English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Scimitar-billed Woodcreeper
All : Degenschnabel-Baumsteiger
Esp: Trepatroncos Chinchero
Ital : Rampichino becco a scimitarra
Nd : Sabelmuisspecht
Sd : Sabelnäbbsträdklättrare
Port : Arapaçu-platino

Photographes :

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 8 By Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334504

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

The Cornell Lab of Ornithology – Neotropical birds

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Grimpar porte-sabre
Drymornis bridgesii

Ordre des Passériformes – Famille des Dendrocolaptidés

QUELQUES MESURES :
L : 29-35 cm
Poids : M : 76-90 gr – F : 87-110 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Grimpar porte-sabre est l’unique membre de la famille des Dendrocolaptidés, et pourrait être l’ancêtre de tous les grimpars. Contrairement aux autres oiseaux de la même famille, celui-ci a des habitudes beaucoup plus terrestres.

L’adulte a le dos et les couvertures alaires brun cannelle, des rémiges plus brunes, la queue et le croupion châtain-roux.
Les parties inférieures sont brun-roux, intensément striées de blanc. Chaque strie est bordée de brun. Elles sont plus larges sur la poitrine et les côtés du corps, beaucoup plus étroites sur l’abdomen, le bas-ventre et les couvertures sous-caudales.

Sur la tête, on peut voir chez les deux sexes un sourcil et une rayure malaire blancs très évidents. La face et les joues sont roux foncé. Le front et la calotte sont châtain-roux sombre alors que la nuque est légèrement plus claire. Le menton est blanc.
Le long bec courbé vers le bas est brun foncé ou noirâtre, avec la mandibule inférieure plus pâle. Les yeux peuvent varier du jaunâtre au gris-brun pâle et au brun foncé. Les pattes et les doigts sont couleur corne, gris ou noirâtres.

Les deux sexes sont semblables, avec la femelle un peu plus grande que le mâle.
Le juvénile présente des stries sombres et châtain sur les côtés du cou, et son bec est plus court et droit.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Grimpar porte-sabre émet des cris sonores « tsissik », ainsi qu’un « cheedle » aigu en guise de contact.  
Le chant est une série rapide de sifflements sonores « deWEEdel-DLEEdel-DLEEdel… », mais on peut aussi entendre un long « tweedle, tweedle, tweed, twee, twee… » qui accélère au début et s’éteint doucement vers la fin.
Des duos peuvent être entendus. Cet oiseau incline la tête en arrière lorsqu’il chante.

HABITAT :
Le Grimpar porte-sabre fréquente surtout les bois et les broussailles, les savanes avec des arbres des genres Proposis et Acacia, ou avec des palmiers, et les forêts subtropicales sèches.
Cette espèce se trouve surtout depuis les basses terres jusqu’à 600 mètres, mais elle peut gagner des zones plus hautes, jusqu’à 1000 mètres d’altitude.   

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
Le Grimpar porte-sabre est résident dans sa distribution. On le trouve en Argentine, dans le sud-est de la Bolivie, l’extrême sud du Brésil, l’ouest du Paraguay, l’ouest et le centre de l’Uruguay.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Grimpar porte-sabre se nourrit principalement d’arthropodes et parfois de matières végétales.
Il se nourrit sur le sol en petits groupes, et se joint souvent à différentes espèces de Furnaridés. Il court sur le sol plat, grimpe dans les arbres, verticalement sur les troncs, ou se pose en travers des branches horizontales.
Contrairement aux autres grimpars, il court facilement sur un sol plat parmi la végétation clairsemée. Il sonde dans les souches mortes sur le sol, dans les branches, les broméliacées et les cavités dans les arbres. La majorité de ses proies provient des sols meubles qu’il sonde avec son bec.

Le Grimpar porte-sabre, comme les autres membres de cette famille, nidifie dans des trous, en général des loges abandonnées par les pics, mais il peut aussi occasionnellement s’installer dans un vieux nid de Fournier roux (Furnarius rufus).        

Les grimpars sont habituellement territoriaux, mais leurs comportements agressifs sont souvent limités aux alentours immédiats du groupe en train de se nourrir. 

VOL :
Le Grimpar porte-sabre a un vol habituellement ondulant lorsqu’il s’envole vers les arbres proches s’il est dérangé. Le vol peut être puissant avec des battements rapides alternés de glissés effectués avec les ailes étendues et la queue déployée.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction a lieu entre septembre et novembre-décembre.
Le Grimpar porte-sabre nidifie souvent dans une cavité d’arbre, une cavité naturelle ou un vieux nid de pic, ou encore parfois dans un nid abandonné par un Fournier roux, et même dans une cheminée non utilisée.
La cavité peut mesurer entre 20 et 50 centimètres de profondeur, et l’entrée se trouve entre 1, 50 et 2 mètres au-dessus du sol. Le fond est tapissé de feuilles, et de copeaux de bois ou d’écorce.

La femelle dépose trois œufs blancs en trois jours consécutifs. L’incubation dure deux semaines, partagée entre les deux parents. La femelle incube surtout la nuit. Cependant, les deux sexes se partagent souvent cette tâche de façon égale et couvent les poussins.
Les jeunes quittent le nid au bout de trois semaines après la naissance, mais ils dépendent encore des parents pour quelques mois.
Cette espèce a la période d’incubation la plus courte de cette famille avec seulement 14 jours.    

ALIMENTATION :  
Le Grimpar porte-sabre se nourrit surtout d’arthropodes et consomme plutôt des araignées. Mais il capture aussi des millepattes, des scorpions et d’autres insectes comme les locustes, les chenilles, les larves de scarabées et de fourmilions (Myrméléonidés). Quelques matières végétales sont aussi parfois consommées.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :    
Le Grimpar porte-sabre peut être peu commun ou assez commun selon les régions. Sa rareté dans certaines parties de la distribution est probablement due à l’absence d’habitats adaptés à ses besoins.
Cependant, l’espèce n’est pas menacée actuellement.