English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Yellow-eyed Penguin
All : Gelbaugenpinguin
Esp: Pingüino Ojigualdo
Ital: Pinguino degli Antipodi
Nd: Geeloogpinguïn
Sd: Gulögd pingvin

Photographes:

Jean-Claude Billonneau
Photo gallery of BILLONNEAU Jean-Claude

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

PhotoVolcanica - Photography and Information by Dr Richard Roscoe

ARKive (Christopher Parsons)

PENGUINWORLD (Lloyd Spencer Davis)

Welcome to the Penguin Project

 

Accueil

Page Famille Sphéniscidés

Sommaire fiches

 

Manchot antipode
Megadyptes antipodes

Ordre des Sphénisciformes – Famille des Sphéniscidés

INTRODUCTION :
Le Manchot antipode est endémique de Nouvelle Zélande. Cette espèce est moins grégaire que les autres manchots et nidifie habituellement hors de la vue de ses voisins. Le cycle de reproduction est assez long.
Ces manchots ont subi d’importantes dégradations dans leur habitat, et plus particulièrement la déforestation des zones côtières. De plus, les prédateurs introduits causent des dégâts dans les populations.
Aujourd’hui, les hommes tentent d’aider et de protéger ces manchots en replantant la végétation indispensable aux sites de nidification. Mais le Manchot antipode est classé comme espèce En Danger d’Extinction.  

DESCRIPTION DE L’ESPECE :
Quelques mesures :
Longueur : 66-76 cm
Poids : 4500-6000 gr

L’adulte a les parties supérieures gris ardoisé foncé, de même que les nageoires qui présentent des bords blancs.
Les parties inférieures sont blanches, avec le dessous des nageoires blanc rosâtre clair.
La tête est plus claire, brun jaunâtre, avec une bande jaune qui part des yeux et passe autour de la tête à l’arrière de la calotte. Le front et la calotte sont noirâtres et striés de jaune. Les joues, les couvertures auriculaires et la gorge sont brunâtres alors que le menton est jaune pâle. L’arrière de la calotte et la nuque deviennent noirâtres en rejoignant le haut du dos.
Le bec de deux tons a la mandibule inférieure rose pâle, alors que la mandibule supérieure et l’extrémité sont brun-rouge. Les yeux sont jaune pâle. Les pattes et les doigts palmés sont rose clair avec les griffes noires.

Les deux adultes sont semblables, mais la femelle est légèrement plus petite et la bande jaune de la tête est un peu plus pâle.
Le juvénile a la tête plus claire dans l’ensemble, et la bande jaune est incomplète ou absente.
Le poussin a un premier duvet brun foncé alors que le second est d’un brun légèrement plus clair.    

Juvénile

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Manchot antipode se nourrit principalement de poissons tels que Hemerocoetes monopterygius, Parapercis colias et Pseudophycis bachus. Mais il consomme aussi des céphalopodes et des crustacés. Les proies font habituellement moins de 25 centimètres de long, et en moyenne entre 5 et 17 centimètres. Le régime varie avec selon les saisons et la distribution.

Les poissons pêchés sont des espèces qui vivent près du fond sur la plaque continentale. Les plongées durent 2-4 minutes à des profondeurs de 30 à 40 mètres. Mais il peut descendre entre 40 et 80 mètres, avec un maximum de 150 mètres de profondeur. Il peut plonger jusqu’à 200 fois par jour, et sa vitesse en surface est de 6 km/heure.
Les proies sont capturées en les poursuivant sous l’eau. Le Manchot antipode pêche en solitaire et à environ 5 à 16 kilomètres de la côte.

Le Manchot antipode tente toujours d’éviter les contacts mais il défend son territoire contre les autres manchots. Au cours d’une agression, il se penche vers l’avant et vers l’opposant avec les épaules recroquevillées, tout en émettant des bruits discordants. Il lui arrive parfois de charger l’adversaire et de lui donner des coups de bec, mais les contacts physiques sont en général rares. Il peut aussi adopter une posture d’apaisement pour éviter un conflit.

Cette espèce a une saison de reproduction longue. Les parades commencent en août et les jeunes sont emplumés au mois de mars suivant. Ils ne vivent pas en groupes et ne nidifient pas en colonies. Ils sont monogames.
La bande jaune de la tête pourrait indiquer un partenaire de qualité et serait utilisée pour sélectionner un mâle.

Le site du nid se trouve dans la végétation épaisse des zones côtières, en général à 100-200 mètres de la rive, et à une distance variant de 10 à 30 mètres des autres manchots. Plusieurs nids peuvent se trouver sur des pentes abruptes, et jusqu’à 100 mètres au-dessus du niveau de la mer. Mais les manchots sont de bons grimpeurs. Ils sont très fidèles au site de nidification.

Les deux partenaires ont des liens durables. Pendant les parades nuptiales, ils se déplacent en se secouant, ou encore la tête est légèrement relevée et les nageoires sont légèrement écartées du corps. Et enfin, la parade la plus commune chez la majorité des Sphéniscidés, avec la tête levée vers le ciel et les nageoires tendues et écartées. Le lissage mutuel des plumes a pour but de renforcer les liens du couple.

Les adultes vont en mer pour se nourrir pendant un mois, une fois que les jeunes sont emplumés, et ils reviennent à terre pour muer. Pendant cette période, ils peuvent perdre jusqu’à la moitié de leur poids. Dès que la mue est terminée, ils repartent à nouveau pour se nourrir et regagner du poids avant la saison de reproduction suivante.

Les adultes sont sédentaires et restent le long des côtes toute l’année, aux alentours des aires de reproduction. Les juvéniles se dispersent vers le nord, jusqu’à 600 kilomètres de leur lieu de naissance. 
Ils marchent, grimpent, nagent et plongent aisément et sont efficaces dans tous leurs déplacements.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu en septembre-octobre. Le Manchot antipode nidifie dans les zones à végétation épaisse près de la côte. Le nid est un bol peu profond tapissé de végétaux secs et de brindilles. Il est protégé de la lumière du soleil directe car il est construit dans des creux naturels, sous des buissons épais ou entre les racines des arbres.

La femelle dépose deux œufs sur une période de 4 jours. Les deux parents partagent l’incubation qui dure 39-50 jours, en prenant des tours de 1 à 7 jours. Les adultes ne rejettent aucun œuf et contrairement à la plupart des autres manchots et gorfous, ils ont un comportement qui favorise la meilleure reproduction possible.
Les deux œufs éclosent à moins de 24 heures d’intervalle. Les poussins sont couvés pendant les 25 premiers jours et les deux parents les nourrissent au nid par régurgitation pendant 15 à 25 jours. Ensuite, les adultes partent en mer pour pêcher.
Les jeunes ne forment pas de crèches et sont emplumés vers la mi-février, à l’âge de 14 semaines. Ils muent à l’âge d’un an et obtiennent alors le plumage de l’adulte, avec l’apparition de la bande jaune sur la tête. Ils sont sexuellement matures à l’âge de deux ans.

Juvénile
PROTECTION / MENACES / STATUTS : 
Le Manchot antipode a une distribution très restreinte. Il est menacé par la dégradation de son habitat avec la déforestation. Il est également la proie des hermines, furets, chiens et chats introduits sur les iles, mais aussi des mammifères marins. Les changements climatiques modifient la température de l’eau, entrainant la réduction des nombres de proies. Les maladies, les dérangements humains et les touristes sur les aires de reproduction sont des menaces non négligeables.
Plusieurs mesures de conservation et de protection sont actives ou en projet, avec la restauration de l’habitat et le piégeage des prédateurs, ainsi que la régulation du tourisme vers les zones de reproduction.
Mais actuellement, le Manchot antipode est classé comme espèce En Danger d’Extinction.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Manchot antipode se trouve le long des côtes est et sud-est de l’Ile du sud en Nouvelle Zélande. Il est également présent sur les iles subantarctiques de Campbell et Auckland, dans le Détroit de Foveaux, et sur les Iles de Stewart et Codfish. On note aussi une grande concentration de ces manchots sur la Péninsule d’Otago en Nouvelle Zélande.      

HABITAT :
Le Manchot antipode vit et se reproduit dans les forêts côtières et les zones à végétation épaisse près des côtes.
Il se nourrit près de la cote, dans des eaux peu profondes. Il est surtout terrestre et ne va en mer que pour pêcher.

Juvénile perdant son duvet
CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Manchot antipode émet trois types de cris pour communiquer. Pendant les parades nuptiales et territoriales, le mâle utilise des séries de phrases composées de notes haut-perché. Les deux membres du couple utilisent des cris  pour se localiser et lorsqu’un adulte revient d’un voyage alimentaire en mer. Ce sont des séries de syllabes haut-perché. Les cris de contact sont émis à terre ou en mer pour se localiser l’un l’autre et pour la reconnaissance. Ces cris sont monosyllabiques.  
Juvénile