English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Martin-pêcheur malgache
Ang: Madagascar Pygmy-Kingfisher
All: Madagaskarzwergfischer
Esp: Martín Pigmeo Malgache
Ita: Martin pescatore pigmeo del Madagascar
Nd: Madagaskardwergijsvogel
Sd: rostvit kungsfiskare
Mal: tsakoko manga, Vintsiala, Vintsimena

Photographes:

John Anderson 
John Anderson Photo Galleries

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by  Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

Wildlife of Madagascar par Ken Behrens,Keith Barnes - ISBN: 140088067X, 9781400880676 – Editeur: Princeton University Press, 2016

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Kingfishers, Bee-eaters and Rollers Par C. Hilary Fry, Kathie Fry – Helm Identification Guides – Editeur: A&C Black, 2010 – ISBN: 1408134578, 9781408134573

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Madamagazine - Small but a kingfisher

Phylogenetic relationships of the Madagascar Pygmy Kingfisher

RIVER KINGFISHERS Alcedininae Don Robertson

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Martin-pêcheur malgache
Corythornis madagascariensis

Ordre des Coraciiformes – Famille des Alcédinidés

INTRODUCTION :
Le Martin-pêcheur malgache est endémique de Madagascar. Il était précédemment placé dans le genre « Ceyx » d’Asie du sud-est, ou dans le genre « Ispidina » d’Afrique. Mais après des études moléculaires récentes, il est aujourd’hui placé dans le genre « Corythornis » d’Afrique.
Il fréquente la forêt sèche plantée de feuillus dans l’ouest de l’ile, mais il ne dépend pas de l’eau comme beaucoup d’Alcédinidés. Il est présent à travers toute l’île, y compris sur les hauts plateaux jusqu’à 1200/1500 mètres d’altitude.
Le Martin-pêcheur malgache n’est pas globalement menacé pour le moment. En revanche, la sous-espèce « dilutus » est rare et pourrait être menacée d’extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 13 cm
Poids : 17-22 gr

Le Martin-pêcheur malgache adulte a la tête et les parties supérieures orange ou roux vif, avec des plumes aux fines bordures violettes sur la nuque et le croupion. On note la présence d’une tache blanche sur le côté du cou en allant vers la nuque. Sur les ailes, les rémiges primaires sont noires.
Les parties inférieures sont blanches du menton aux couvertures sous-caudales, mais les côtés du corps et les flancs sont roux.
Le long bec aplati verticalement est orange. Les yeux sont brun foncé, avec les lores chamoisés. Les courtes pattes et les doigts sont orangés.
Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile est plus terne avec la teinte violette plus réduite. Il a le bec noir avec l’extrémité claire.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Martin-pêcheur malgache a deux sous-espèces.
C.m. madagascariensis se trouve dans l’ouest, le nord et l’est de Madagascar. Il est absent depuis le sud-ouest de l’île jusqu’aux zones du sud les plus éloignées.
C.m. dilutus se trouve dans la région aride du sud-ouest de Madagascar. Cette race n’a été observée qu’à partir d’un seul spécimen dans la forêt de Zombitse au sud-ouest. Cette race est plus pâle que la race nominale, et n’a pas la teinte violette sur la nuque et le croupion.

HABITAT :
Le Martin-pêcheur malgache fréquente surtout les bords et l’intérieur de la forêt humide dans l’est, le nord et le nord-ouest de l’île, mais il est également présent dans quelques sites dans la zone de la forêt épineuse. Il est largement présent en dessous de 1000 mètres, et rarement au-dessus de 1200 mètres d’altitude. Cette espèce n’est pas dépendante de l’eau.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Martin-pêcheur malgache émet un cri d’une seule note, un « tsip » haut, fort et pénétrant. Un piaillement haut-perché est également entendu « treet treet ». Si l’oiseau est dérangé, il émet un « chweip » haut-perché ou un « treeeee » tandis qu’il s’envole.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Martin-pêcheur malgache se nourrit principalement de grenouilles, d’insectes (sauterelles, scarabées, perce-oreille, fourmis et larves), et consomme aussi des crevettes et plus rarement des petits reptiles. Il ne dépend donc pas de l’eau pour vivre.

Il cherche ses proies tranquillement posé sur une branche d’où il scrute la zone alentour. Dès que la proie est détectée et localisée, il plonge en piqué pour la capturer avec son long bec. Ensuite, il la tue en la frappant contre une branche avant de l’avaler.
Il chasse depuis des perchoirs dans le sous-bois épais, et revient toujours à son point de départ avec sa proie.

Au début de la saison de reproduction, Le Martin-pêcheur malgache mâle établit le territoire et le défend. Les parades nuptiales de cette espèce sont inconnues. Cependant, nous pouvons suggérer que comme beaucoup d’Alcédinidés, les oiseaux effectuent des poursuites aériennes et émettent des cris d’avertissement du territoire depuis plusieurs perchoirs différents. Ces comportements font partie de la formation du couple.

Ensuite, les deux partenaires construisent ensemble le nid en creusant un long tunnel dans la terre d’un talus. Des offrandes de nourriture sont souvent observées pendant ce travail et pendant la période qui précède la ponte. L’accouplement peut aussi être précédé d’offrandes de nourriture du mâle à la femelle. Ils sont généralement monogames.  

Le Martin-pêcheur malgache est sédentaire à Madagascar.
Le vol est habituellement rapide et direct.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre la saison des pluies en octobre et le mois de janvier, avec la ponte surtout en novembre/décembre.
Les deux partenaires construisent le nid ensemble, un tunnel de 30-35 centimètres de long pour 5 centimètres de diamètre, ne permettant le passage qu’à un seul oiseau à la fois. Ce tunnel est généralement creusé dans la terre d’un talus, au bord d’un chemin forestier.

La femelle dépose 4 œufs blancs et les deux adultes partagent l’incubation. Il n’y a pas d’informations sur la durée de l’incubation et de la période au nid. En général chez les Alcédinidés, l’incubation dure entre deux et quatre semaines selon l’espèce.  
Les prédateurs potentiels sont ceux qui peuvent entrer dans le tunnel pour voler les œufs, à savoir les serpents et les petits lézards.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Martin-pêcheur malgache de la race nominale est relativement commun et largement répandu, tandis que la race « dilutus » est rare et menacée d’extinction.   
Cependant, la tendance de la population est au déclin depuis plusieurs années, mais elle n’a jamais été critique jusqu’à présent.
Le Martin-pêcheur malgache n’est pas globalement menacé pour le moment.