English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Méliphage des Nouvelles-Hébrides
Glycifohia notabilis

Ordre des Passériformes – Famille des Méliphagidés

INTRODUCTION :
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides est endémique du Vanuatu où il fréquente la forêt primaire et une variété d’autres habitats boisés.
Il se nourrit typiquement de nectar et de pollen, d’insectes et d’araignées. Il se montre très actif et bruyant lorsqu’il cherche des proies dans le feuillage.
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides est largement répandu et commun dans sa distribution restreinte, et l’espèce n’est pas menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 18-22 cm
Poids : 23-30 gr

Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides de la race nominale a l’arrière du cou et les parties supérieures brunes ou brun-roux. Le dessus de la queue et des ailes est brun ou brun-olive. Sur les ailes, les couvertures sont finement bordées de brun-roux, tandis que les rémiges ont des liserés externes bruns ou brun-roux.
Les parties inférieures, y compris le menton et la gorge, sont blanches avec de fines stries éparses brunâtres sur la poitrine, l’abdomen et les flancs. Le bas-ventre et les couvertures sous-caudales sont tachetés ou teintés de brunâtre clair. Le dessous des rectrices est gris-brun. Le dessous des ailes est brun-roux clair avec l’extrémité et le bord de fuite brun grisâtre.

Sur la tête, le sommet et les côtés sont noirs. On peut voir des mouchetures blanches sur le front, mais moins évidentes sur la calotte. Elles se transforment en barres blanches plus nettes vers les côtés de la calotte. Un sourcil blanc s’étend bien en arrière de l’œil et vers le haut sur le côté du cou. La zone malaire est tachetée de blanc, comme les couvertures auriculaires et les côtés du cou brunâtres. La ligne oculaire noirâtre est indistincte.
Le bec est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bleu-gris.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais la femelle est plus petite que le mâle.

Le juvénile ressemble  à l’adulte mais il est plus terne, avec un sourcil blanc-crème. Il a une teinte jaune sur les couvertures auriculaires, le menton, la gorge et l’abdomen, avec seulement quelques stries sombres indistinctes sur le bas de la gorge et le haut de la poitrine.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :     
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides a deux sous-espèces.
G.n. notabilis (décrit plus haut) se trouve sur Banks Islands (Ureparapara et Vanua Lava), Espiritu Santo et Ambae dans le nord et le centre de l’archipel de Vanuatu. 
G.n. superciliaris se trouve dans le centre du Vanuatu sur Maewo, Pentecost, Malakula, Ambrym, Panama et Epi. 
Cette race a davantage de blanc au niveau du sourcil, une ligne oculaire noire bien nette et la calotte barrée. Les parties supérieures peuvent paraître légèrement plus brunes.

HABITAT :  
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides fréquente la forêt primaire et les pousses secondaires avec de grands arbres sur les collines et les montagnes. Il peut aussi fréquenter les forêts à basse altitude et les mangroves à l’occasion.
L’espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 1250 mètres d’altitude, mais elle est plus commune entre 450 et 850 mètres. 

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides est très loquace et son répertoire est varié. Le cri habituel est un « tyau » sonore et flûté généralement émis à l’aube. Le cri d’alarme est un « tchea » dur. On peut aussi entendre un « toowyt » prolongé et un « teewee » plutôt plaintif.
Le chant est une série composée de notés flûtées mélodieuses et de sifflements « teewee-twytwyttee » ou encore « teewee-teeeeeee ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides se nourrit de nectar et de pollen, mais aussi d’insectes et d’araignées, et peut-être de quelques fruits.
Il se nourrit dans la canopée et descend vers le sous-bois. Il glane et sonde dans le feuillage et les fleurs en cherchant du nectar et des arthropodes. Les insectes sont capturés en s’élançant en vol depuis un perchoir.
Il est très actif et se déplace d’une fleur à l’autre après avoir obtenu le nectar grâce à son long bec courbé.
Il est observé seul ou en couple, mais il est parfois en groupes de 12 à 15 individus. Ce sont surtout des oiseaux arboricoles.

Les méliphages sont en général monogames. Mais d’autres informations sont nécessaires.
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides est résident. Il effectue quelques déplacements locaux et altitudinaux. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction a lieu entre septembre et janvier.
La femelle dépose deux œufs de couleur claire dans un nid en forme de coupe.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Méliphage des Nouvelles-Hébrides a une distribution restreinte dans laquelle il est répandu et commun, en particulier dans les montagnes.
L’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.

Fr: Méliphage des Nouvelles-Hébrides
Ang: White-bellied Honeyeater
All: Weißbauch-Honigfresser
Esp: Mielero Ventriblanco
Ita: Succiamiele delle New Hebrides
Nd: Svartkronehonningeter
Sd: svartkronad honungsfågel

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 13 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553453

Birds of Melanesia: Bismarcks, Solomons, Vanuatu and New Caledonia Par Guy Dutson – Editeur : Bloomsbury Publishing, 2011 – ISBN: 1408152460, 9781408152461

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Wikipedia Honeyeaters

CREAGUS - HONEYEATERS Meliphagidae

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches