dans les fossés, les marais et les cours d’eau lents. Il se nourrit principalement d’insectes de diverses espèces, mais aussi d’araignées, crustacés, têtards et petits poissons capturés au terme d’une poursuite sous l’eau ou à la surface.
Le nid se trouve sur des eaux peu profondes. Il est composé de végétation pourrissante et peut être flottant ou attaché aux plantes aquatiques.      
Le Grèbe minime n’est pas globalement menacé pour le moment, en dépit des dommages causés par divers prédateurs aquatiques et aviaires. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 23-25 cm
Envergure : 48-53 cm
Poids : 128 gr

Le Grèbe minime est un petit oiseau compact au bec court et pointu, avec une petite tête et un cou mince.
L’adulte nuptial a le plumage gris foncé. La calotte est plus sombre tandis que la face et le cou ont quelques reflets gris-violet. Les flancs et les rectrices sont blanchâtres et ces plumes ont un aspect vaporeux.
Le bec est noir avec une petite extrémité blanchâtre. Les yeux sont jaunes ou jaune orangé. Les pattes et les doigts lobés sont d’un noir terne.
Mâle et femelle sont semblables.

L’adulte non-nuptial est plus clair, plutôt brun grisâtre, avec la gorge blanchâtre. Le bec est légèrement plus pâle. L’arrière du corps est blanchâtre avec les plumes souvent ébouriffées.

Le juvénile ressemble à l’adulte en hiver, avec des rayures blanches irrégulières sur les côtés de la tête et la nuque. Le menton et la gorge sont blancs. Le bec est gris pâle. Les yeux sont jaune verdâtre pâle.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :     
Le Grèbe minime a cinq sous-espèces.
T.d. dominicus (décrit plus haut) se trouve dans le nord des Caraïbes jusqu’aux Iles Vierges et dans le nord jusqu’aux Bahamas.
T.d. brachypterus se trouve dans le centre ouest du Mexique et le sud du Texas, et vers le sud jusqu’au Panama.
T.d. bangsi est présent dans le sud de la Basse Californie.   
T.d. brachyrhynchus se trouve en Amérique du Sud depuis la Colombie, le Venezuela, Trinité et Tobago, vers le sud jusqu’au nord de l’Argentine et le sud du Brésil. Cette race est synonyme de T.d. speciosus.
T.d. eisenmanni se trouve dans l’ouest de l’Equateur. 

HABITAT :
Le Grèbe minime fréquente les petits étangs et les lacs d’eau douce avec de la végétation aquatique et émergente. Mais il est également présent en fonction des saisons sur les étangs et dans les zones humides ou les mangroves marécageuses aux eaux saumâtres, et aussi sur les rivières au cours lent, en particulier dans les zones tropicales. En revanche, il est rarement observé sur les eaux salées. L’espèce est visible jusqu’à 2500 mètres d’altitude au Mexique.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Grèbe minime émet un seul « beep » sonore et nasillard lorsqu’il se sent menacé. Le cri de contact entre les deux partenaires est un « gup » doux émis au nid ou près du nid. Le cri qui proclame le territoire est un « gamp » haut-perché.
Lorsque les deux partenaires du couple sont ensemble, ils produisent des trilles qui finissent par un duo. Les deux adultes chantent ensemble mais en alternant les notes. Ces cris servent à renforcer les liens du couple pendant toute l’année.
Au nid, lorsqu’un intrus approche, l’adulte émet un « beep-beep-beep » rapide dont l’intensité augmente et décroît en fonction des mouvements de l’intrus.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Grèbe minime se nourrit surtout d’insectes comme les coléoptères aquatiques, les punaises d’eau, les libellules adultes et leurs larves ainsi que d’autres espèces d’arthropodes.
Mais il consomme aussi d’autres proies comme les petits poissons et crustacés, les têtards et les araignées.

Lorsqu’il cherche sa pitance, il plonge et poursuit sa proie en nageant sous l’eau. Les insectes sont capturés au-dessus et à la surface de l’eau, mais aussi sur la végétation des rives.
Les libellules sont capturées de façon différente. Le grèbe s’approche de la libellule en vol en nageant sous l’eau avant de surgir brusquement à la surface et de la happer au passage.
Les proies sont généralement immédiatement avalées, mais les plus grandes sont ramollies dans le bec avant d’être consommées.

Comme les autres grèbes, il consomme quelques plumes provenant de son propre plumage, afin de protéger son système digestif des os et des arêtes qui pourraient l’endommager. 

Le Grèbe minime est monogame et les parades nuptiales sont effectuées à n’importe quel moment de l’année.
Pendant les parades, le mâle nage avec la tête dressée et les plumes du corps bien lisses, tandis que les plumes vaporeuses des flancs et de la queue sont gonflées à la surface de l’eau. Ces parades sont accompagnées de « gamp » sonores et haut-perchés.  

Comme les plus grandes espèces de grèbes, les deux partenaires effectuent la fameuse parade qui consiste à se redresser brusquement sur l’eau et à faire la course sur quelques mètres avant de se laisser retomber dans l’eau. Un cri sonore et nasillard peut être entendu au cours de cette parade. Les deux adultes volent aussi juste au-dessus de l’eau.  
Le Grèbe minime nidifie sur une plateforme flottante ou accrochée à la végétation, et les deux parents partagent les tâches liées à la reproduction.

Le Grèbe minime est surtout sédentaire mais il peut se disperser en fonction du niveau des eaux.
Il donne l’impression de voler plus vite que les autres grèbes. Après une course à la surface de l’eau pour prendre son envol, le grèbe effectue un vol direct avec des battements puissants et rapides.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :            
Le Grèbe minime peut se reproduire toute l’année selon la distribution et les conditions locales.
Les deux adultes construisent le nid sur des eaux peu profondes, souvent près de la rive. Cette structure est une masse de végétation en décomposition, souvent accrochée aux plantes aquatiques ou au fond, mais aussi parfois flottante. Ce nid est souvent réutilisé pour d’autres couvées.

Nid avec œufs à gauche de l'image

La femelle dépose 4-6 œufs blanchâtres ou bleu-vert pâle, qui deviennent vite colorés au contact de l’humidité des plantes qui composent le nid. Les deux adultes partagent l’incubation pendant 21 jours. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet noir et blanc. Ils peuvent nager très vite après l’éclosion mais ils montent souvent sur le dos des adultes. Moins de 40 minutes après la naissance, ils sont capables de s’accrocher à leur mère quand elle plonge. Ils sont nourris par les deux parents. Pendant les deux semaines qui suivent l’éclosion, les jeunes retournent souvent au nid pour dormir ou se reposer.
Cette espèce peut produire 2-3 couvées par an, mais sans doute davantage sous les tropiques.

T.d. brachypterus

Immature

PROTECTION / MENACES / STATUTS :     
Le Grèbe minime est sensible à la perte de son habitat causée par le drainage et les problèmes liés à la qualité des eaux, car il dépend beaucoup des étendues d’eau douce.
Plusieurs prédateurs comme les grands poissons et les tortues de mer capturent les poussins, tandis que certains Rapaces comme le Faucon aplomado entre autres, peuvent tuer les adultes.
La taille de la population n’est pas connue mais elle semble stable et elle augmente même en Amérique du Nord.
Le Grèbe minime n’est pas globalement menacé pour le moment.

T.d. dominicus
T.d. dominicus
T.d. brachypterus
T.d. brachypterus
T.d. brachypterus
T.d. brachypterus
T.d. brachyrhynchus
T.d. brachyrhynchus
T.d. brachyrhynchus
T.d. brachyrhynchus
T.d. brachyrhynchus
T.d. brachyrhynchus
T.d. eisenmanni
T.d. eisenmanni
T.d. eisenmanni