English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr : Gébifoulque d’Amérique
Ang : Sungrebe
All : Zwergbinsenralle
Esp : Avesol Americano
Ita : Svassorallo americano
Nd : Kleine Fuutkoet
Sd : amerikansk simrall

Photographes :

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Didier Buysse 
Vision d’Oiseaux

Ken Havard 
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

BIRDS OF PERU by Thomas S. Schulenberg, Douglas F. Stotz, Daniel F. Lane, John P. O’Neill, Theodore A. Parker III – Princeton University Press 2007– ISBN: 978-0-691-13023-1

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, the free encyclopaedia

THE AVIANWEB - Beauty of Birds (Sibylle Faye)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

The Guardian - Mystery bird: Sungrebe, Heliornis fulica

Birds of Costa Rica: A Field Guide Par Carrol L. Henderson, Steve Adams

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Grébifoulque d’Amérique
Heliornis fulica

Ordre des Gruiformes – Famille des Héliornithidés

INTRODUCTION :
Le Grébifoulque d’Amérique appartient à la famille des Héliornithidés qui comprend trois espèces de trois genres différents, Podica (Afrique), Heliopais (Asie) et Heliornis (Amérique). 
Le Grébifoulque d’Amérique est le plus petit des trois, et se trouve depuis le sud-est du Mexique en passant par l’Amérique Centrale jusque dans une grande partie du nord de l’Amérique du Sud.
De loin, il ressemble à un grèbe, mais il est plus proche des râles. Il a les doigts lobés, bien adaptés à sa vie principalement aquatique. Il est capable de nager avec puissance, de courir vite, de grimper dans les arbres et de se déplacer d’une manière relativement agile. Il fréquente une large variété d’habitats où il trouve de l’eau et un couvert végétal épais.     
Ce n’est pas un oiseau grégaire. Il défend vigoureusement son territoire tout au long de l’année contre les intrus. Il se nourrit surtout de divers insectes aquatiques, de mollusques et de crustacés.
Le Grébifoulque d’Amérique a un comportement très particulier pendant la saison de reproduction, avec d’abord une période d’incubation très courte de 10-11 jours, mais aussi à cause de la façon dont le mâle transporte les jeunes en vol, placés dans une pli de la peau situé sous chaque aile.
Le Grébifoulque d’Amérique est un oiseau un peu spécial qui mérite d’être étudié !

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 26-33 cm
Poids : 120-153 gr

Le Grébifoulque d’Amérique est un oiseau remarquable, le plus petit de la famille des Héliornithidés.
Les parties supérieures sont brun olive. La queue est noirâtre avec une bande terminale blanche.
Sur les parties inférieures, la poitrine et l’abdomen sont blancs, mais les flancs et le bas-ventre sont teintés de brun chamoisé.

La tête du mâle présente des dessins noir et blanc bien nets. La calotte est noire. On peut voir une bande blanche au-dessus de l’œil, comme un long sourcil qui s’étend vers l’arrière de la calotte. Une rayure oculaire noire plus large passe sur les couvertures auriculaires et rejoint la nuque et l’arrière du cou noirs. Les joues sont blanches. Le menton, la gorge et la partie antérieure du cou sont blancs, tandis que les côtés du cou sont rayés verticalement de noir et de blanc. On remarque une petite zone brun chamoisé sous les couvertures auriculaires.

Le bec a la mandibule supérieure noirâtre tandis que l’inférieure est blanchâtre ou rose pâle. Les yeux sont bruns. Sur les pattes, les tarses sont noir et jaune, mais les doigts lobés sont très nettement barrés noir et jaune.

La femelle ressemble au mâle mais elle est légèrement plus petite. Elle a une tache cannelle très évidente sur chaque joue et sur la partie supérieure des côtés du cou. Elle a les paupières rougeâtres et la mandibule supérieure rouge.
En dehors de la saison de reproduction, elle ressemble au mâle. Seul le bec reste rouge mais plus terne.
Le juvénile est généralement plus terne que l’adulte non-nuptial.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Grébifoulque d’Amérique est présent depuis le sud-est du Mexique, vers le sud en Amérique Centrale, puis à travers le nord de l’Amérique du Sud dans la partie située à l’est des Andes, jusqu’à la Bolivie, le Paraguay et le nord-est de l’Argentine. 

HABITAT :
Le Grébifoulque d’Amérique a besoin d’eau et de végétation protectrice. Il fréquente une variété d’habitats humides comme les lacs et les étangs d’eau douce, les cours d’eau forestiers, les fleuves avec de la végétation épaisse et des plantes qui surplombent l’eau pour dormir la nuit. Il préfère généralement les eaux au cours lent. Sur les étendues d’eau plus vastes, il nage près de la rive et à proximité du couvert végétal.
L’espèce est souvent en dessous de 400 mètres d’altitude, avec une seule observation à 3500 mètres dans les Andes au Venezuela.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Grébifoulque d’Amérique émet des cris territoriaux qui ressemblent à ceux de certains grèbes « eeyooo, eeyoo, eeyoo, eeyaaa, eeyaa… ». Ces cris sont souvent émis en guise d’avertissement, et avant et après les disputes territoriales. On peut aussi entendre des séries de 4-7 « wehk wehk wehk wehk » aigus et de tonalité descendante, ou un seul aboiement « kik », ainsi qu’un « plik » aigu et calme.
Pendant les parades nuptiales, mâle et femelle produisent des gloussements que l’on peut aussi entendre lorsque les adultes changent de place au nid pour incuber les œufs. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Grébifoulque d’Amérique se nourrit principalement d’insectes aquatiques, adultes et larves, de diverses familles comme Hémiptères, Hétéroptères, Diptères, Coléoptères et Odonates.
Il consomme également des escargots (des juvéniles Pomacea dohoides, Gasteropoda et Mollusca), des crustacés, des petites grenouilles, des lézards et des crabes.

Il se nourrit surtout à la surface de l’eau et près de la rive, en nageant avec le corps à demi-submergé, et des mouvements de la tête et du cou d’avant en arrière. Il picore des insectes sur les feuilles, les tiges ou les rochers de la rive, mais il lui arrive aussi de sauter en l’air pour capturer un insecte volant. Il ne plonge pas et ne remonte pas de nourriture du fond de l’eau. Cependant, il se nourrit aussi à terre, mais il est rarement observé sur les rives.

Le Grébifoulque d’Amérique est un oiseau timide. Lorsqu’il est dérangé, il nage vers le couvert végétal ou s’envole. A la mi-journée, il se repose sur une branche au-dessus de l’eau. La nuit, il dort sur des branches plus hautes cachées dans la végétation épaisse, qu’il atteint en grimpant et non en volant.

Le Grébifoulque d’Amérique se reproduit quand les niveaux d’eau sont hauts. Il est territorial toute l’année, et défend une grande zone le long de la rive d’un cours d’eau. Les disputes territoriales augmentent pendant la période de reproduction. Le propriétaire des lieux éloigne les intrus et se bat contre eux.

Pendant les parades nuptiales, mâle et femelle nagent en cercles opposés avec le cou tendu au ras de l’eau et les ailes à moitié relevées. Progressivement, la taille des cercles diminue. L’accouplement se produit lorsque les deux oiseaux se rencontrent. Ces parades sont accompagnées de gloussements doux.

Le Grébifoulque d’Amérique est résident dans sa distribution. Quelques observations de l’espèce ont été faites à Trinidad, une autre sur l’Ile Bonaire aux Caraïbes, une autre au Nouveau Mexique et une seule à haute altitude dans les Andes au Venezuela. 

Le Grébifoulque d’Amérique vole généralement bas avec des battements réguliers et rapides et la queue déployée. Il s’envole en piétinant à la surface de l’eau tout en battant des ailes, et se pose aussi sur l’eau avant de grimper jusqu’à une branche au-dessus des flots pour se reposer.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :    
La saison de reproduction est associée aux pluies et aux niveaux d’eau élevés. Mâle et femelle construisent le nid et partagent les tâches liées à la nidification.  
Ils construisent une plateforme dans la végétation, à environ 1 ou 2 mètres au-dessus de l’eau. Elle est faite avec des brindilles et des roseaux, et peut parfois être tapissée de feuilles mortes. Ce nid est assez petit, 18 x 25 centimètres et 8 centimètres de profondeur.

La femelle dépose 2 œufs blanc chamoisé avec des marques plus foncées. Les deux adultes incubent pendant 10-11 jours, une période très courte pour ce type d’oiseau, et semblable à celle des petits passereaux.
En revanche, à la naissance, les poussins sont nidicoles. Ils ont les yeux fermés, sont aveugles et presque nus. La peau est rose pâle avec quelques duvets épars. Le bec et les doigts sont très courts et peu formés.

Le Grébifoulque d’Amérique mâle est capable de transporter ses poussins en vol. D’après une observation réalisée par Alvarez del Toro en 1971, le mâle possède une poche peu profonde sous chaque aile, et dans lesquelles les jeunes sont transportés. Ces poches sont formées par un repli de la peau, avec quelques plumes en dessous sur les côtés du corps. La tête des poussins devrait être visible par en dessous lorsque l’adulte vole. Mais il lui arrive aussi de transporter sa progéniture de façon plus classique sur son dos tandis qu'il nage.  
Ceci est une adaptation unique chez les oiseaux, et elle est la cause de nombreuses questions, encore aujourd’hui sans véritables réponses. Ce critère morphologique est absent chez les deux autres membres de la famille. 

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Grébifoulque d’Amérique n’est pas menacé pour le moment. Il a une vaste distribution mais il est rarement observé.
A cause des développements et des activités liés aux humains, les habitats adaptés à cette espèce sont menacés dans la majeure partie de la distribution. De plus, les oiseaux sont parfois piégés dans les filets des pêcheurs. Le drainage des zones humides pour l’agriculture, l’industrie et les constructions, la déforestation, la pollution et les pesticides endommagent les zones humides restantes.
La population globale était estimée à environ 500 000/ 4 999 999 individus en 2008.
Mais actuellement, le Grébifoulque d’Amérique est considéré comme non menacé.