English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Loriquet vert
Ang: Scaly-breasted Lorikeet
All: Schuppenlori
Esp: Lori Escuamiverde
Ita: Lorichetto pettosquamato
Nd: Schubbenlori
Sd: gulvattrad lorikit

Photographes :

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :  

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD volume 4 by Josep del Hoyo, Andrew Elliot and Jordi Sargatal – LYNX EDICION – ISBN 8487334229

PARROTS OF THE WORLD – An Identification Guide – by Joseph M. Forshaw – Princeton University Press – ISBN 0691092516

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Birds in backyards (Birds Australia and Australian Museum)

Australian Museum

World Parrot Trust 

Birdlife Australia

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Psittaciformes

Sommaire fiches

 

Loriquet vert
Trichoglossus chlorolepidotus

Ordre des Psittaciformes – Famille des Psittaculidés

INTRODUCTION :
Le Loriquet vert est présent dans les forêts et les bois de l’est de l’Australie jusqu’à 600 mètres d’altitude.
Il se nourrit de nectar et de pollen récoltés sur diverses plantes natives d’Australie, mais il consomme aussi des fruits et des graines. Il nidifie dans une cavité naturelle, souvent un creux dans une branche d’arbre. Les deux adultes partagent les tâches liées à la reproduction, mais l’incubation revient à la femelle seule.
Le Loriquet vert ne semble pas globalement menacé pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 23 cm
Poids : 75-95 gr

Le Loriquet vert a le plumage vert dans l’ensemble, festonné de jaune sur l’arrière du cou et le haut du manteau, et depuis la poitrine jusqu’aux flancs. En dessous des ailes, les couvertures et une large bande à la base des rémiges sont rouge orangé, plus vif sur les couvertures. Le bord de fuite assez large est gris foncé. L’envers de la queue est vert jaunâtre.

La tête est entièrement verte, sans aucun motif.
Le bec est rouge corail. Les yeux entourés d’un cercle oculaire gris foncé sont jaune orangé. Les pattes et les doigts sont gris-brun.
Mâle et femelle sont identiques.

Le juvénile a moins de motifs festonnés que les adultes. Son bec est brun foncé. Le cercle oculaire est gris pâle. Les pattes et les doigts sont d’un brun plus clair.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :        
Le Loriquet vert se trouve dans les régions côtières de l’est de l’Australie, depuis la pointe de la Péninsule du Cap d’York dans le nord du Queensland, vers le sud jusqu’à Wollongong en Nouvelle-Galles du Sud.
L’espèce a été introduite autour de Melbourne, dans le sud de l’état de Victoria.

HABITAT :  
Le Loriquet vert fréquente les forêts d’eucalyptus en plaine, ainsi que d’autres types de zones boisées, les parcs et les jardins urbains. Il est également présent sur les terres cultivées où poussent des arbres à fleurs, dans les marais avec des plantes Melaleuca, et dans les broussailles du littoral avec des arbres de l’espèce Banksia. Il est visible jusqu’à 600 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Loriquet vert émet des notes perçantes, généralement plus hautes que chez le Loriquet de Swainson (T.moluccanus).
Ces cris sont ainsi décrits: « skheel », ou « klee » ou encore « kha-kha ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Loriquet vert se nourrit de nectar et de pollen récupérés sur diverses espèces de plantes tels qu’Eucalyptus, Melaleucas, Callistemons et Banksias. Les fruits sont pris dans les vergers et les jardins urbains, tandis que les graines viennent des Umbrella trees (Schefflera Arboricola) et autres arbres et arbustes natifs d’Australie.

Il se déplace habituellement en grandes troupes bruyantes, en particulier lorsqu’ils se nourrissent. Il leur arrive souvent de se joindre à des groupes d’autres espèces comme le Loriquet de Swainson (T.moluccanus).
Ils sont actifs surtout le matin après avoir quitté les dortoirs, et à nouveau en fin d’après-midi, avant le retour aux mêmes dortoirs.

Le Loriquet vert nidifie dans des branches creuses ou un trou formé par la cassure d’une branche. Les deux adultes arrangent la cavité en mâchant des morceaux de bois. Ce travail dure assez longtemps, jusqu’à six semaines.  

Le Loriquet vert est localement nomadique. Ses déplacements sont associés aux périodes de floraison des arbres. Certaines  populations sont sédentaires, surtout dans les zones urbaines où ces oiseaux se nourrissent régulièrement dans les jardins et les vergers.   

Le vol est rapide et direct. Le bruit des battements rapides est souvent audible, accompagné des cris haut-perché lancés en vol.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :         
La saison de reproduction a lieu entre mai et février dans la partie nord de la distribution. Elle est associée aux pluies. Dans l’état de Victoria, cette période se déroule au mois d’août. Mais la reproduction peut avoir lieu toute l’année, sauf en mars et avril.
Le Loriquet vert nidifie dans des cavités naturelles, surtout des creux dans les arbres, dans une branche creuse, ou dans le trou formé par la cassure d’une branche contre le tronc d’un Eucalyptus. Le nid est habituellement placé en hauteur, entre 3 et 25 mètres au-dessus du sol.
Les deux adultes modifient souvent la cavité en mâchant des morceaux de bois. Ce travail peut durer jusqu’à six semaines.  

La femelle dépose 2-3 œufs blancs sur un lit de bois pourri au fond de la cavité. Elle incube seule pendant 25 jours. Pendant cette période, le mâle la nourrit régulièrement au nid.
Les jeunes sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid au bout de deux mois après l’éclosion.

PROTECTION / MENACES / STATUS :    
Le Loriquet vert est décrit comme étant commun dans le centre et plus rare vers le nord et le sud de la distribution.
Aucun déclin ou menace substantielle pour le moment et la population semble stable.
Le Loriquet vert n’est pas globalement menacé actuellement.