English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Blue Crane
All : Paradieskranich
Esp : Grulla del Paraíso
Ital: Gru del Paradiso
Nd: Stanley-kraanvogel
Sd: Paradistrana

Photographes:

Thonnérieux Yves
NATUR’AILES

Callie de Wet
Flickr Galleries

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Lepage Denis)

ARKive (Christopher Parsons)

BirdLife International (BirdLife International)

International Crane Foundation

Wikipedia, the free encycolpedia

Accueil

Page Gruidés

Sommaire fiches

 

Grue de paradis
Grus paradisea

Ordre des Gruiformes – Famille des Gruidés

QUELQUES MESURES :
L : 110-120 cm
Env : 180-200 cm
Poids : 4900-5300 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :  
La Grue de paradis est l’oiseau national de l’Afrique du Sud.

Cette espèce a la tête entièrement emplumée, sans aucune trace de peau nue et colorée.
La tête, le cou et le corps sont d’un gris bleuâtre uniforme. Sur les ailes, les rémiges primaires sont noires ou gris foncé. Les tertiaires sont assez longues avec des extrémités noires. Elles pendent presque jusqu’à terre et donnent une allure élégante à cette grue. Les plumes grises de la poitrine sont aussi un peu plus longues autour de la base du cou que sur le corps.

Sur la tête, la calotte et le front sont blanc grisâtre clair. Les joues, les couvertures auriculaires et la nuque sont d’un gris plus foncé.
Pendant les parades, la Grue de paradis ébouriffe les plumes souples des joues et du haut de la nuque, lui faisant alors une tête étrange qui ressemble à un cobra.

Comparée à la plupart des autres espèces de grues, la Grue de paradis a un bec relativement court. Les yeux sont brun foncé. Les longues pattes et les doigts sont gris foncé à noirâtres. 

Les deux sexes sont semblables en plumage, mais le mâle est plus grand que la femelle.
Le juvénile est gris pâle et n’a pas les longues rémiges tertiaires.
Le poussin est gris foncé avec la tête brune. Les pattes et les doigts sont noirs.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO 
La Grue de paradis lance des « kraaaank » nasillards et sonores, et des sons bas et râpeux. On peut également entendre des croassements rauques qui portent loin.  

HABITAT :
La Grue de paradis fréquente surtout les plateaux secs avec des herbes et des laîches, et les zones humides pour nidifier et dormir.
Mais cette grue fréquente aussi les habitats modifiés par l’homme tels que les zones cultivées, les pâturages et les champs en jachère.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Grue de paradis a une distribution restreinte à l’est et au sud de l’Afrique du Sud.
Une autre population isolée se trouve à Etosha Pan, au nord de la Namibie.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Grue de paradis est plus terrestre que les autres grandes grues. Ses doigts courts lui permettent de courir mieux et plus vite. Le bec plus court est aussi une adaptation à ses comportements alimentaires parce que cette espèce se nourrit plus souvent dans les prairies herbeuses que dans les zones humides.

Cette grue se nourrit en marchant lentement tout en cherchant sur le sol et en donnant des coups de bec à la surface et dans la végétation. Elle peut occasionnellement creuser avec le bec pour trouver des invertébrés, mais elle le fait moins souvent que les autres grues à cause du bec court.
On les voit habituellement en couples ou en petits groupes familiaux.

Pendant la saison de reproduction, la Grue de paradis, comme les autres espèces de grues, effectue de belles parades nuptiales. Les deux partenaires crient à l’unisson en lançant des séries de sons râpeux coordonnés. Pendant les danses, les oiseaux jettent la tête en arrière avec le bec dirigé vers le ciel. Le mâle relève ses ailes tandis que la femelle les garde contre son corps.
Toutes les grues dansent et se font des courbettes, sautent, courent et lancent des morceaux de bois ou de végétation en l’air et battent des ailes.
Ces comportements sont associés aux parades nuptiales, mais ils sont aussi utilisés en tant que relations de sociabilité entre eux, ils calment l’agressivité et renforcent les liens du couple.

La Grue de paradis ne migre pas. Elle effectue des déplacements locaux et saisonniers à l’intérieur de sa distribution, et certaines errent dans les régions du Botswana, Lesotho, Swaziland et Zimbabwe.

VOL : 
La Grue de paradis a un vol puissant après avoir dû courir pour s’élever dans les airs. Elle effectue des battements amples et réguliers, et se pose debout après s’être approchée du sol avec les pattes pendantes.

REPRODUCTION DE L’ESPECE : 
La saison de reproduction a lieu en octobre-décembre pendant l’été.
La Grue de paradis nidifie surtout dans les zones herbeuses des hauts plateaux, mais aussi dans les pâturages, les surfaces cultivées, les marais et les prairies près de l’eau.
Le nid est une plate-forme faite avec de la végétation aquatique, souvent des roseaux, et aussi des petits cailloux. C’est toujours une structure très simple.

La femelle dépose deux œufs. L’incubation dure environ 30-33 jours partagée entre les deux parents. Les jeunes suivent les adultes très tôt après la naissance pour se nourrir avec eux.
Ils sont emplumés entre 3 et 5 mois et sont matures sexuellement à l’âge de 3-5 ans.

ALIMENTATION :
La Grue de paradis se nourrit de matières végétales comme les graines des herbes et des laîches, les racines, les tubercules, les restes de céréales tels que maïs et froment.
Mais leur régime comprend aussi des grands insectes, surtout des sauterelles et des locustes, et des vers, des grenouilles, des crabes, des reptiles et des petits rongeurs.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Grue de paradis est encore considérée comme un parasite des cultures dans certaines parties de sa distribution, et souffre d’empoisonnements volontaires ou indirects pour cette raison.

Elle est menacée par les développements humains, la perte de l’habitat, le drainage des zones humides, l’expansion de l’agriculture, les persécutions, l’augmentation des pâturages, la prédation par les chiens et le commerce illégal.

Cette espèce est considérée comme étant VULNERABLE. Plusieurs programmes sont en cours afin de protéger l’habitat et l’oiseau lui-même.

La Grue de paradis se nourrit de matières végétales comme les graines, les racines et les tubercules. Elle capture aussi des grands insectes, des vers, des crabes, des grenouilles, du poisson, des reptiles et des petits rongeurs. Les zones cultivées leur procurent des céréales comme le maïs et le froment.