English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Giant Kingfisher
All : Riesenfischer
Esp : Martín Gigante Africano
Ital: Martin pescatore gigante
Nd: Afrikaanse Reuzenijsvogel
Sd: Jättekungsfiskare

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Callie de Wet
Flickr Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by  Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

ROBERTS BIRDS OF SOUTH AFRICA by G. R. Mc Lachlan and R.  Liversidge – The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fuund – ISBN: 0620031182

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Martin-pêcheur géant
Megaceryle maxima

Ordre des Coraciformes – Famille des Alcédinidés

QUELQUES MESURES :
L : 42-46 cm
Poids : M : 275-425 gr – F : 255-398 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Martin-pêcheur géant est le plus grand de toute l’Afrique.

Le mâle adulte a les parties supérieures gris foncé, avec chaque plume bordée de blanc, créant ainsi un effet barré et strié. La queue est gris-brun foncé et finement barrée de blanc.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont blancs. La poitrine est d’une belle couleur châtain avec des barres indistinctes plus sombres. L’abdomen est blanc et barré de gris foncé. Les couvertures sous-caudales sont blanches.

Sur la tête, la face et l’arrière du cou sont gris foncé à noirâtre, finement tacheté de blanc. Les lores et les couvertures auriculaires sont noirs avec une petite tache lorale blanche. Les joues sont plus sombres, mais la partie inférieure des côtés de la tête est blanche, et on peut voir deux taches blanches symétriques sur la nuque. La calotte porte une crête remarquable raide et broussailleuse, faite de plumes noires tachetées de blanc.     
Le bec long et lourd est noir-grisâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris.

La femelle adulte a les parties supérieures semblables, mais elle a la poitrine blanche intensément tachetée de noir. L’abdomen, les flancs, les couvertures sous-alaires et sous-caudales sont châtain. 

Le mâle juvénile présente des taches noires sur la poitrine châtain, et une légère teinte fauve sur les flancs. La jeune femelle ressemble à l’adulte mais elle a la poitrine moins tachée, ce qui crée une bande blanc grisâtre entre la poitrine et l’abdomen.

Mâle juvénile

On trouve deux sous-espèces.
La race nominale M.m. maxima est décrite ci-dessus et représentée sur cette page.
La race M.m. gigantea est plus sombre, avec un plumage gris foncé plus uniforme sur le dessus, et les parties inférieures beaucoup plus striées de noir.

CRIS ET CHANTS :  
Le Martin-pêcheur géant émet des caquetages sonores et rauques quand il est dérangé, soit un seul « kek » ou des « kek-kek-kek » répétés. Il émet aussi des « kah-kah-kah » plus doux en guise de cris d’accueil, mais un « keririririri » crépitant peut aussi être entendu.
En vol, il lance des « kakh » sonores et nets, ainsi que des « kee-ou, kee-kee-ou ».   

HABITAT :
La race « maxima » se trouve habituellement dans des espaces plus ouverts que la race « gigantea » qui est plutôt une espèce forestière. 
Le Martin-pêcheur géant fréquente les fleuves, lacs, réservoirs et même les cours d’eau de montagne avec des bordures boisées, aussi bien en forêt que dans les savanes. On le trouve aussi au bord des lagunes côtières, dans les mangroves, les estuaires et les rives maritimes, et occasionnellement sur les eaux stagnantes le long des rivières asséchées, et il peut s’éloigner jusqu’à une centaine de mètres de l’eau. En Tanzanie, on le trouve jusqu’à 1600 mètres d’altitude.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
Le Martin-pêcheur géant de la race « maxima » se trouve depuis la Sénégambie jusqu’à l’ouest de l’Ethiopie et le sud de l’Angola, le nord du Botswana et l’Afrique du Sud, surtout dans la moitié est jusqu’au Cap, et au sud-ouest.
La race « gigantea » se trouve dans les forêts depuis le Liberia jusqu’au nord du Nigeria, à l’est jusqu’à l’ouest de la Tanzanie et au sud jusqu’au nord de l’Angola.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Martin-pêcheur géant se nourrit principalement de proies aquatiques telles que poissons, amphibiens, crabes de rivière, et parfois de petits reptiles et d’insectes.

Il se pose sur une branche ou un rocher qui surplombe l’eau pour surveiller les flots. Ensuite, il plonge plus ou moins profondément et disparaît complètement sous l’eau pour capturer sa proie avant de regagner le même perchoir. Il lui arrive aussi de faire du vol stationnaire au-dessus des eaux découvertes, comme le font de nombreux martins-pêcheurs.

Les petits crabes sont avalés entiers, mais les plus gros sont déplacés avec l’extrémité du bec et frappés contre le perchoir avec des mouvements de balancier, et ensuite, les pinces et la carapace sont enlevées afin de n’avaler que la chair. Les poissons sont en général avalés la tête la première.

Le Martin-pêcheur géant change de perchoir après une pêche fructueuse. S’il pêche dans l’eau de mer, il ira ensuite se plonger dans de l’eau douce pour nettoyer son plumage.

Comme de nombreux martins-pêcheurs, il est territorial et défend son territoire. Ces oiseaux sont monogames. Les parades nuptiales ne sont pas décrites, mais le mâle effectue sans doute des parades aériennes en criant fortement, adopte des postures qui mettent en valeur les dessins de son plumage, et les offrandes de nourriture à la femelle sont probables.  

Il est habituellement résident dans sa distribution, et ne pratique que des déplacements locaux selon le niveau des eaux, et les juvéniles se dispersent après la saison de reproduction.

Mâle juvénile

VOL :   
Le Martin-pêcheur géant a un vol puissant. Il se déplace librement à travers les zones broussailleuses d’une aire de nourrissage à l’autre.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution.
Le Martin-pêcheur géant nidifie isolément. Le nid est un tunnel creusé par les deux adultes pendant une semaine entière, à l’aide du bec et des pattes. Ce tunnel mesure environ 180 cm de long et 9 à 15 cm de largeur. La chambre d’incubation se trouve au bout, et son diamètre est de 20 à 60 cm. Aucun matériau n’est utilisé pour la tapisser.
Le tunnel est situé dans la rive d’un cours d’eau, une falaise ou une carrière de sable. L’entrée est souvent dissimulée derrière des plantes retombantes, à une hauteur raisonnable au-dessus de l’eau. 

La femelle dépose 3-5 œufs, et les deux adultes incubent mais la durée est inconnue. Ils prennent des tours 3 ou 4 fois par jour. Après la naissance des poussins, le mâle enlève les coquilles. Les poussins sont nourris avec du poisson plusieurs fois par jour.
Le mâle arrête de les nourrir au bout de 30 jours et la femelle cinq jours plus tard. Les jeunes quittent le nid à l’âge de 37 jours et sont capables de plonger quelques heures plus tard, mais la femelle les nourrit pendant encore trois semaines.  

ALIMENTATION :   
Le Martin-pêcheur géant se nourrit surtout de poissons, crabes de rivière, grenouilles, têtards et occasionnellement de petits reptiles et d’insectes.  
Cette espèce est très bien adaptée à diverses sortes d’habitats.

PROTECTION/MENACES/ STATUS :
Le Martin-pêcheur géant est commun localement et largement répandu, mais il peut être menacé par les pesticides présents dans l’eau. Il est aussi considéré comme parasite dans les élevages de poissons.
Cependant, l’espèce n’est pas menacée actuellement.