English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Héron mélanocéphale
Ang: Black-headed Heron
All: Schwarzhalsreiher
Esp: Garza Cabecinegra
Ita: Airone testanera
Nd: Zwartkopreiger
Sd: Svarthuvad häger

Photographes:

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries
& Flickr Rainbirder

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Callie de Wet
Flickr Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

HeronConservation

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

AVIBIRDS.COM 

PLANETOFBIRDS.COM  

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Ardéidés

Sommaire fiches

 

Héron mélanocéphale
Ardea melanocephala

Ordre des Pélécaniformes – Famille des Ardéidés

INTRODUCTION :
Le Héron mélanocéphale est un grand héron de la sous-famille des Ardeinae dans la grande famille des Ardéidés. Cette espèce subsaharienne est un migrateur partiel, parfois nomade, qui se déplace en fonction des pluies et de la disponibilité de la nourriture.
C’est un héron classique, une version plus foncée du Héron cendré. Il est plutôt terrestre et se nourrit de façon typique en marchant lentement dans les herbes, plus rarement dans l’eau. Il reste aussi debout et immobile en attendant le passage d’une proie.
Le Héron mélanocéphale est largement répandu et commun dans sa distribution, mais il est quand même clairsemé et rarement abondant.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 92-96 cm
Poids : 710-1650 gr

Le Héron mélanocéphale adulte a le corps plutôt gris sur le dos, les ailes, la queue et les parties inférieures. Le cou et le dos ont des plumes lancéolées. En dessous des ailes, les rémiges sont noires tandis que les couvertures sont blanches. Le menton et la gorge sont blancs et mouchetés de noir sur la face antérieure du cou.
Le noir de la tête s’étend depuis le front vers le bas jusqu’à l’arrière du cou. Les lores sont jaunes et verts. Les yeux sont jaunes, mais ils deviennent orangés, et ensuite rouges pendant la saison de reproduction. Le long bec pointu est noir sur le dessus et jaune verdâtre sur la mandibule inférieure. Les longues pattes et les doigts sont noirs. 
Mâle et femelle sont identiques.

On note quelques variations du plumage, certains oiseaux ayant les ailes et le dos beaucoup plus clairs et contrastant fortement avec la tête et le cou noirs. Les zones blanches peuvent également varier. Quelques oiseaux n’ont pas la tache blanche à l’avant du cou, d’autres n’ont pas du tout de blanc, ou présentent une teinte roussâtre sur le bas de la gorge.   
Il existe une forme sombre très rare avec les parties inférieures noires.

Le juvénile est plus pâle, avec le dessous blanc chamoisé, un peu de roux clair sur la gorge et la poitrine, et la tête et le cou gris foncé ou gris brunâtre.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Héron mélanocéphale se trouve en Afrique subsaharienne, du Sénégal à l’Erythrée, et vers le sud jusqu’en Afrique du Sud.

HABITAT :
Le Héron mélanocéphale fréquente surtout les herbages et se trouve souvent dans des zones assez ouvertes, dans les pâturages humides et les prairies partiellement inondées, les marécages, le long des fleuves et des lacs, dans les estuaires, les zones cultivées, les clairières en forêt et les vasières côtières.
Dans la distribution sud-africaine, il se nourrit aussi bien dans des habitats terrestres que semi-aquatiques. Il est souvent visible dans les habitats modifiés par l’homme, et nidifie même en ville. Mais il se nourrit rarement dans l’eau.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Héron mélanocéphale émet des cris typiques comme des « aaaaak » sonores, des piaillements et des cris nasillards. Lorsqu’il se pose après le vol, il émet une série de cris « kow, owk, errr, kut, kut, kut ».
Pendant les parades, il avance en lançant des « haak » rauques, tandis que des « how-oo » doux sont émis pendant les étirements de la tête et du cou.
Ils communiquent entre eux par des caquetages, des croassements et des claquements du bec.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Héron mélanocéphale se nourrit généralement seul en marchant lentement dans l’herbe. Il marche en levant bien les pattes, tandis que la tête et le cou sont tendus vers l’arrière. Une fois la proie localisée, il balance sa tête d’un côté à l’autre et de plus en plus vite avant de frapper la victime avec son bec pointu. Mais comme de nombreux Ardéidés, il se nourrit aussi en restant debout immobile, guettant le passage d’une proie. Il se nourrit souvent pendant la nuit.

Il consomme une grande variété d’invertébrés et de petits vertébrés, surtout des animaux terrestres, mais il prend aussi quelques proies aquatiques.
Son régime comprend rongeurs, insectes (Orthoptères, Coléoptères, Chilopodes ou Centipèdes et scorpions), vers de terre, lézards, serpents, grenouilles, oiseaux, poissons, crustacés et araignées.
En Afrique du Sud, il se nourrit surtout de grands rongeurs, et plutôt d’oiseaux en décembre et janvier. Les poissons et les amphibiens sont capturés dans les zones humides.

Il lui arrive à l’occasion de se nourrir en groupes lâches. Cependant, en dehors de la saison de reproduction et aux dortoirs, ils se rassemblent en grands nombres, des dizaines ou des centaines d’oiseaux.

Pendant la période de reproduction, le Héron mélanocéphale parade et défend son territoire en lançant des cris « haak » tout en avançant délibérément vers l’intrus.
Au cours d’une autre parade, il pointe son bec vers le ciel tout en exposant le blanc du menton et de la gorge. Il émet des « how-oo » et produit des gargouillis doux. D’autres parades montrent le héron avec la crête dressée et les plumes du cou gonflées. Des contacts physiques se produisent tandis que l’oiseau fait courir son bec de haut en bas sur le dos et les flancs de sa partenaire. Les deux adultes émettent des cris sonores qui font partie des cérémonies d’accueil et accompagnent toutes les actions qui ont lieu au nid jusqu’au début de l’incubation.
L’accouplement a lieu sur le site du nid alors que le nid n’est que partiellement construit. Ils sont monogames et se reproduisent habituellement en colonies, souvent des héronnières composées d’espèces mélangées.

Le Héron mélanocéphale est un migrateur partiel et les déplacements sont en relations avec les saisons sèches mais peuvent varier en fonction de la distribution. La population du nord migre pendant la saison des pluies pour aller nidifier au Sahel et du Soudan à la Guinée. Dans d’autres parties de l’Afrique, il se déplace vers des zones plus sèches pendant la saison des pluies.    
Le Héron mélanocéphale est plus sédentaire en Afrique équatoriale et du sud. La dispersion des juvéniles est souvent impressionnante et s’effectue sur d’assez longues distances.

Le vol est lent mais puissant, avec des battements réguliers. Le vol battu est utilisé lors des migrations et sur les trajets qui séparent les colonies des aires de nourrissage.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le Héron mélanocéphale se reproduit essentiellement pendant la saison des pluies, mais aussi toute l’année selon les régions.
Il nidifie souvent en petites colonies mixtes comprenant 200 nids ou plus, avec quelquefois plus de 30 nids dans le même arbre. Il nidifie assez haut dans les arbres, mais aussi, bien que moins souvent, dans les roselières et sur le sol.  
Le nid fragile est fait avec des brindilles, mais des rameaux frais avec des feuilles vertes sont ajoutés au début de la période de nidification. Habituellement, le mâle collecte les matériaux, mais les deux partenaires participent à la construction qui dure environ deux semaines. Il est placé à une hauteur qui varie de 8 à 30 mètres. Une seule couvée est généralement produite, parfois 2 ou 3 mais vraiment occasionnellement.

La femelle dépose 2-3 œufs bleu pâle (2-6) et les deux adultes incubent pendant 23-27 jours. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris pâle et ont les yeux jaunes. Ils sont nourris au nid par régurgitation. Ils s’envolent 40-50 jours après l’éclosion mais retournent au nid où ils réclament de la nourriture aux parents. Ils sont indépendants au bout de 60 jours. Ils sont souvent attaqués par les rapaces.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Héron mélanocéphale a une distribution clairsemée mais il est commun et largement répandu. Il a même augmenté sa distribution dans les décades récentes car il a su bénéficier des habitats modifiés par les hommes.
La taille de la population n’est pas connue mais elle est certainement en augmentation grâce aux nouveaux habitats.
Le Héron mélanocéphale est actuellement considéré comme non menacé.