English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Red-breasted Merganser
All : Mittelsäger
Esp: Serreta Mediana
Ital: Smergo minore
Nd: Middelste Zaagbek
Sd: Småskrake

Photographes:

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Eugène Montocchio
Galerie Photos Nature

Bob Moul
Nature Photography

René Lortie
http://rlortie.ca

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:       

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

Avibase (Lepage Denis)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

The Sea Duck Joint Venture  
A Conservation Partnership under the North American Waterfowl Management Plan

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Page Ordre des Ansériformes

Sommaire fiches

 

Harle huppé
Mergus serrator

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

QUELQUES MESURES :
L : 52-58 cm
Env : 70-86 cm
Poids : 780-1350 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Harle huppé est un plongeur expérimenté qui peut disparaître facilement sous l’eau pour gagner un endroit plus abrité. Il dépend plutôt de l’eau douce mais on peut le trouver dans les lagunes saumâtres et les baies pendant les hivers rudes.

Le mâle adulte en plumage nuptial a les parties supérieures noires et blanches, avec l’arrière du cou, le manteau et le dos noirs, ce dernier étant bordé de deux bandes blanches. Le croupion, les couvertures sus-caudales et les rectrices sont gris avec des plumes aux liserés gris plus pâles donnant à cette partie du corps un aspect écaillé. La queue a une bande terminale noirâtre.
Le dessus des ailes présente des dessins noirs et blancs, avec une grande tache alaire blanche sur la partie interne de l’aile, et une extrémité triangulaire noire assez étendue. Les scapulaires sont noirs avec des taches blanches.

Sur les parties inférieures, on peut voir une bande pectorale roussâtre tacheté de noir. Le reste des parties inférieures est blanc. Les flancs gris présentent des vermiculures noires. Le cou porte un collier blanc bien net. Le corps élégant est fuselé.  

La tête est d’un vert foncé irisé, ainsi que le menton, la nuque et le haut du cou. Sur la tête et la nuque, une crête hérissée est formée de plumes fines vert sombre.

Le bec rouge orangé est mince et typique du genre Mergus avec les bords coupants dentelés. Les yeux sont d’un rouge profond, ainsi que les pattes et les doigts palmés.

La femelle est très semblable à la femelle du Harle bièvre mais sa crête est plus légère. Elle a le plumage gris-brun terne, la poitrine blanchâtre et la tête et le cou brun-roux.
Le dessus des ailes présente moins de blanc que chez le mâle, et les scapulaires sont grisâtres.
Le bec, les yeux, les pattes et les doigts palmés sont d’un rouge plus terne, et elle est plus petite que le mâle.

Le juvénile ressemble à la femelle avec une crête plus courte et le plumage plus terne.

Le mâle en plumage d’éclipse est semblable à la femelle, mais il a le manteau plus noir et les couvertures alaires blanches.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Harle huppé est plutôt silencieux en dehors de la période nuptiale. En revanche, pendant les parades, le mâle émet des grognements doux et une sorte de miaulement bas « yeow-yeow », tandis que la femelle lance des cris aigres et grinçants « krrrr-krrrr », et des croassements en vol.  

HABITAT :  
Le Harle huppé se trouve sur les lacs d’eau douce profonds et les petits fleuves où il peut se reproduire, souvent dans des zones boisées, mais pas toujours.
Il passe l’hiver près des côtes, dans les estuaires, les baies et les lagunes  côtières aux eaux saumâtres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
Le Harle huppé se reproduit dans les parties nord de l’Amérique du Nord, au Groenland, en Europe et en Asie. Cette espèce migratrice passe les hivers sur les côtes maritimes plus au sud.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Harle huppé est opportuniste quand il se nourrit, mais son régime varie selon l’habitat et la distribution géographique. Il se nourrit de poissons, crustacés, vers, amphibiens et insectes.
Il se nourrit en plongeant pour capturer des invertébrés aquatiques. Il cherche aussi en mettant la tête sous l’eau, et peut picorer des proies à la surface.

Habituellement, les couples se forment sur les aires d’hivernage. Ils  migrent ensuite en couples ou en petits groupes de 5 à 15 oiseaux, avec des vols diurnes au-dessus des côtes, et nocturnes au-dessus des terres.
La femelle revient sur le même site de nidification chaque année. Le Harle huppé se reproduit à haute altitude, dans la toundra et la forêt boréale où se trouvent de grands lacs profonds.  

Ces canards vivent souvent en groupes toute l’année, et se reproduisent parfois en colonies lâches, ainsi qu’avec d’autres espèces, des Laridés et des Eiders. Sur les aires d’hivernages, ils sont souvent rassemblés en grands nombres.

Les parades nuptiales commencent au milieu de l’hiver. Plusieurs mouvements et postures sont observés afin d’exposer les couleurs et les dessins du plumage des mâles.

Ces parades sont accompagnées de grognements doux. Le mâle tend la tête et le cou vers le ciel pour mettre en valeur le collier blanc tandis que la crête est hérissée. Ensuite, il décrit des cercles autour de la femelle avec le corps partiellement submergé, exposant alors le bec et les pattes rouges.

L’accouplement a lieu sur l’eau. Le mâle monte sur de dos de la femelle et picore doucement les plumes de sa tête.
Il reste au voisinage du nid jusqu’à ce que la ponte soit terminée et la femelle en train d’incuber. Ensuite, il quitte le site et gagne les zones où il va muer (mais ces endroits ne sont pas connus), tandis que la femelle mue avec les jeunes sur l’aire de reproduction.

VOL : 
Le Harle huppé a un vol rapide et direct, mais il a besoin de courir sur l’eau pour décoller. Ensuite il effectue des battements actifs.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction peut commencer en Avril-Juin, mais souvent plus tard selon la distribution.
Le Harle huppé se reproduit en couples solitaires ou en colonies lâches. Il nidifie sur le sol près de l’eau. Il peut parfois utiliser des crevasses sur les côtes rocheuses et des ilots selon la disponibilité.
Le nid est une dépression peu profonde bien cachée, souvent avec de la végétation haute au-dessus formant presque un toit. Il est fait avec des herbes et tapissé de duvet. Au fur et à mesure que l’incubation progresse, la femelle ajoute des herbes et des plumes duveteuses.

Elle dépose 8 à 10 œufs, mais d’autres femelles peuvent venir pondre dans le même nid, ce qui donne des couvées pouvant compter jusqu’à 24 œufs. Elle incube pendant un mois. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet brunâtre dessus et blanc dessous. Ils sont nidifuges et se rassemblent souvent en crèches où une seule femelle les surveille. Ils sont emplumés à l’âge de 60-65 jours et sont matures sexuellement à deux ans.
La femelle peut produire une seconde couvée si la première est perdue.

ALIMENTATION :   
Le Harle huppé se nourrit de poissons et de petits crustacés tels que crevettes et écrevisses, mais il prend aussi des vers, des amphibiens et des insectes. Il lui arrive aussi de consommer quelques végétaux.
Il plonge pour se nourrir, mais picore aussi à la surface.     
Les jeunes se nourrissent surtout d’invertébrés aquatiques, de petits poissons et des graines de laîches.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
Le Harle huppé n’est pas menacé actuellement. En dépit de la chasse intensive dans certaines régions, ce n’est pas une source majeure de mortalité. La pollution des eaux, les développements humains et la destruction des forêts sont des menaces importantes qui pèsent sur cette espèce. Mais les populations ne sont pas en danger pour l’instant.