English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Chilean Skua
All : Chileskua
Esp : Págalo Chileno
Esp (Argentine): Escúa Comun, Escúa común
Esp (Chile): Salteador chileno
Ital : Stercorario del Cile
Nd: Chileense Grote Jager
Sd: Chilensk labb

Photographes:

Jean-Claude Billonneau
Photo gallery of BILLONNEAU Jean-Claude

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:    

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

SKUAS AND JAEGERS by Klaus Malling Olsen and Hans Larsson - Pica Press Sussex,
ISBN: 1873403461

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

 

Accueil

Page Famille Stercorariidés

Sommaire fiches

 

Labbe du Chili
Stercorarius chilensis

Ordre des Charadriiformes – Famille des Stercorariidés

QUELQUES MESURES :
L : 53-58 cm
Env : 130-138 cm
Poids : 1100-1700 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Labbe du Chili est légèrement plus petit que le Labbe antarctique. Son plumage présente une teinte cannelle qui le rend différent des autres Stercorariidés.

L’adulte a le plumage brun sur le dessus, avec le manteau et les scapulaires sombres, tachetés et striés de brun plus clair. Le dessus des ailes est semblable aux autres labbes avec habituellement un bord d’attaque plus clair vers l’intérieur de l’aile. Les petites et moyennes couvertures présentent de larges extrémités claires. La queue est brun foncé.

Chez la majorité des oiseaux, les parties inférieures sont cannelle vif. La poitrine porte souvent une bande plus sombre mais elle est parfois absente. Les couvertures sous-caudales sont couleur rouille.
En plumage usé, la teinte rouille ou cannelle peut disparaître excepté sur les joues et la gorge.

Sur la tête, la calotte est brun foncé ou noirâtre et bien définie. Elle contraste avec la couleur rouille des joues et de la face postérieure et des côtés du cou. En période nuptiale, ces parties-là sont très nettement striées de jaune ou de blanc.       
Le bec est gris avec l’extrémité noire. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont noirs.

Les deux sexes sont identiques.
Le juvénile ressemble aux adultes. Il a souvent une teinte cannelle plus forte sur les parties inférieures. Le dessus est plus sombre et plus uniforme que chez les adultes, avec quelques extrémités rousses et un léger effet écaillé sur le manteau et les scapulaires. Le croupion peut être cannelle ou brun-roux.
Sur la tête, la calotte brun foncé forme une sorte de capuchon. Les pattes sont gris bleuâtres avec les doigts noirs.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Labbe du Chili lance des séries de plusieurs « rires » en guise de cri territorial ou pour accueillir son ou sa partenaire.
Tout en criant, il relève les ailes en V pour exposer les taches alaires blanches. 
Sa voix est plus nasillarde et haut-perché que celle du Labbe antarctique.

HABITAT :
Le Labbe du Chili fréquente habituellement les eaux des chenaux et des détroits, et bien qu’étant un oiseau marin, il reste principalement côtier.
Cette espèce se reproduit sur des iles et des zones côtières retirées dans le sud du continent au Chili et en Argentine.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Labbe du Chili est visible le long des côtes du sud de l’Amérique du Sud, depuis le sud-centre du Chili et le sud de l’Argentine, jusqu’à la Terre de Feu.
Il hiverne le long des côtes du Chili et de l’Argentine, remontant parfois vers le nord jusqu’au sud du Pérou et s’étendant probablement vers l’est jusqu’aux Malouines.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Labbe du Chili fréquente souvent les décharges en compagnie des goélands et des sternes. Mais pendant la saison de reproduction, il capture des invertébrés et se nourrit aux carcasses de pingouins. Cette espèce a tendance à pirater les autres oiseaux marins en leur dérobant leurs proies. Il semble s’attaquer aux phalaropes, et profite des poussins et des œufs des oiseaux marins aux colonies.

Le Labbe du Chili est un cas unique parmi les autres labbes. Il se reproduit en grandes colonies pouvant compter jusqu’à un millier de couples.
Les parades nuptiales ressemblent probablement à celles des autres Stercorariidés avec les ailes fréquemment relevées en V tout en lançant de longs cris. Cette parade est territoriale et indique que le territoire est occupé. Au cours de ces mouvements, les taches alaires blanches sont très exposées.

Le Labbe du Chili s’hybride avec le Labbe antarctique sur les côtes de l’Argentine.
Ses migrations sont peu connues, mais des dispersions postnuptiales vers le nord ont été observées en avril. Les oiseaux retournent sur leurs aires de reproduction en octobre.

VOL :
Le Labbe du Chili peut paraitre lourd et maladroit sur le sol, mais dans les airs, son vol est agile, rapide et puissant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre novembre et mars.
Le Labbe du Chili se reproduit en général en grandes colonies pouvant compter jusqu’à 1000 couples. Ces colonies sont établies dans des zones où l’herbe est rase. Mais occasionnellement, cette espèce se reproduit aussi en colonies plus petites et plus lâches.
Le nid est une dépression grattée sur le sol, et tapissée d’herbes sèches.

La femelle dépose deux œufs, parfois un seul. L’incubation dure environ 28 à 32 jours. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris-rose pâle.
Le Labbe du Chili n’attaque pas les humains qui pénètrent dans son territoire, contrairement aux autres labbes.

ALIMENTATION :
Le Labbe du Chili se nourrit dans les décharges publiques en compagnie des goélands et des sternes. Il est souvent vu près des carcasses de pingouins et capture des invertébrés. Il pirate les autres oiseaux de mer pour leur voler leur nourriture.   

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Les populations du Labbe du Chili ne semblent pas menacées actuellement, en dépit du ramassage des œufs et des poussins pour la consommation.